[SPECTRE] Le point sur le tournage #2 – Autriche & Complications

Grüß Gott, le premier point sur le tournage de Spectre de 2015 est là ! 007 news (mise à jour en septembre), sur l’avancement du film !

001- Tournage en Autriche (1ére partie)

Où EON allait-il tourner les scènes enneigées de son 24éme Bond ? Après avoir apparemment boudé la Norvège et la Suisse pour des raisons financières, le choix semble se porter sur les Alpes autrichiennes… Septembre 2014, il est certain qu’une petite partie de l’équipe du film se trouve en Autriche, en train de construire une sorte de grange dans la commune d’Obertilliach aux 700 habitants située dans le Tyrol oriental (district de Lienz).

Le 18 septembre, une première photo de cette fameuse grange, surnommée la Bond-Haus (maison Bond), fait son apparition sur le net ; elle sera suivie d’autres photos montrant l’avancée de la construction durant les mois suivants. L’endroit est gardé par plusieurs hommes qui se révèlent être plutôt sympathiques, l’un d’eux a parfois un certain humour, ainsi si vous lui demandez ce qui se construit, il peut vous répondre que « rien ne se construit ici » ou encore si vous lui demandez si c’est pour James Bond : « James Bond ? Jamais entendu parler ». Le 7 octobre, le Kronen Zeitung rapporte que des préparatifs sont en cours pour une séquence avec un avion : la remontée mécanique de la commune devrait être enlevée, dans la forêt un chemin est dégagé et des poteaux électriques ont été retirés.

Photos de l’avancé de la grange : 18 septembre, 7 et 20 octobre.

Début octobre, on peut lire dans les petites annonces locales qu’une « grosse production hivernale » cherche des volontaires (environ 150) pour fin novembre à début décembre et de mi-janvier à mi-février. Les conditions ? Avoir minimum 18 ans, savoir parler l’anglais et si possible avoir le permis de conduire. Parmi les profils recherché, on peut lire : conducteurs d’engins de damage, guide de haute montagne, motoneige, sauveteurs en montagne, diverses spécifications d’artisanat, etc… À la fin du mois, les médias locaux rapportent que la production aurait voulu utiliser le glacier de Dachstein pour le film mais que cela aurait été abandonné pour des raisons financières (rumeur à prendre avec des pincettes), et que la commune d’Altaussee couvre sa patinoire pour qu’elle puisse accueillir 40 véhicules lors du tournage. Le réalisateur Sam Mendes serait lui-même venu en repérage vers Altaussee, espérant que lac situé à proximité ne soit pas gelé au cours du tournage. Il est également rapporté qu’une cabane nommée Jagdhaus Seewiese (celle qui a finalement servi pour les plans extérieurs du refuge de Mr White) attire les cinéastes…

Vers le 8 novembre, le Kleine Zeitung fait état de nouvelles constructions. Huit petites cabanes en bois traditionnelles appelées Schupfen, ont été retirées des champs près d’Obertilliach pour être replacées à côté de la grange construite spécialement pour le film. Cette relocalisation a provoqué des réactions vives de la part de certains habitants, voyant le déplacement de ces anciens bâtiments caractéristiques de la région comme une sorte d’attentat sur le paysage. Le maire Matthias Scherer a tenté de rassurer ses habitants en précisant que les Schupfen déplacés étaient vieux, délabrés ou laissés à l’abandon… Le 15 novembre, on rapporte aussi une nouvelle construction : sur des champs agricoles à l’entrée de la commune, c’est une zone de 20 000 m² qui se transforme en parking pour la production. Celle-ci est recouverte d’une sorte de bâche (pour ne pas abîmer le gazon) sur laquelle une couche de 30 centimètres de graviers est disposée. Une cuisine roulante tournante 24h sur 24h sera aussi installée sur cette aire. Dans la ville de Sölden, des infrastructures pour le tournage sont aussi en train d’émerger, il est question d’un tas de containers et d’un héliport.

