[Penny Dreadful] The Victor Frankenstein Show

Critique, garantie sans spoilers, du 3ème épisode de Penny Dreadful. Toujours aussi “Wonderful” ? C’est ce que nous allons voir !

Le dernier épisode nous laissait sur un cliffhanger des plus palpitant qui nous permet à nouveau de montrer un élément passionnant de Penny Dreadful : sa capacité à jouer sur la dualité.
On le sait depuis le trailer, il existe un “half world” au coeur de Londres. Nous avons donc d’entrée de jeu, un monde en apparence normal avec en son sein un monde totalement effrayant, obscur. C’est donc tout naturellement qu’on retrouve ce principe de dualité dans les personnages.
Nous avons vu dans l’épisode 2 que Sir Malcolm, malgré sa respectabilité apparente, avait sa part d’ombre et son côté “sale”. De même pour Vanessa Ives.

Penny

© Showtime


Dans cet épisode, encore une fois très centré sur Frankenstein, nous pouvons voir que la dualité chez ce personnage n’est pas résumée à ce qu’on sait tous de celui-ci. Ce n’est pas qu’un scientifique tentant de déjouer la mort, c’est un homme plein de contradiction qui a engendré une magnifique monstruosité. Il est Janus (oui, vous pouvez penser à Goldeneye).
Je n’en dit pas plus, étant donné que c’est sans spoiler, mais c’est à nouveau une réussite totale. Entre fureur et poésie.
L’occasion d’introduire un magnifique théâtre et ses coulisses, personnage à part entière, capable de devenir un père pour un orphelin défiguré.
Penny 2

© Showtime


Ethan se montre être un personnage encore plus de mystérieux, mais doté de solides principes malgré le peu qu’on sait de son passé. Capable de les tenir, même quand la personne à ‘sauver’ n’est pas de ce monde.
Sa romance avec Brona ne m’atteint pas spécialement dans le sens où elle se résume pour l’instant à des ébats sexuels et quelques discussions autour d’un verre. J’espère d’ailleurs que le personnage campé par Billie Piper ne sera pas là que pour montrer ses atouts, car il est pour l’instant très décevant.
En bref, cette série me fascine. Elle parvient à me faire aimer ce genre qu’est “l’horreur”, dont je ne suis pas particulièrement friand, en misant sur la construction psychologique des personnages (et les plans qui accompagnent généralement leurs premières apparitions à l’écran) plutôt que sur le sensationnel un peu trashounet qu’on a l’habitude de voir en règle générale.
Malgré tout, j’ai tendance à trouver le trio connu (Dalton, Green, Hartnett) un peu sur la touche. Si les personnages qu’ils campent commencent doucement à se révéler, je trouve que celui de Frankenstein est très présent…peut-être trop.
Je vous retrouve avec grand plaisir la semaine prochaine, pour le 4ème épisode !
[FA_Lite id=”8758″]

0 Comments

  1. Pingback: Penny Dreadful ou The Victor Frankenstein Show ? | Lyricis Interactive

  2. Pingback: [Penny Dreadful] Les 50 nuances de Dorian Gray | Commander James Bond – CJB

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :