Commander James Bond France

[NTTD] Le point sur la promotion #6

Alors qu’on se remet doucement du hack du blog, l’actualité n’attend pas : Aston Martin a notamment convié la presse qui donne du grain à moudre aux fans que nous sommes. Comme d’habitude dans cet article nous recueillerons au fur et à mesure les informations qui arriveront ces prochaines semaines. Nous vous recommandons toutefois de suivre notre page Facebook pour ne rien rater de l’actualité du film.

001- Révélations norvégiennes

Vg.no, site qui a couvert une bonne partie du tournage norvégien, était également présent à Pinewood lors de la fin du tournage. Il raconte :

« Michael G. Wilson dit que le tout premier enregistrement du film a été réalisé à Langvann à Nittedal et à Lutvann en dehors d’Oslo. À Langvann, ils ont construit une maison et filmé sur le lac gelé, tandis que des scènes sous-marines ont été enregistrées à Lutvann à cause de son eau claire ».

VG écrit qu’au sujet de la subvention record de 47 025 000 NOK (4 864 085 €) proposée par le Norwegian Film Institute (rappel ici), le tournage a dépensé moins d’argent en Norvège que prévu de sorte que seules 15 000 000 de couronnes norvégiennes (1 493 919 €) ont au final été offertes par la Norvège.

Vg.no confirme également que l’Écosse doublera la Norvège dans le film et qu’une partie du film fut bien tournée dans les îles Féroé.

002- La BO datée

La 27 mars sera une date a daté d’une pierre blanche pour les fans puisque ce sera le jour où la bande-originale du film (OST) signée Hans Zimmer et Johnny Marr (avec Steve Mazzaro à la production) sera de sortie ! Au programme selon le communiqué officiel une version orchestrale annoncée comme « épique » de la chanson-titre de Billie Eilish (ce qui présage que la chanson titre ne sera à nouveau pas inclue au CD de la BO…). L’album (et le vinyle) seront publiés par Decca qui sortira également un autre album contenant des reprises orchestrales de toutes les 25 chansons titres par le Royal Philharmonic Orchestra.

003- Dans les coulisses à Matera

CEO Magazine, Carsales, Automobilemag et Caradvice attisent la curiosité des fans en proposant des article et des photos (on a pas tout mis ici) traitant de la poursuite en Aston Martin à Matera. Ci-dessous on vous traduit un mix de leurs articles :

Nous sommes sur le balcon exigu d’une maison italienne délabré, à 15 mètres de haut, une vue vertigineuse sur une place classique (pensez aux églises, aux trottoirs de grès, etc…). Un groupe d’hommes costauds dans les vêtements Eurotrash entourent une Aston Martin DB5 argenté des années 1960. Ils pointent des mitrailleuses. Les balles pulvérisent la carrosserie et les vitres inestimables de l’Aston. Le vacarne des explosions, des crépitements, est crucifiant, même avec les bouchons d’oreille qu’on nous a conseillé de porter lors des prises. Si 007 est sur le point d’être anéanti, notre audition l’est également.

Pour un jour seulement, nous avons réussi à obtenir un accès rare au tournage du prochain film de Bond, No Time To Die. Craig et le reste de la première équipe doivent arriver ici la semaine suivante. En tant qu’invités d’Aston Martin, notre mission est de voir comment la seconde équipe créer les célèbres scènes de poursuites de voitures de Bond, les cascades, les dérapages, la mutilation obligatoire de kiosques à journaux innocents.

Pour éviter d’éventuelles fuites sur l’intrigue du film, EON Productions a loué tous les appartements autour de la place, et a persuadé d’une façon ou d’une autre les habitants de signer des accords de non-divulgation, mais cela n’a pas empêché des vidéos des scènes de voitures se déverser sur les réseaux sociaux. On nous a poliment invités à ne pas pointer nos téléphones vers l’action.