PtT2 (1)

Un(e) Schupfen placée près de la grange et l’avancement du parking d’Obertilliach.

Dans son numéro du 16 novembre, le Kleine Zeitung rapporte que Sam Mendes (avec son traditionnel béret) est venu à Obertilliach, accompagné de Chris Corbould PtT2 (7)(superviseur des effets spéciaux), Gary Powell (coordinateur des cascades) et des employés de la société Filmhaus. Le premier arrêt fut dans une zone boisée où un chemin longeant les arbres a été élargi sur 600 mètres, un ruisseau de montagne a été dévié par un tuyau en béton. Des piquets marquent des emplacements pour le crash de l’avion et d’épais câbles sont prêts pour la cascade. Le second arrêt de la visite de Mendes se fait près de la fausse grange où une bannière de l’aéronef a été placée pour pouvoir mieux visualiser la future cascade. D’après le journal, près de 200 travailleurs locaux ont été embauchés, chacun ayant signé un accord de confidentialité multi-pages qui leur interdit, sous peine d’une amende de 5000 euros, de prendre des photos, d’utiliser un téléphone, ou de parler de ce qu’ils font sur les réseaux sociaux.

Vers le 23 novembre, les travaux sont toujours de mise à Obertilliach, cette fois sous une ambiance enneigée. De grosses tentes se dressent et des containers sont installés. À toutes heures, un service de sécurité garde les lieux, et les membres qui le composent ne sont pas du tout heureux lorsque quelqu’un s’approche avec un appareil photo. C’est seulement à ce moment-là que la production et le maire décident de sortir officiellement de leurs silences lors d’une réunion avec les résidents. Ceux-ci sont enfin briefés sur le futur tournage de « Bond 24 » : trois endroits du coin vont être utilisés : la foret, la piste, et la zone de la grange. « Il y aura une équipe de 300 personnes et des camions », ainsi que quelques plans aériens filmés par avion et deux hélicoptères (un autre hélicoptère sera stationné dans le coin comme appareil de secours). La circulation sera régulée durant les jours de tournage en coordination avec la police. Pour rassurer les habitants, EON promet que lorsque qu’elle sera partie : « l’endroit sera comme s’ils n’étaient jamais venus ». Si le futur tournage n’est pas accueilli à bras ouvert par tout le monde (notamment de peur que cela n’effraye ou ne gêne les touristes), d’autres habitants en profitent, comme un agriculteur qui reçoit 12 000 euros par hectare loué, le propriétaire d’une boutique de motos-neige qui a vendu vingt de ses engins (avec les remorques) à la production, ainsi qu’une bonne vingtaine d’hôteliers qui devront loger l’équipe du tournage… D’autres rapports précisent qu’une douzaine de bateaux traditionnels de type Plätten ont été construits en plusieurs mois pour le film par un artisan du coin, Felix Suchanek.

 

Vers le 9 décembre, des essais sont effectués dans le Gostenwald, qui se situe à l’ouest d’Obertilliach. Environ 70 membres de l’équipe du film se trouvent sur place et font notamment des crash-tests avec un Land Rover bleu que l’on envoie heurter un mur constitué de blocs de béton ; le véhicule explose. Un morceau d’avion ainsi qu’une rampe d’environ un demi-mètre étaient également présents pour les tests, en plus de chariots télescopiques, de tentes et divers containers.

 

Puis vers le 11 décembre, le journal BILD rapporte avoir reçu des photos du tournage d’un lecteur, la première montrant un avion Britten-Norman BN-2 Islander noir qui a effectué plusieurs passages au-dessus de la tête du photographe ; et il est dit que le jour suivant « ils ont filmé sur le glacier de Tiefenbach [près de Sölden]. Un faux avion était présent. Trois hommes en sont sortis et la scène a nécessité plusieurs reprises ». Cependant il est plus probable qu’il ne s’agisse que de répétions/tests (l’avion étant peint d’un « camouflage artic »)… Le photographe rapporte aussi que prendre des photos était difficile car « tout était bloqué et qu’il y avait beaucoup de sécurité ».

