007 hommages à Goldfinger au cinéma

Les films cultes se reconnaissent facilement par le fait qu’ils sont repris à de nombreuses reprises dans d’autres films. C’est l’art de la citation et de l’hommage.

On déjà vu dans un précédent article les nombreuses fois où des femmes ont été peintes en or, sur le modèle de Shirley Eaton, alias Jill Masterton. Voyons aujourd’hui d’autres hommages au film, dans et en dehors des James Bond !

001 Casino Royale 67 : Golden Girls à gogo

Dans le final délirant de Casino Royale, on trouve de tout : des cow boys, des singes, des indiens et otaries et beaucoup de bulles. Le show aurait pu suffire, mais quelqu’un dans l’équipe a eu l’idée de rajouter au Casino une salle de peinture dorée pour femme, brutalement interrompue par un soviet, un écossais ou un américain passant à travers la fenêtre.

002 : Quantum of Solace broie du noir

Le film un peu perdu dans son scénario s’offre une réplique de la femme en or, version or noir. C’est l’agent Strawberry Fields qui fait les frais de l’hommage. On ne sait pas vraiment pourquoi, mais la scène reste touchante, même si on aurait préféré assisté à sa mise à mort, ou que le scénario fasse plus de sens que la citation en elle même.

003 Aston hommage DB5

Casino Royale, Goldeneye, Meurs un autre jour, Skyfall… est-on encore dans l’hommage à Goldfinger ou l’Aston et son siège éjectable est elle rentrée dans la patrimoine bondien au même titre que le Walther PPK ? Toujours est-il que non content de faire revenir le véhicule, Goldeneye se permet d’offrir également un accoudoir caché, même si le champagne remplace les gadgets. Le siège éjectable refait son entrée dans la Vanquish de Meurs un autre jour, et arrivera aussi à trouver son utilité lors de la poursuite sur la glace.

Dans Casino Royale, l’Aston fonctionne comme le lingot d’or de Goldfinger : un défi lancé au méchant. On sait dès le début que le véhicule va changer de main !

Dans Skyfall, la partie est finement menée. On savait depuis Casino Royale l’Aston revenue au garage de Bond, mais quid des gadgets ? La simple allusion au siège éjectable suffit à rappeler que oui, les gadgets sont là. Et là où Skyfall est intelligent, c’est qu’il utilise le seul gadget non utilisé dans Goldfinger (ou à peine) : les mitrailleuses derrière les phares avant qui servent de déclencheur à la scène finale !

004 : Lasers un autre jour !

Un grosse nouveauté de Goldfinger était son laser futuriste. Quelques 40 années plus tard, Meurs un autre jour prend la (douloureuse) décision, de rendre hommage à chacun des films pour l’anniversaire de la franchise.. C’est fait avec plus ou moins de finesse. Jinx a donc le droit à la torture de Goldfinger revisitée version 2002 : non seulement le laser est plus high tech, mais en plus ils sont plus nombreux et sujets à des crises d’épilepsie.

Les lasers déclenchent donc un énième combat pyrotechnique qui marque le début de la fin de la crédibilité de meurs un autre jour.

005 : Skyfall, Silva et Goldfinger

Le méchant de Skyfall, Silva, n’est pas très différent de Goldfinger : outre ses goûts vestimentaires douteux, son goût du jeu avec Bond, et son amabilité constante, c’est aussi quelqu’un qui prend plaisir à torturer Bond en même temps qu’il dévoile son plan et sa personnalité.

Les méchants son nombreux à y aller de leur monologue devant un Bond prisonnier, mais à part Silva et Elektra King, peu ont osé torturé Bond de façon si amiable, menaçant ses bijoux de famille tout en faisant la discussion comme si de rien n’était. Charisme et vice, voila un cocktail réussi par Goldfinger qui se trouve à être à la hauteur quand pris en charge par le délicieux Javier Bardem !

silva

006 : Joue la comme James Bond

Goldfinger impressionne aussi par la classe de son héros : James Bond. nul ne porte le smoking avec autant d’aisance que Sean Connery cette 3e aventure de 007. Il n’est pas rare de retrouver dans d’autres films des personnages essayant d’atteindre les sommets du style. Nous avons donc Erik Lensherr, alias Magneto alias Michael Fassbender a donc le droit à un pastiche d’un film de James Bond dans X-Men: First Class.

Mission d’infiltration en tenue de plongée, et surtout costume emprunté à Connery le temps d’un échange avec un banquier suisse appâté par un lingot d’or.

On passe de l’autre coté de l’écran avec Attrape moi si tu peux de Steven Spielberg. Dans le film, le jeune Frank Abagnale apprend que ses arnaques lui valent le surnom du James Bond de l’air. Il n’en faut pas plus au héros pour tomber sous le charme de l’espion. Le film offre donc une séance de cinéma avec Goldfinger, l’usurpation de l’identité de Fleming, l’emprunt d’une Aston Martin première classe, une Bond Girl sur la musique de Casino Royale 1967 écrite par Burt Baccarach. Le meilleur moment de cette séquence reste le talent de Léonardo Di Caprio qui réussit en un seul plan à répliquer la pose de Sean Connery chez son tailleurs !

 007 : Parodies !

Avec Goldfinger, c’est aussi les méchant surréalistes qui font leur entrée depuis les vilains obsédés par l’or jusqu’aux hommes de mains aux armes improbables. Aujourd’hui on s’en amuse, mais surtout parce qu’on aime ce genre de méchant. Les Austin Powers sont passés maîtres dans ces coups de chapeau (ou plutôt de chaussure), avec un Goldmember complètement fou, et un Random Task, sosie d’Oddjob, armé d’une chaussure à toute épreuve ! On remarquera aussi des goûts similaires pour la torture avec l’auguste Sir Nigel Powers, alias Michael Caine, dont l’entrejambe est menacée par de l’or en fusion, mais qui n’en perd pas pour autant son sans froid.

On peut encore trouver des hommages et citations dans certains films. Layer Cake par exemple, qui a révèlé Daniel Craig dans le rôle titre, comporte plusieurs scènes au Club de Golf de Stoke Park ayant servi au tournage du film. Dans les scénarios avortés des anciens James Bond, on avait aussi pensé faire revenir le frère jumeau de Goldfinger. Une fausse bonne idée qui a bien fait de rester dans les cartons.

Et vous ? D’autres citations de Goldfinger que vous auriez remarquées ?

goldfinger-full-banner

 

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.