« C’est mon cinquième Bond et de loin la ville la plus difficile dans laquelle travailler », explique Lee Morrison, coordinateur des cascades, qui conçoit les poursuites en voiture et régulièrement double Daniel Craig. « Quand nous avons fait la reconnaissance, nous avons découvert qu’on pouvait à peine marcher sur certaines routes, elles sont tellement glissantes. Donc nous étions très sceptiques, pensant qu’on ne pourrait conduire que lentement », se souvient le cascadeur Mark Higgins. Morrison ajoute : « La surface des routes de Matera – silex, marbre, calcaire, grès – provient de différentes régions d’Italie, et il y a une fine couche de poussière sur tout. Nous lavons les routes et les traitons avec du Coca-Cola… C’est une astuce utilisée depuis des années dans l’industrie cinématographique. Ça donne aux véhicules la traction dont ils ont besoin pour fonctionner à haute vitesse ». Higgins a estimé que cela augmentait l’adhérence entre 50 et 70%.

Environ entre 75 000 et 135 000 $ de boisson gazeuse ont été achetés uniquement dans ce but ; pas étonnant que la rumeur dise que budget de production est d’environ 2 millions de dollars par jour. Dans la scène d’aujourd’hui l’Aston Martin fait des 360°. Au total, cette scène durera moins d’une minute à l’écran, mais c’est son deuxième jour de tournage et au moins un troisième de plus sera nécessaire. Cachés sur le côté du décor, des membres de l’équipe tirent des squibs (engin explosif avec de la poudre à canon) sur la carrosserie de l’Aston pour créer des effets d’étincelle comme si des balles s’écrasaient dessus. La source du bruit assourdissant sur le plateau de tournage ne sont pas les munitions, mais des engins explosifs montés stratégiquement autour du périmètre de la place.

Il n’y a pas de chauffeur ; le cercle que décrit l’Aston n’est réalisable que parce que quatre hommes costauds la déplacent physiquement, utilisant les poteaux/perches comme leviers.

Les mitrailleuses des méchants sont des vraies, armes décommissionnées, balles à blancs, pas des répliques en plastique (une caisse d’un mètre de profondeur est gardée en dehors du plateau par des hommes qui ressemblent à des gardes du corps).

« Nous avons préparé plus de 140 véhicules pour les cascades et les pièces de rechange, des Astons aux supercars en passant par les motos et les cyclomoteurs », dit Lee Morrison. Il nous montre un film de sécurité spécial sur la vitre (de la DB5), provenant de la police métropolitaine de Londres, qui évite qu’elle se brise lors des scènes de crash : « vous pouvez frapper cette fenêtre avec une brique à 160 km/h, elle ne se cassera pas ».

« On avait espoir de voir le tournage de la scène des miniguns, mais le tournage est retardé par deux fortes tempêtes de pluie, puis le minigun fonctionne mal et dégorge des centaines de cartouches usagées sans que ses canons ne tournent. Il n’y a pas assez de lumière pour filmer à nouveau, donc je vais devoir voir cette scène au cinéma comme tout le monde », écrit le journaliste de Caradvice. Au moins il n’y a pas eu de destruction non prévue de véhicules durant le tournage écrit un autre article.

003- Les Aston du film à Silverstone

Des journalistes automobile (Esquire, Autoexpress, Le Figaro, Car and driver et PistonHead) ont eu la chance unique de se mettre au volant de chaque Aston Martin de No Time To Die sur le circuit de Silverstone (plus précisément le Stowe Circuit), voyons ce qu’ils en disent. Voici un mix des différents articles :

Comme Aston l’a décrit lui-même, c’est un « passé (DB5, V8 Vantage), présent (DBS Superleggera) et futur (Valhalla) » pour ce film. La DB5 est à nouveau de retour et ce fut un gros challenge pour Aston quand EON a demandé pas moins de 8 DB5 capables de cascades extrêmes. Et ils avaient besoin qu’elles soient prêtes en six mois. Il est vite devenu clair pour l’équipe d’Aston que le modèle de DB5 d’origine, du haut de ses 56 ans, ne pouvait tout simplement pas répondre aux exigences d’un tel tournage, sans compter la difficulté et les dépenses qu’auraient coûtées leurs acquisitions. Donc la division des projets spéciaux d’Aston Martin a imaginé une autre solution : construire 8 répliques sur mesure à partir de presque zéro.

Ils ont commencé par scanner au laser une ou plusieurs DB5 originale(s) (les données du programme de continuation de DB5 ont été utilisées) que l’équipe de conception a ensuite lissée pour la rendre symétrique (car une voiture des années 60 faite à la main ne l’est tout simplement pas). L’équipe a ensuite équipé un moteur atmosphérique à six cylindres en ligne (tiré d’un modèle dont Aston ne veut pas parler, apparemment un BMW) produisant entre 268 et 360 ch (les chiffres varient d’un article à l’autre) avec une boîte de vitesses manuelle à 6 vitesses, un différentiel autobloquant et aucune aide au conducteur. Une suspension et des freins modernes ont été intégrés, ainsi que des amortisseurs lourds pour les cascades, carrosserie en fibre de carbone, extincteurs, arceaux de sécurité, harnais à quatre points… En revanche pas d’airbag.

https://www.facebook.com/watch/?v=1132048827146636
 

Ensuite, il s’agissait de détailler chacune d’elles pour les rendre aussi authentiques que possible, ce qui comprend certaines pièces de rechange de DB5 d’origines de l’usine originale de Newport Pagnell, comme des pare-chocs ou des poignées de porte.

Même de près, les répliques sont presque indiscernables d’une vraie DB5. Les seuls indices visuels de leur construction unique sont la calandre en plastique imprimée en 3D ultra brillante et quelques éléments de carrosserie comme au niveau des phares (le toit ouvrant n’est pas découpé, ses « contours » sont en réalité un sticker).

Saurez-vous distinguer la réplique de l’originale ?

« Il n’y avait rien de fondamentalement difficile dans l’ingénierie », explique Dave King qui est a la tête de la division des projets spéciaux d’Aston Martin. « La difficulté était de le faire rapidement ».

Les 8 voitures ont ensuite été affectées à des rôles différents. Deux sont devenues des voitures « pod » qui comportent un siège sur le toit d’où un cascadeur (Mark Higgins) conduit tandis que Daniel Craig fait semblant de faire de même dans l’habitacle ci-dessous. Le tout semble périlleux, mais Higgins assure que le Pod est sûr, même dans sa dernière itération : pour certaines scènes, Higgins peut désormais contrôler l’Aston de 007 entièrement à distance, assis dans le Pod jusqu’à 500 mètres de distance. Deux autres étaient des voitures « gadgets ». Et les quatre autres montrent des dommages spécifiques dûs aux diverses cascades.

Outre les 8 répliques, deux DB5 originales furent également utilisées pour des plans statiques. Une DB5 du programme de continuation des DB5 était apparemment aussi présenté aux journalistes sur le circuit de Silverstone (mais il n’est pas clair si elle fut utilisée ou non lors du tournage).

À l’intérieur des répliques (ou du moins de celles que le journaliste a vues) il n’y a aucune beauté : le tableau de bord est inachevé car de toute façon elles ne sont pas destinées aux prises de vue intérieures. Il n’y a pas non plus de système de chauffage ou de ventilation, ce que Mark Higgins admet avoir été un problème lors du tournage à des températures de 40 degrés en Italie l’année dernière. L’instrumentation est limitée à un compteur de vitesse et un compte-tours, il y a un boîtier de pédale de course AP dans le plancher et le volant à bord en bois a été positionné plus en arrière et plus bas. Il y a aussi un frein à main hydraulique. L’expérience de conduite est vraiment spéciale, un contraste complet avec la voiture d’origine.

La Valhalla fut un ajout tardif au film. À peine trois mois avant le tournage, EON a déclaré à la division des projets spéciaux d’Aston : « si vous pouvez nous procurer une Valhalla pilotable, alors elle figurera dans le film ». Pour Dave King, cela représentait à certains égards un défi encore plus grand que les répliques de DB5. Une Valhalla pilotable n’existait apparemment pas après tout. Ils ont réussi, bien que de manière décevante, dans le montage final du film, elle devrait ne figurer que dans un plan fixe.

