Gemma Arterton, étoile filante ?

Trajectoire parfaite pour la star naissante qu’est Gemma Arterton. Je ne sais pas s’il y a une équipe ou un agent derrière qui orchestre cette carrière, mais autant dire que le scénario est parfait pour cette jeune actrice (24 ans) britannique.

Princess of Hollywood

Tous les éléments sont réunis pour assurer la parfaite success story : un anonymat presque complet, quelques second rôles au cinéma et à la TV pour s’ouvrir les portes du cinéma américain, puis Quantum of Solace en guise de tremplin vers les hauteurs intersidérales du box office du cinéma. Son apparition aux cotés de Bond devient vite anecdotique pour profiter des projecteurs grâce aux rôles principaux de blockbusters classiques (Choc des Titans et Prince of Persia). Gemma arrive à point nommé pour remplir le rôle de la petite actrice british qui vient rajeunir le monde des stars en offrant outre sa jeune beauté, un accent “posh” tout à fait adapté aux rôles de princesses et déesses hollywoodiennes.

Là où l’on voit que la trajectoire est parfaitement maitrisée, c’est que Arterton s’empresse d’investir ce capital. Cela se fait d’abord dans les magazines, publicités et le mannequinat qui ont  avec n’importe quel post-production de grosse production. Cela se manifeste aussi en signant avec des cinéas

Publicité Bondienne

tes lui assurant une diversité de rôles : un thriller à gauche pour montrer ses qualités d’actrice dramatique (Alice Creed), une comédie acide au coté du grand réalisateur Stephen Frears (Tamara Drewe). Ce dernier film lui permet notamment de jouer sur statut de star en le reconvertissant dans le cinéma présenté comme d’auteur. À cela s’ajoute aussi un retour dans des comédies américaines pour rester bien en vue du jeune public féminin. Reconnaissons que c’est un calcul très lucide pour cette jeune actrice qui sait exploiter sa célébrité naissante en diversifiant au maximum sa carrière dès le début, pour éviter le risque d’être coincée dans une catégorie de rôle.

À cela s’ajoute une mise en scène de la vie privée parfaitement maitrisée : mariage arrivant au bon moment, interviews régulièrement diffusée, et divulgation à volonté de petites anecdotes dont est friand le grand public (du genre : révélation de sa polydactylie ou de son accent du Kent sévèrement éloignée du parfait anglais affiché dans les films).

Rien à redire donc à cette carrière bien lancée dont Bond a été une des marches. Reste à savoir si l’actrice saura en tirer profit et faire durer cette célébrité un maximum avant que l’inconstance du public ne s’oriente vers une autre tête nouvelle. Bonne chance Gemma, et merci pour ta trop courte apparition dans QOS !

Il reste que l’exemple de cette trajectoire fulgurante permet de réfléchir sur les opportunités que donnent les films de Bond à leurs jeunes actrices introduites. Je trouve très intéressant de voir la diversité des stratégies effectuées par les actrices pour exploiter le capital de célébrité inclus par le simple fait de jouer dans un James Bond. C’est moins évident chez les acteurs incarnant les ennemis de Bond qui ont souvent une bonne carrière derrière eux et “s’amusent” à jouer les méchants pour diversifier leur filmographie.

En revanche, il y a autant d’actrices que de stratégies de carrière : certaines essayant immédiatement de s’éloigner de la catégorie “James Bond Girl” de peur de ne pas être prise au sérieux (Claudine Auger), d’autres en font une corde à leur arc pour booster leur célébrité (Eva Green), des mannequins s’ouvrent des portes sur le cinéma et certaines perdent hélas vite de cet intérêt dans le public.

Ainsi, alors que Gemma Arterton caracole dans le box-office et les revues magazines, Olga Kurylenko se fait étrangement discrète. Dommage pour elle qui, il n’y a pas si longtemps, bénéficiaient des rôles titres dans de nombreux blockbusters…

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.