Commander James Bond France

Mendes, Purvis et Wade se remémorent Skyfall dix ans plus tard

Le réalisateur Sam Mendes et le duo de scénaristes Neal Purvis et Robert Wade ont été invités par The Hollywood Reporter à se remémorer Skyfall ici et ici. Nous avons décider de regrouper les deux articles en un seul et de vous les traduire ci-dessous.

2010, à cause du studio MGM qui allait vers sa faillite à l’époque, la production de Bond 23 fut mise aux arrêts pendant environs dix mois.

Et bien que techniquement personne n’ait été autorisé à travailler sur le scénario pendant cette période pour des raisons juridiques, Sam Mendes et ses écrivains Neal Purvis et Robert Wade, avec une réécriture de John Logan, tentaient d’imaginer comment résoudre les problèmes de scénario pour le moment où la production serait remise sur pied.

Le premier scénariste du projet était Peter Morgan. « À un stade très précoce, il y avait une intrigue, qui fut presque entièrement abandonnée, qui se terminait avec la mort de M. Et c’est l’une des choses qui m’ont faites venir se ce film », se souvient Mendes. Après avoir abandonné la plupart des premières intrigues de Morgan pour Bond 23, qui auraient porté le titre temporaire de Once Upon a Spy, Wade et Purvis ont travaillé avec le réalisateur Sam Mendes et Daniel Craig pour peaufiner l’histoire, qui ne réintroduirait pas seulement les historiques Moneypenny et Q, mais tuerait également M.

« Tuer M remonte à quand nous avions commencé Quantum of Solace. Et je ne dirais pas que c’était une scène jetable car elle restait toujours émotionnelle, mais c’était une chose très soudaine qui se produisait à peu près au milieu ou aux deux tiers du chemin dans une première ébauche de l’histoire », dit Purvis. Les gens derrière Quantum of Solace ont finalement décidé que si le film devait faire quelque chose d’aussi énorme que ça, alors cela devrait être fait « correctement, avec la bonne quantité de profondeur émotionnelle dont ce film ne semblait pas avoir le temps ou la place pour. Nous avions écrit cette scène, mais heureusement elle a été coupée ».

Comment aborder la disparition de M et ses conséquences est apparu lors de la première rencontre du duo de scénariste avec Mendes et Craig pour discuter de l’histoire du film. « Quand nous avons vu Daniel et Sam ensemble pour la première fois à New York, nous avons parlé de Et si nous voyions ses funérailles ? et d’un nouveau M prenant le relais ».

L’itération de Purvis et Wade du M de Ralph Fiennes, qui s’appelait à l’origine Mallender et non Mallory dans leur premier scénario, et était à un moment donné considéré comme le grand méchant du film, faisait partie des sujets développés grâce à cette conférence sur l’histoire de New York. C’est également lors de cette rencontre qu’une pièce maîtresse de Skyfall a été mise en place : le méchant, Silva.

« Daniel voulait quelqu’un qui était égal à Bond », explique Purvis. Les scénaristes étaient depuis longtemps fascinés par l’acteur Javier Bardem : « quand nous avons écrit Jinx, le film dérivé de Meurs un autre jour [qui aurait eu Halle Berry dans le rôle principal], nous avions appelé [l’autre] personnage principal Javier dans l’espoir de pouvoir attirer l’acteur », se souvient Purvis.

« Javier » était également le nom du méchant de Skyfall dans les premières intrigues du film, comme pour inciter l’acteur à accepter le rôle. Mendes connaissait Bardem personnellement, donc l’acteur oscarisé était vraiment la seule personne que le réalisateur ait jamais considérée pour l’espion devenu cyberterroriste qui travaillait pour M avant qu’elle ne l’abandonne. Toutefois, avoir Bardem a conduit Purvis et Wade à créer une justification sur comment et pourquoi un homme d’origine espagnole se retrouverait employé par M et les services secrets de Sa Majesté.

« La plupart de cela n’a pas été retenue au final dans le film, c’est assez complexe, mais ce que nous avions trouvé, c’est que [Silva] était un espion travaillant pour les Britanniques », explique Wade. « C’était un espion britannique travaillant à Macao, il s’agissait donc pour M d’avoir des agents ou des atouts partout, d’avoir une toile/réseaux [d’espions]. Il n’était qu’un de ses agents sur le terrain qu’elle a laissé se faire brûler. Il été arrêté par les Chinois et a été sacrifié par M pour le plus grand bien ».

Pour se venger de M, Silva force Bond à le poursuivre dans Londres et cela aboutit à un troisième acte explosif qui se déroule dans la maison d’enfance de Bond en Écosse nommée Skyfall. Le vieux garde-chasse de Skyfall, Kincade, était alors nommé Gilly dans une version antérieure de l’intrigue. C’est Wade qui a initialement proposé le domaine abandonné de Bond comme lieu du final, à la place d’avoir 007 qui combatte le méchant sur son territoire.

Ce lieu a suscité l’anxiété des scénaristes quant à la qualité du scénario du film, en partie car les scènes se déroulant à Skyfall étaient un ajout de dernière minute. « Nous travaillions avec Sam depuis neuf ou dix mois, et cette idée n’existait pas encore dans le film. Et nous savions que nous avions environ deux ou trois semaines avant de devoir remettre le scénario à la MGM. Personne n’avait eu cette idée jusqu’à ce que nous l’ayons eue très tard dans le processus », explique Wade.

