Another way to die

Awtd

Pour mon premier article en rapport avec Casino Royale, je prends pour titre la chanson du nouveau générique de Quantum of Solace. Je réagis aujourd’hui à un rapprochement que l’on a vite fait entre Casino Royale (C.R.) et Au Service Secret de sa Majesté (O.H.M.S.S.). Si il est vrai que les deux ont beaucoup de ressemblances, dire que « dans les deux il y a l’amour de Bond qui meurt » est un peu restrictif. Cette disparition de la femme de Bond n’a pas la même importance, la même signification, et Bond n’a pas la même réaction face à ces deux décès.

Le cadre émotionnel

Dans C.R. : Bond et Vesper étaient en plein amour, James était vraiment sur son petit nuage, en train de savourer une idylle dans sa vie d’espion. On dirait plus qu’il est en vacances qu’en train de quitter son grade de 007. Même en démissionnant, il garde son tempérament du début du film, mais en en tirant tout de même les conséquences (par rapport au fait qu’il soit trahi, etc). Il dit vouloir avoir un boulot normal, mais il reconnaît lui même qu’il ne sait pas ce que c’est. Pour moi, il pensait pouvoir continuer à être l’espion un peu fou et rebelle du début du film, en se débarrassant tout de même de son rôle de meurtrier pour plaire à Vesper.

Dans O.H.M.S.S. : Ça fait longtemps que Bond a fait sa déclaration. Bien avant la fin, lui et Tracy sont tombés amoureux et se sont unis (au contraire de Vesper qui ne se livre à vraiment à Bond et lui fait confiance qu’une fois Le Chiffre exécuté). C’est en sachant qu’il l’aimait plus que tout et qu’il voulait se marier, que James a affronté Blofeld à la fin sur le Pizz Gloria.

La mort de la femme

Dans C.R. : On a d’abord un rebondissement (Vesper est une traîtresse), puis une grande scène d’action, à la fin de laquelle on sait qu’il va se passer quelque chose… On envisage même la mort de Vesper (faut se mettre en situation comme si on avait pas vu le film 😉 ).

Bond voit ensuite Vesper mourir sous ses yeux. C’est même elle qui verrouille la porte de l’ascenseur. On voit qu’elle s’excuse auprès de James et se condamne elle-même, car elle ne s’estime peut-être pas digne de James après l’avoir trahi (ça se voit bien dans ses yeux). Ça fait déjà une grande différence avec la mort de Tracy puisque celle de Vesper se rapproche plus du suicide. Bond, quant à lui, est impuissant devant cette mort. Du coup, quand tout ce bruit, cette intense scène est terminée, on se retrouve avec le cadavre de Vesper devant nous, au beau milieu d’un désastre… et MALGRÉ qu’il se soit défoncé pour la sauver (apnée sous l’eau etc) il n’a pu lui éviter de mourir.

Dans O.H.M.S.S. : Son mariage est réalisé, Bond est heureux, il a l’impression de rentrer dans la normalité (garçons et filles prévus). Il a toute la vie devant lui. Sur ce, Blofeld tue Tracy : en moins de 5 secondes, sur ce bord de route tout calme, tout est anéanti. Bond se retrouve tout con devant le cadavre de Tracy, alors qu’il allait partir comme au bon vieux temps à la poursuite du méchant. À la rigueur, il aurait même pu anticiper l’arrivée de la voiture et protéger sa femme mais il n’a rien pu faire.

La réaction de Bond

Dans C.R. : Quant on regarde la tête de Bond après, on voit qu’il a du mal à se rendre à l’évidence : il s’obstine à essayer de réanimer Vesper (même qu’il s’y prend comme un manche quand on a quelque notions de secourisme), il est complètement frustré. Il n’accepte pas l’idée qu’il n’a pu la sauver et que la femme qu’il aime a été victime de son environnement (d’autant plus que Vesper avait en quelque sorte choisi et accepté sa mort). Sa seconde réaction est de trouver autour de lui les responsables (il a vraiment la tête du gars fâché), et il se rend compte qu’il est tout seul impuissant devant son amour, sans moyen de calmer sa frustration (dommage, Mr White n’était pas loin). Ce n’est qu’alors qu’il s’effondre littéralement.

