[50 ans de Goldfinger] Golden Girls

Curieux comme quelques secondes d’un film peuvent marquer l’imagination d’une génération. Il y a 50 ans, James Bond découvrait, avec les spectateurs, le corps recouvert de peinture dorée de Jill Masterton. Il n’en faudra pas plus pour que cette image d’une femme nue et morte recouverte d’or fasse le tour du monde… et soit reproduite !

Voyeurisme et objectivation du corps des femmes ou hommage et culture visuelle ? À vous de juger !

Au commencement, il y a bien sûr le roman de Ian Fleming. Dans le livre, Bond ne découvre pas le sort de Jill Masterton de façon aussi dramatique. C’est la sœur de la victime, Tilly Masterton, qui révélera à Bond ce qui lui est arrivé avec force de détail, au moment où celle-ci manque de tuer Goldfinger.

goldfinger-book-coverIl a une femme par mois. […] Il les hypnotise. Puis il… il les peint en or. […] Il est obsédé par l’or. Je suppose qu’il doit penser qu’il ‘possède’ l’or, vous savez, qu’il l’épouse. Il a un serviteur coréen qui les peint. L’homme doit laisser leur colonne vertébrale sans peinture. […] Si leur corps est totalement recouvert de peinture dorée, les pores de la peau ne peuvent plus respirer. Alors elles meurent.

C’est une idée parfaite pour montrer à quel point le vilain est méchant, même si scientifiquement, il a été démontré quelques années plus tard que cette histoire de pores de la peau, couverts ou non, ne mettait pas tant en danger la personne que le rythme de vie des danseuses recouvertes de la sorte. Toujours est-il que ce n’est pas une raison pour le refaire à la maison.

En 1964, le film va créer la scène en live avec l’actrice Shirley Eaton. Un tournage dont il reste plusieurs photos, illustrant la préparation. L’actrice qui incarne Jill Masterton n’est pas nue, mais est en maillot de bain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

03Puis, pour les besoins du générique, Robert Brownjohn embauchera l’actrice Margaret Nolan, vu quelques secondes dans le film dans le rôle de la masseuse Dink, pour projeter les images du film sur son corps, donnant au final le générique mythique du film ainsi que son affiche.

La séquence est devenue si célèbre qu’elle a fait son entrée au Muséeum des Arts Modernes de New York (le fameux MoMa) où la séquence est projetée en boucle, avec de nombreuses photos de la réalisation de ce générique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La jeune Shirley Eaton atteint la célèbrité en quelques semaines avec le film, et la mannequin est vite sollicitée pour faire revivre la Golden Girl. Elle se prêtera donc une autre fois à l’exercice en se faisant peindre de nouveau pour le magazine Life. C’est ce portrait qui devient mythique.

On retrouve alors la Golden Girl partout : affiche, couvertures des livres de Fleming, produits dérivés… Elle devient si étroitement associée à James Bond, que EON ne cherchera pas plus loin pour créer son poster des 5O ans de la saga en 2012. Pour l’anecdote, en plus des titres des 23 James Bond projetés sur le corps d’une femme en or, le Walther PPK est une relique des tournages gracieusement prêté pour l’occasion par Roger Moore.

anniv

Qui dit succès, dit des personnes qui veulent en profiter. Les mannequins en manque de célébrité, les publicitaires en mal d’idées… Tous les prétextes sont bons pour filmer une femme nue quand la peinture n’est pas trop chère. On retrouve donc fréquemment dans les tabloïds comme The Sun ou The Daily Mirror, des séances photos de jeunes actrices tentant de percer… avec plus ou moins de succès et de bon goût.

Le dernier en date est celui d’Ellie Evans pour le magazine Maxim. Cela ne pourrait être qu’une énième pose “à la James Bond”, si ce n’est que la reconstitution est minutieuse et la séance photo est accompagnée d’une petite vidéo sur les coulisses du photoshoot à l’occasion des 50 ans du film. On pourrait croire à un hommage désintéressé si le but n’était pas clairement de faire vendre le magazine et de la chaire fraîche aux fans masculins. (source MI6 HQ).

196_elleevans_article1

L’idée a tout de même du bon, parce que plutôt que de se limiter à la Golden Girl, une autre pause a été faite en hommage à Pussy Galore jouée par Honor Blackman. La mannequin n’a clairement pas la personnalité de l’actrice de Chapeau Melon et Botte de cuir, mais la reconstitution, dans la grange, est fidèle.

Quelques autres vidéos avec des Golden Girls : le clip de NINH “Regarde moi”, et la publicité “One Million intense” de Paco Rabanne qui ressemble plutôt à un fantasme d’Auric Goldfinger.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des mannequins font revivre des scènes des James Bond de façon intelligente. Pour conclure cet article, on vous propose donc cette série d’image réalisée pour le magazine Panorama (relayé une nouvelle fois par MI6 HQ), et mettant en scène deux anciennes Bond Girls : Caterina Murino (Solange) et Maria Grazia Cucinotta (la fille au Cigare). Vous verrez aussi dans le diaporama Jessica Alba qui rejoue la scène de Dr. No où Ursula Andress alias Honey Rider sort de l’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

goldfinger-full-banner

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

3 pensées sur “[50 ans de Goldfinger] Golden Girls

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.