Purvis ajoute : « Nous avons écrit toute cette partie du film en peut-être deux semaines, en commençant par Bond emmenant M dans son box de stockage à Londres, et en emmenant l'[Aston Martin] DB5 en Écosse ». Purvis et Wade avaient à l’origine écrits que la DB5 aurait un petit arsenal dans le coffre, et c’est Mendes qui a souhaité que la voiture ait un siège éjectable, des mitrailleuses avant et ressembler davantage à la voiture de Goldfinger.

« Il y avait un consensus entre nous tous, peut-être non dit, que [le script] n’était pas tout à fait correct », admet Purvis. « Michael [G. Wilson] a été très bon [avec nous] quand nous avions des problèmes avec la fin. À leur crédit, Sam, Barbara et Michael ont dit : Eh bien, faites-le ».

C’est Wade qui a également inventé le titre du film, une autre idée de dernière minute.

« Nous étions sur le point de remettre le script, à 8 heures du matin ou quelque chose comme ça », se souvient Purvis. « Et nous nous téléphonons ». Wade ajoute : « Nous avions trouvé le nom de la maison, elle avait toujours été nommée Skyfall. Mais l’une de nos idées était de l’appeler Green Mantel ou Mandalay. Et je regardais littéralement par une fenêtre, j’étais à la campagne, et il neigeait. Il n’y avait que de la neige qui tombait et de la désolation, et j’ai dit au téléphone : Je pensais appeler le film Skyfall ». « Et j’ai pensé que ça sonnait comme approprié », ajoute Purvis. « Plus tard, Michael et Barbara nous ont dit qu’ils allaient l’appeler Skyfall ».

« C’était un tournage difficile. Skyfall était très difficile », ajoute Mendes pour parler de la production. « En partie de ma propre faute, puisque nous avons choisi de tourner beaucoup à Londres et dans le métro, dans des conditions assez sombres. Vous avez le genre de fantasme à propos du tournage d’un film Bond que vous allez passer des jours sur une plage quelque part, mais ce n’était évidemment pas le cas [avec celui-là] ».

Le réalisateur se souvient avec émotion de deux de ses scènes préférées dans le film, toutes deux scénarisées pendant le processus de réécriture par Logan. La première est celle de l’association de mots : « l’une des idées que [Logan et moi] avons lancées était : Ce ne serait pas formidable si, lorsqu’ils testent Bond, ils font une scène d’association de mots ? Et John a répondu Oh, oui et écrit une scène fantastique ».

Le seconde est quand Bond et M sont en route pour Skyfall en DB5. Alors qu’ils sont arrêtés sur le bas-côté d’une route, ils ont un échange que Mendes appelle « presque un haïku » sur le passé de Bond où M dit la phrase préférée de Mendes dans le film : « Les orphelins font toujours les meilleures recrues ».

« C’était une scène très difficile à cerner, d’essayer d’obtenir ces lignes de manière absolument correctes », se souvient Mendes. « C’était beaucoup plus long dans le script original, mais je suis un adepte de l’école de narration Montrez, ne dites pas. Robert et Neil ont travaillé très dur sur [le script], et une grande partie valait la peine d’être conservée ».

Il était important pour Mendes de supprimer l’une des problématiques des premières ébauches : Silva et Bond faisant équipe.

« Ils s’associaient au milieu du film, dans une sorte de trêve précaire. Et ça ne marchait pas car Bond travaille seul. Oui, il peut avoir une femme ou un partenaire à ses côtés [comme dans certains des autres films de Bond], mais ça ne semblait pas bon de le jumeler avec un autre mâle alpha. [Bond] a besoin de quelqu’un contre qui se battre, et ces scènes ont duré aussi longtemps qu’il a fallu pour les écrire. J’ai lu et j’ai pensé : Non, ça ne fonctionne pas ».

Le gun-barrel fut filmé en fin de tournage : « c’est la première fois que je me souviens que Daniel est venu derrière l’écran pour vérifier le plan, pour voir ce que cela avait donné ».

S’il y a quelque chose que Mendes changerait à propos de Skyfall après une décennie de recul, ce serait la dépendance du film à l’égard de Londres. « Je réfléchirais à deux fois avant d’avoir Bond debout sur les toits de Whitehall, avec les drapeaux Union Jack dans la brise, étant donné les 10 dernières années d’incompétence en série du gouvernement conservateur », dit Mendes en riant. « Skyfall était un film de son temps, et très influencé par le fait qu’il y avait une véritable fierté nationale ce moment-là ».

« Ces films sont très difficiles à écrire. Ces 10 mois de temps d’arrêt, c’est à ce moment-là que le scénario s’est vraiment inversé, parce que nous avons eu le temps d’explorer des impasses et d’essayer des choses. Et ce temps ne m’était pas accordé quand nous avons fait Spectre. Et vous pouvez voir la différence dans le script. [Avec Spectre], j’ai senti qu’il y avait une certaine pression. Barbara et Michael ont certainement exercé une certaine pression sur moi et Daniel pour faire le prochain, donc cela fait une grande différence ».

« L’expérience du tournage de Skyfall a été éprouvante, mais la réponse, en termes de nombre de personnes qui sont allées le voir, a été extrêmement gratifiante », conclut Mendes.

« Nous sommes extrêmement fiers du film », déclare Wade.

Les scénaristes ajoutent à The Hollywood Reporter que ni Wilson, ni Broccoli ne les ont encore sollicités pour se réunir pour travailler sur la prochaine aventure de James Bond.

Sources : The Hollywood Reporter et The Hollywood Reporter.

Avatar photo

Clement Feutry

Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

Commenter

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Nos amis du groupe Facebook Planète 007

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Nos amis du groupe Facebook Planète 007

%d blogueurs aiment cette page :