Vers le 3 janvier 2015, alors que la date d’arrivée en Autriche de Daniel Craig se rapproche à grands pas, l’équipe de Spectre (visiblement aidé par les pompiers locaux), prépare la séquence qui prendra place au lac Altaussee. La scène sera normalement filmée par trois hélicoptères (l’espace aérien sera interdit aux autres objets volants n’appartenant pas à la production du 4 au 6 janvier). Une avalanche a été volontairement déclenchée pour minimiser les risques lors du tournage.

Le dimanche 4 janvier vers 14h00, Daniel Craig arrive à Altaussee en hélicoptère ; la météo n’est pas des meilleures. Il sera conduit à l’hôtel Seevilla (152 euros par nuit). Le site MI6-HQ rapporte notamment que la production aurait réservé au total plus de 30 000 nuits dans les hôtels du Tyrol, de la Carinthie et de la Styrie, et dépensé au moins 6 millions d’euros en transport, locations et embauches.

Puis le 5 janvier, les choses sérieuses commencent pour Craig. Mais comme le rapportent le Kleine Zeitung et oe24, cela ne se passe pas comme prévu… Dès 8h45 la météo rend le tournage incertain. Le temps qu’il fait sur le lac Altaussee n’est en effet pas des plus clément avec une température de -1.4°C et de légères chutes de neige. Des avalanches ont été artificiellement déclenchées dans la mâtinée alors que la sécurité a bouclé la moitié des huit kilomètres qui forment le périmètre du lac. À 10h00, l’équipe décide de reporter le tournage de quelques heures en raison d’un vent fort. Il s’agit là de conditions climatiques très embêtantes puisque la scène qui doit être tournée implique Bond qui navigue sur le bateau Plätten à travers le lac.

Finalement il est annoncé que le tournage pourrait débuter vers 14 heures. Peu de temps après l’annonce, les préparatifs s’accélèrent, la neige est retirée des rotors des hélicoptères et le temps semble se dégager ; vers midi des premiers vols d’essai au-dessus du lac sont effectués. Parmi les trois appareils présents, un été réservé pour la prise d’image, un autre pour le transport et le dernier pour le sauvetage.

Il n’y avait pas beaucoup de spectateurs près du lac, le vent était probablement trop glacé et l’endroit bien gardé. Certains bateaux des pompiers locaux transportent maintenant l’équipement de tournage sur l’eau tandis que d’autres tirent le Platten sur le lac. Le temps passe, cela inquiète l’équipe du film qui n’a alors plus qu’une courte période avant de perdre les conditions de bonne luminosité, les ténèbres tombant lentement vers 15 heures à cause des montagnes environnantes.

Avant le tournage, Daniel Craig avait quitté son hôtel tôt le matin pleinement préparé pour les répétitions et a donné quelques autographes vers midi (y compris sur un billet de 10 euros, un couple n’avait que cela sous la main). À 13h40, l’acteur est conduit sur le lieu de tournage dans un Range Rover. De nouvelles chutes de neige deviennent un fardeau pour l’équipe et du brouillard commence à se glisser le lac, la visibilité est rapidement réduite jusqu’à ce que le brouillard recouvre complètement la zone. La situation ne s’améliorant pas, la suite du tournage est devenue peu probable en ce jour… Mais à 15h36, il est finalement rapporté qu’une première scène est apparemment dans la boite et une demi-heure plus tard, le tournage semble s’arrêter. À 16h30, Daniel Craig retourne à son hôtel.

Un début très difficile pour l’équipe qui espère maintenant que les conditions météo soient meilleures le lendemain. Côté restauration, c’est la firme Red Chutney Ltd qui a assuré les repas des environ 250 personnes présentes.