Espérons que No Time To Die aide la marque Aston Martin à se sortir de ses déboires de ces derniers temps qui l’avaient récemment amené proche de la faillite

004- Poster IMAX

Mourir peut attendre sera le premier Bond à avoir des séquences sélectionnées filmées avec des caméras IMAX. On le rappelle, le principe de l’IMAX est de proposer des images d’une plus grande taille et résolutions que les pellicules et écrans de cinémas conventionnelles. Le poster IMAX fut dévoilé le 21 février :

Pour rappel, les posters IMAX des deux précédents Bond ressemblaient à cela :

005- Vlogs délivrés

La promotion de No Time To Die aura été caractérisée par un manque de Vlog divers et variées par rapport à celles des précédents films. Heureusement le partenaire logistique de EON, DHL, tente d’y remédier en ouvrant une page internet dédiée au film et qui contient des Vlogs (bon c’est basiquement une grosse pub pour DHL, mais c’est toujours mieux que le rien habituel) : www.notimetodie.dhl

006- Nouveau poster

C’est le 21 février que sort enfin un nouveau poster :

Et en VF :

007- Autres

Daniel Craig fait la couverture du magazine Il Venerdi :

La chanson de Billie Eilish est classé numéro 1 des ventes hebdomadaires de singles au Royaume-Uni pour sa première semaine de lancement et fait la plus grosse semaine d’ouverture de tous les temps pour une chanson de Bond, selon les données disponibles de l’Official Charts Company. En une semaine celle-ci s’est vendue à 90 000 exemplaires et a un engendré au minimum 10,6 millions de streams :

Cela ne concerne pas No Time To Die, mais les timbres James Bond sont là outre-Manche et ça à l’air de foutre vraiment en rogne le chat de Blofeld dans cette publicité humoristique :

https://www.facebook.com/watch/?v=183421242889472

Les Points sur la promotion de No Time To Die :

Les Points sur le tournage
 
Point promo 1
Point promo 2
Point promo 3
Point promo 4
Point promo 5
Point promo 6
Point promo 7
Point promo 8

Clement Feutry

Clement Feutry

Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

12 commentaires

  • Merci pour toutes ces infos, et bon retour.

    Je suis particulièrement déçu d’apprendre qu’a priori, la présence de la Valhalla dans le film ne sera qu’anecdotique

    • Merci (encore) à toi. Déçu également même si je la trouvait complètement non-bondienne et que le film dégueule déjà de toute part d’Aston. Pourtant on a vue des vidéos de tournage dans laquelle ils la filmaient en train de rouler, j’ai bien pour que la rubrique scènes coupées de ce film soit grande.

      • il parait que le film fera près de 3h , ils ont pas tout jeté 😉 Mais je suis d’accord avec toi, le film contient déjà beaucoup d’Aston, il vaut mieux moins de modèles que le placement forcé d’un modèle dans le film. On sera bientôt fixés, plus que quelques semaines, mais je suis plutôt très optimiste…

  • Le poster de Bond et Madeleine, qui a été publié il y a quelques jours, est annoncé par certains comme l’affiche finale du film. Est-ce bien le cas ?

    • Le site officiel n’écrit que “the new poster”. Après on est presque à un mois de la sortie, si ce n’est pas le final, il serait temps qu’ils se bougent les miches… Bien-sur le 27 mars il y aura les résultats du fan-concours, mais ce n’était pas un concours dans le but de créer l’affiche du film.

    • Merci. Alors non. Par défaut : une rumeur n’est jamais fondée (c’est tout le principe d’une rumeur). Chaque semaine il y en a des nouvelles sur la durée, donc ne tirons pas pas des plans sur la comète et attendons une annonce officiel ou a défaut très solide. Ça ne devrait plus trop tarder vu que le film se rapproche de sa date de sortie…

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Sondage du moment :

Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Sondage du moment :

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

%d blogueurs aiment cette page :