Dans O.H.M.S.S. : Bond se sent ici complètement brisé, et il se résigne vite, même s’il a du mal à se rendre à l’évidence : la preuve avec sa réplique au policier : “non non, tout va bien, elle se repose un peu, nous avons toute la vie devant nous” Il le dit amèrement, il ne le pense pas. Et il pleure sur sur ce qu’il ne peut avoir : l’amour tranquille.

La naissance de Bond ou la leçon qu’il en tire

Dans C.R. : Il ne reste à Bond qu’un “Quantum of Solace” ; il pensait réussir à combiner son tempérament d’espion et son amour avec Vesper mais il doit se rendre à l’évidence. Il accepte finalement son âme de tueur et d’agent secret (c’est ce qui sort de son appel avec M). De plus et surtout, la vengeance lui donne une occasion de contrer la mort injuste de Vesper (surtout que Vesper lui en donne les moyens en lui fournissant le numéro de Mr White) : il DEVIENT Bond. Pour cela, il trouve la personnalité de James Bond qu’il cherche depuis le début du film, et se lance à fond, et consciemment dans sa carrière.

Dans O.H.M.S.S. : Il se rend compte qu’il a négligé un point capital : il ne peut pas faire un trait sur sa vie d’espion, sa vrai nature d’agent le rattrape, il se rend compte qu’il ne peut pas combiner son métier (même en le larguant) avec son amour. La seule personne qu’il aimait ne peut pas l’accompagner là ou il DOIT aller de par sa vie et son métier qui s’impose naturellement ; on est James Bond, on le reste.

La signification du James Bond thème

Dans les deux films, le thème semble clôturer le film de façon symbolique, et dans les deux, la signification est la même : James bond n’a pas / ne peut pas avoir de femme, il est solitaire, solide, sans trop d’émotion, avec la classe et la Bond attitude qui cachent ses problèmes de cœur.
La différence entre CR et OHMSS, c’est que Bond/Craig qui avait du mal à adopter la James Bond attitude, se rend compte de ce que c’est, et il l’incarne volontairement, sur un choix (avec comme but la vengeance). Bond/Lazenby lui, est contraint de garder cette James Bond attitude dont il pensait être capable de se débarrasser pour devenir monsieur-tout le-monde.

Le rendu de la scène

On ne se sent pas pareil en regardant les deux scènes. Dans Casino Royale, on est aussi frustré que Bond, et même si Vesper était coupable, on attend que Bond se redresse. Ça ne peut pas se finir comme ça et on attend un Happy End minimum en bon public crédule que nous sommes. De plus, la mort de Vesper est moins émouvante. Peut-être est-ce à cause de cette scène dans la piscine/lagune de Venise avec Bond qui respire sous l’eau. Trop cliché. Pourtant ça s’annonçait bien quand Bond plongeait et qu’on entendait plus de son d’un seul coup. J’aurai préféré que cette scène se fasse en eaux plus troubles, qu’on voie la résignation de Vesper, qu’on voie Bond s’acharner au milieu des bulles, qu’on devine finalement Vesper qui suffoque avant de mourir, et qu’il y ait une ellipse entre ça et le moment où Bond sort de l’eau.
Mais là, ça s’étale dans une longueur qui lui fait perdre de sa crédibilité.

L’effet émotionnel d’Au service secret de sa majesté est beaucoup plus fort, car le film s’achève sur la balle qui a percé le pare-brise, et qui nous fait comprendre la leçon. Le fait que Bond pleure est aussi très touchant et Lazenby est très convaincant. Toutefois comme Lazenby nous a montré depuis le début ses faiblesses en tant qu’acteur, il est moins crédible que si c’était Sean Connery qui s’était mis à pleurer (lui avait vraiment assimilé le personnage de Bond contrairement à Lazenby). Cela dit, je trouve bien que Bond pleure pour une fois. En ce qui me concerne, la mort de Tracy m’émeut toujours beaucoup !


Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.