Mardi 6 janvier, le deuxième jour de tournage à Altaussee commence avec de meilleures conditions météorologiques ; les caméras ont commencé à tourner tôt. À six ou sept heures et demie, Daniel Craig est amené au lac par hélicoptère, des membres de l’équipe du film avaient déjà été vus en train de préparer la scène dès 04h30. Au total, ce sont environ 15 bateaux de pompiers qui sont mis en service. Pas de mauvaise surprise pour l’équipe qui travaillait sous un soleil idéal et sans trop de vent… ce qui a dû aussi plaire aux fans et aux spectateurs avides d’autographes qui attendaient en face de l’hôtel de Craig ou vers la rive. Les informations étaient rares et bien sûr “top secrètes”, mais selon oe24.at, les scènes du Platten faites la veille sous la mauvaise météo ont été retournées et des scènes supplémentaires ont été filmées ; notamment à l’extérieur de la cabane Jagdhaus Seewiese (les plans intérieurs ont été tournés à Pinewood), ce qui était impossible à faire lundi à cause des chutes de neige. Il est aussi rapporté qu’une scène avec Daniel Craig et un Land Rover Discovery a été filmée près du lac. Après une longue journée de tournage, l’acteur est revenu à son hôtel où il était attendu par les fans…

D’autres scènes doivent être tournées à Altaussee le 7, sans Daniel Craig cette fois. Il est supposé que plusieurs plans du paysage seront filmés. Il convient aussi de noter que les médias locaux étaient à nouveau très investis. Presque tous y étaient, à fournir de précieuses images aux fans, lives et des rapports détaillés en temps réel.


Tôt dans la matinée du 7 janvier, une grande partie de l’équipe de Spectre quitte Altaussee pour Sölden, laissant derrière elle une autre équipe chargée de faire quelques plans supplémentaires du lac et du paysage. La distance entre Altaussee et Sölden est de 350 km, ce qui demandera un trajet d’environ 4 heures pour les 25 camions et les voitures de l’équipe.

La matinée à Sölden a commencé avec l’arrêt des téléphériques 3S alors que les webcams du restaurant IceQ, situé à 3048m au-dessus de la mer sur le sommet Gaislachkogl, montraient des gardes et des personnes en tenues jaunes qui continuaient à préparer les lieux pour le tournage. Les webcams de ce bâtiment à l’aspect moderne choisi par Dennis Gassner ont toutes cessé de diffuser leurs images à partir de 9h30.

La météo de Sölden était très bonne, malgré quelques nuages le matin et une température de -3°C dans la vallée et -6.8°C au sommet Gaislachkogl. Un peu de mécontentement pouvait se faire entendre de la part de certains skieurs puisque deux pistes (1 & 1b) ont été complètement fermées.

Pour marquer le début du tournage à Sölden qui devrait commencer le lendemain, un photocall avec les acteurs Daniel Craig, Léa Seydoux (Madeleine Swann) et Dave Bautista (Hinx) a eu lieu au sommet Gaislachkogl (plus de photos ici).

Ci-dessus une photo du promotionnelle du restaurant IceQ et une autre datée du 7 janvier. Vous remarquerez au passage que le vrai bâtiment est assez différent de la clinique film

Pendant ce temps, le site BrunnerPhilipp nous publie des photos en provenance d’Obertilliach où des camions semblent aussi être arrivés, une quinzaine de canons à neige sont aussi utilisés.

L’absence de neige semble d’ailleurs avoir été l’un des gros problèmes du tournage en Autriche :

« Initialement, en Autriche, il n’y avait pas de glace ou de neige. Toutes nous préparations ont été délayés et nous avons du voyager quelques kilomètres jusqu’à un endroit différent afin de tester le matériel de l’avion et les moto-neiges », dit Chris Corbould. Effectivement, la météo ne faisant pas ce que l’on attendait d’elle pour cette saison, l’équipe a dû faire amener 400 tonnes de neige artificielle pour recouvrir une colline, qui n’aurait pas dû en avoir besoin.

