Ce qu’était le SPECTRE

Lorsque le titre de Bond 24 est apparu, les fans n’ont pas eu besoin de réfléchir longtemps pour se laisser submerger par l’excitation. Le SPECTRE fait parti du B-A-BA de la bondmania. C’est l’organisation ennemie avec laquelle on a grandit, en regardant James Bond mettre en péril les plans du Service Pour l’Espionnage, le Contre-espionnage, le Terrorisme, la Rétorsion et l’Extorsion. La promesse de voir revenir l’organisation criminelle est comme si on nous resservait un plat savoureux issu directement de l’âge d’or des James Bond, celle où 007 avait le visage de Sean Connery.

SPECTRE_Logo

Pour le grand public qui ne connaît pas Bond sur le bout des doigts, le nom de SPECTRE doit sans doute être familier. À force de passer à la télévision, on a forcément fait la rencontre de Blofeld, de son chat et des sous-fifres exécutés rapidement. Pour eux, SPECTRE doit sembler tout à fait logique, dans la lignée du reboot que nous offre EON depuis 2006, associé à la satisfaction d’un nouveau film qui s’amène.

Comment alors expliquer ce que représente le SPECTRE dans la franchise James Bond, au public d’aujourd’hui ? Je commencerai par inviter les gens à regarder cette vidéo de Brad Hansen qui montre le vieux SPECTRE sous son jour le plus moderne, et avec une bonne musique !

Chez Fleming

Le SPECTRE n’a pas eu une longue existence sous la plume de l’écrivain Ian Fleming. À l’occasion d’Opération Tonnerre, initialement un script préparé avec entre autres Kevin McClory pour adapter les aventures de Bond à la télévision, le SPECTRE était un bon artifice pour ne pas cogner toujours sur les russes et les nazis, et offrir une figure plus neutre du Mal. Quand le projet d’adaptation a capoté, Fleming a réutilisé ces bases pour le roman qui deviendra Opération Tonnerre.

IanFleming_ThunderballDans le livre, le SPECTRE est un conglomérat de membres de la Mafia, de l’Union corse, de divers tueurs des Balkans, d’anciens agents de SMERSH et de quelques nazis. Présenté ainsi, l’organisation criminelle ressemble surtout aux modèles d’organisations mafieuses de l’époque, si ce n’est qu’elle a un réel plan de vilain : prendre le monde en otage, et un méchant : Ernst Stavro Blofeld. Un chef manipulateur qui reste dans l’ombre et n’hésite pas à exécuter publiquement ses employés inopérants.

Le SPECTRE ne vivra cependant pas vraiment au delà d’Opération Tonnerre. Après l’échec du Plan Oméga, l’équipe de Blofeld devient beaucoup plus réduite, comparable en puissance à l’Union Corse de Marc Ange Draco, et dont les agents deviendront essentiellement des gardes du corps du Piz Gloria. Dans Au Service Secret de sa Majesté, c’est la relation Blofeld / Bond qui prend la vedette, alors que l’organisation criminelle n’apparaît plus que sur le CV des ennemis et hommes de main. Dans On ne vit que deux fois, Blofeld aura par ailleurs totalement remplacé son SPECTRE par d’autres mafieux du Dragon Noir japonais.

Mais Opération Tonnerre est un roman qui se prête particulièrement à un traitement de cinéma, et les bases sont là pour les films.

Le SPECTRE des années 60

Un artifice scénaristique

En se mettant à adapter les romans en film, Harry Saltzman et Cubby Broccoli pouvaient piocher comme bon leur semble dans les romans de Fleming. Pour des films grands publics, les nazis étaient déjà passés de mode, et présenter les russes comme méchant universel n’était pas très avisé pour vendre le film à l’échelle mondiale.

Dr-No-028Dès Dr. No donc, les producteurs introduisent le SPECTRE comme organisation derrière le plan du Docteur. C’est efficace car ça permet de ne pointer aucun pays dans le rôle du méchant, et ça permet de s’inscrire dans l’héritage de Fleming. Au delà du premier film, le SPECTRE sera l’artifice idéal pour permettre des intrigues mondiales qui restent politiquement neutres, et surtout attirer un public qui est familier avec le SPECTRE et l’homme au chat dès le deuxième Bond : Bons Baisers de Russie.

Ainsi, à part l’expérience de Goldfinger, pas moins de quatre films auront le SPECTRE comme méchant, et deux autres présenteront Blofeld, sans son organisation, comme méchant principal. On peut donc dire que l’ère Connery n’existe pour ainsi dire pas sans le SPECTRE : il fait parti de l’ADN de Bond quand il est né au cinéma, et il a fallu plus d’une décennie pour inventer d’autres méchants indépendants.