Notes de la production

Le 8 janvier, une partie de l’équipe Bond (environ 60 personnes) quitte la salle de petit déjeuner de l’Aqua Dome située a Längenfeld, pour rejoindre la base de la production située au centre de Sölden. Aujourd’hui ils coordonnent le tournage qui doit s’effectuer dans la journée : habiller les figurants, préparer les lieux et les accessoires, vérifier l’équipement. D’autres membres restés à Längenfeld travaillent avec des tablettes tactiles. Obtenir de nouvelles informations ou de nouvelles images du tournage se révèle presque impossible tout au long de la journée. Nous savons cependant qu’au IceQ, la scène où Bond sort de la klinik et voit les trois 4×4 (un Range Rover SVR et deux Land Rover Defender Big Foot) s’éloigner est tournée.

PtT2 (13)

Les deux jours suivants à Sölden ne sont guerre plus riches en images, une photo montrant Sam Mendes et Daniel Craig aux abords du IceQ se retrouve tout de même sur le web (des scènes avec Ben Whishaw et un téléphérique ont aussi été mis en boite) :

PtT2 (14)

Du côté Obertilliach, alors que de la neige arrive par camions, les choses semblent être plus intéressantes. L’équipe se prépare au tournage et les restes d’un avion endommagé ainsi qu’un Land Rover (retourné sur le toit) peuvent être vus près de la grange. Six personnes, équipées de chaussures à crampons, ont tiré l’avion vers une rampe faite de neige grâce à une corde (et beaucoup de virilité). Les fans de James Bond étaient déjà dans les parages, attendant que le tournage commence dans les jours à venir ; certains d’entre eux ont même eu la chance de rencontrer Chris Corbould.

Le 11, rebelote, seulement quelques photos de l’équipe qui replace les barrières de sa base à Sölden tombées à cause du vent, ainsi que des skieurs près du IceQ, probablement des figurants…

La suite du tournage en Autriche dans notre point n° 3 !

002- Rome – Complications en vue

Début janvier, alors qu’une partie de l’équipe de Spectre était occupée en Autriche, des complications sont survenues pour une seconde équipe attelée à la préparation du tournage à Rome.

Une scène de course-poursuite devait avoir lieu sur la mythique place des Quatre Fontaines, mais l’édifice a été jugé trop fragile pour tourner de telles cascades à proximité.
Voici ce que Federica Galloni, une responsable du patrimoine, a déclarée :

Nous n’avons pas délivré l’autorisation de tournage sur la place des Quatre Fontaines parce que c’est un site délicat d’un point de vue architectural. Nous avons de ce fait demandé aux producteurs de ne pas tourner la scène là, mais de recréer la séquence en post-production. Pour le moment la scène est suspendue, et nous attendons de voir ce que la production suggère pour résoudre ce problème.

PtT2 (18)

Plus tôt, début novembre 2014 un autre éventuel problème avait été signalé en Italie. Dans le pays, des nouvelles normes ont été proposées concernant l’utilisation d’armes à feu pour le tournage de films et de séries télés. Cela implique que toutes ces armes utilisées sur un plateau de cinéma, y compris celles à gaz comprimés, doivent être soumises à des tests coûteux et laborieux pour s’assurer qu’elles ne peuvent tirer qu’à blanc et donc ne tuer personne. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces nouvelles règles ne plaisent pas à l’industrie du cinéma local : « ce nouveau règlement est techniquement discutable et objectivement inapplicable » et va provoquer des « pertes économiques majeures » non-attractives pour les productions internationales. En décembre, sous la pression de l’industrie du film, le gouvernement a cependant accepté de reporter la mise en œuvre des nouveaux règlements d’une année. C’est un problème de moins pour l’équipe Spectre qui doit tourner des scènes en Italie début 2015, et comme on peut le lire dans un journal local : « James Bond 1 – Bureaucratie 0 ».

Fin novembre 2014, un autre imprévu avait aussi heurté la production. Le Wirtschafts Woche rapportait que cinq véhicules Range Rover de type Sport, spécialement préparés à Neuss (Allemagne) pour le tournage en Autriche, avaient été volés avant d’avoir pu être livrés à destination. En prime des cinq SUV, les voleurs en avaient profité pour emporter quatre autres voitures avec eux (marques et modèles non précisés). Le butin était estimé à près de 800 000 euros.

PtT2 (19)

003- Équipe technique – Daniel Kleinman

L’information vient de James Bond-magasinet (29 décembre), Daniel Kleinman (réalisateur des génériques d’ouverture de tous les James Bond depuis 1995, excepté Quantum of Solace) reviendra pour la 24ème aventure de 007.

Les producteurs de la franchise m’ont demandé de travailler sur le générique d’introduction du prochain film. Je n’ai pas encore commencé, mais j’espère m’y mettre prochainement.

Kleinman & Craig - Skyfall

Daniel Kleinman et Daniel Craig sur le tournage de Skyfall.

M.A.J. : Spectre marque aussi une nouvelle collaboration entre Daniel Kleinman et la société d’effets spéciaux Framestore qui a travaillé sur tous les James Bond, principalement sur les séquences de génériques, depuis Goldeneye. Pour Spectre, le processus créatif du générique s’est étalé sur près de quatre mois et a impliqué plus de 30 artistes et producteurs qui ont travaillé en étroite collaboration avec Daniel Kleinman pour définir les images, le style et le ton de la séquence.

Le travail a débuté en mai, après que Kleinman ait reçu un appel de Michael G. Wilson et Barbara Broccoli. Une fois le script lu, Kleinman a rencontré Framestore pour commencer à concevoir des idées visuelles. Avec six génériques de Bond à son actif, Kleinman savait exactement comment aborder le travail : « Je n’ai d’idées préconçues, de trucs stockés dans mon esprit quand je commence ; il est important que les idées et les visuels arrivent de manière narrative ». Les artistes de Framestore ont été informés des éléments clés, et ont commencé à travailler le story-board initial, avec un peu de travail de prévisualisation.

Les éléments principaux incluaient la pieuvre, et une focalisation sur l’amour et les relations. Bien entendu, il y a aussi des filles, des armes à feu, des crânes occasionnels pour rappeler le film et la saga. Le directeur créatif exécutif William Bartlett explique que « les gens veulent vraiment voir des choses familières, mais d’une nouvelle manière ».

Framestone a participé au tournage du générique, trois jours durant lesquels ont été recueilli une multitude d’éléments stylistiques et d’effets spéciaux pour la séquence. Certains des éléments supplémentaires ont été capturés dans une sorte de réservoir avec du travail macro, dont la capture des gouttelettes d’eau qui seront largement utilisé, en particulier autour des figures féminines. Pour la séquence avec les archives des derniers films, Bartlett dit que « C’était facile de les assembler : les morceaux étaient issus de milieux différents, filmés par différentes caméras, l’un d’eux était pris sous l’eau, mais nous avions besoin de faire croire que tout a été filmé spécifiquement pour cette séquence. Nous avons été en mesure d’utiliser les paroles de la chanson, à propos des éclats de verre, à notre avantage pour styliser la séquence d’une manière qui apportait tous les éléments du passé ensemble ». Kleinman explique aussi qu’il était originellement prévue d’ajouter l’image d’un perssonage de Quantum of Solace, mais l’idée a été abandonnée car il n’y avait « pas vraiment de plans appropriés, clairs et stables » dans ce film.

Daniel Kleinman ajoute qu’il « commence souvent la création de la séquence titre avant d’avoir entendu la chanson qui va avec. Pour Spectre, je l’ai entendu assez tôt, pas une version définitive, mais cela a aidé. J’ai essayé de lier les images avec les paroles à l’occasion, pas dans le but de faire une absolue illustration, mais plutôt quelques touches légères. Writing’s on the Wall est en substance, une chanson d’amour, ce qui est étrange parce que « spectre » est un mot sinistre. C’est en fait l’un des rares cas où le titre ne se retrouve pas du tout dans les paroles ».

Bartlett ajoute : « Il est très important qu’il y ait une alchimie entre l’audio et le visuel. […] nous nous sommes abstenus d’essayer de caser des choses, ralenti le rythme et avons viré quelques scènes pour permettre à la pièce de respirer. Il est plus intéressant d’avoir moins de scènes, et de travailler à bien les mélanger ».

Pip Phillips, l’une des filles du générique, dit qu’elle a eu trois jours de tournage : un aux studios Warner Bros, un à Pinewood et un autre à Black Island Studios.

Et par ici se trouve une interview intéressante avec Daniel Kleinman.

La séquence du pré-générique, sans texte.

004- Casting – Christoph Waltz : Interview

L’acteur Christoph Waltz (Franz Oberhauser) s’est confié au journal autrichien Kronen Zeitung en décembre dernier. L’occasion pour lui de répéter qu’il ne dira rien sur l’intrigue du prochain film !

jbbr_spectre_press_event-25

Je pourrais vous raconter n’importe quoi. Après tout, ce sont les spéculations qui alimentent la machine. Je joue Franz Oberhauser, un Autrichien. Mais je ne vous dirai rien au sujet de l’intrigue, ce serait me tirer une balle dans le pied.

Dans l’univers de James Bond, le mot « Villain » est permis. Les “Bond Villain” sont une institution. Mais de là à dire que l’on peut associer ce terme à mon personnage, c’est encore trop tôt pour le dire.

Au sujet de la franchise et des Bond Girls :

J’ai aimé quelques films, comme Skyfall qui est magnifique ou encore, avec le recul, les films des années 60. J’étais toujours curieux de voir les nouvelles Bond Girls, mais je n’ai jamais eu envie de faire un classement parce qu’elles sont toutes très présentables.

Waltz évoque également sa rencontre avec Craig et Ralph Fiennes :

Ce qui est amusant, c’est que j’ai rencontré Daniel Craig aux Golden Globes, il y a deux ans. Il était incroyablement amical et est venu à ma rencontre. Quant à Ralph Fiennes, il est l’un de mes acteurs favoris et nous nous sommes rencontrés en privé.

Concernant le piratage de Sony et la fuite du script, Waltz ne prend pas des gants :

C’est une des premières ébauches du script et il n’y a presque plus aucun élément dans la dernière version. Cette histoire de piratage me tape sur les nerfs, c’est totalement virtuel et pompeux. C’est sales petits types sont pathétiques. Détruire quelque chose est tellement plus facile que de le construire.

Et pour terminer, il se dit triste de ne pas participer au tournage en Autriche :

Malheureusement [je ne serai pas présent en Autriche]. J’avais dans l’idée d’aller rendre visite à mes collègues durant le tournage, mais c’est quelque chose que je fais rarement quand je ne suis pas impliqué dans le tournage parce que, quand je joue moi-même, je déteste que des touristes se montrent.

 

Second point rédigé par Clément Feutry et Gregory Bertrand.

Les Points sur SPECTRE :
Point 1 – London Calling
Point 2 – Autriche & Complications
Point 3 – Pilotage & Castings
Point 4 – Bons baisers de Rome
Point 5 – Sous le soleil de Mexico
Point 6 – Remue-ménage à Londres
Point 7 – De la Tamise au Maroc

Clément Feutry

Clément Feutry

Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

3 pensées sur “[SPECTRE] Le point sur le tournage #2 – Autriche & Complications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.