Le génie de la mise en scène

Mais là où le SPECTRE s’avérera être un coup de génie, c’est dans la façon dont il va être utilisé à l’écran. Les scénaristes et Terrence Young auront eu la bonne idée de faire du SPECTRE et de son chef un méchant sans visage pendant 3 films, et pendant une longue partie du 4e qui met en scène l’organisation de la Pieuvre.

Le réalisateur qui ne filme pas le visage, l’accessoiriste qui a eu l’idée du chat persan, Ken Adam, le décorateur qui a compensé l’absence de visage par des décors futuristes impressionnants, et enfin les scénaristes qui laissent Blofeld au second plan sans même le nommer ont participé à créer le SPECTRE tel qu’on le connaît et tel qu’il a survécu : un grand méchant de cinéma qu’on connaît mais qui intrigue, reste au second plan et donne une vraie impression de puissance.

lair

De plus, le public connaît plus de choses du SPECTRE que Bond ! Savoir qu’est-ce qui attend l’agent secret et qu’est-ce qui est derrière sa mission rajoute d’autant plus de suspense et d’excitation à l’idée de voir Bond remonter la piste. Savoir aussi que le SPECTRE tire les ficelles prépare encore plus d’attentes d’un épisode sur l’autre pour voir de quelle manière l’homme au chat va punir ses hommes de mains. Quand On ne vit que deux fois nous fait découvrir après 40 minutes de film que c’est de nouveau Blofeld qui tire les ficelles, mais cette fois depuis le cratère d’un volcan, il n’y a plus assez de degrés sur l’échelle de la bondmania pour mesurer l’excitation du fan ! On a fait un grand pas depuis les réunions mafieuses de Fleming.

L’effet cinéma qui a survécu

On est habitué de nos jours, surtout avec les adaptations de Marvel, à voir de grands méchants ténébreux expliquant leur plan machiavélique depuis une énorme base. Souvent, pour montrer que ces méchants sont bien méchants, on les voit tuer un de leurs hommes de main pour montrer leur pouvoir et leur méchanceté.

Toute cette grammaire du méchant ténébreux et puissant qui sera finalement battu dans son repère par le héros, ce sont les James Bond qui l’ont inventé. Malgré toutes les astuces des films d’Austin Powers pour ridiculiser les ficelles de ces méchants de cinéma, la recette ne change quasiment pas dans les films d’aujourd’hui, quand il s’agit de présenter un méchant : présentation de dos sans voir son visage, puis monologue devant les méchants, une exécution sommaire, puis l’explication du plan.

kenadam

Depuis 1960, les leçons ne changent pas beaucoup, si ce n’est qu’à l’époque, cette organisation criminelle haute en couleur était encore crédible, et avait de vrais décors et peu d’effets spéciaux. À cela, il faut rajouter les deux assauts grandioses entre les services secrets et le SPECTRE, l’un sous l’eau et l’autre dans un volcan, avec de vrais combats et gens qui meurent. Les organisations de méchants ne manquent pas dans les films de James Bond et autres films de Super Héros. Mais leur sort est sans cesse réglé en l’espace d’un film, et les codes sont trop connus pour vraiment être marquant.

Depuis la fin des années 1960, on attend toujours cette organisation qui comme l’hydre, a une nouvelle tête qui repousse à chaque épisode, et sans qu’on s’en lasse ! Comme le dit Christoph Waltz “Les James Bond sont presque une mythologie moderne“.

Le reboot et l’expérience Quantum

On ne dira jamais assez de bien de Casino Royale. Les bonnes idées pour réintroduire Bond, l’histoire d’amour avec Vesper, le méchant déjà culte joué par Mads Mikkelsen, la réalisation fine… Mais une des meilleurs idées, c’est d’avoir déjà commencé à réintroduire l’organisation criminelle. Elle ne dit pas son nom, mais elle a un visage : celui de Mr. White. Présent dès la première scène après le générique au fond de l’Ouganda, il réapparaît partout, dans les cales du Monténégro jusqu’aux immeubles détruits de Venise.

Sans même la nommer, Casino Royale introduit l’idée d’une organisation manipulatrice qui tire les ficelles et survit dans l’ombre, avec à son service une gamme de méchant avec des visages inoubliables : Le Chiffre, Mr. White, Gettler, Dimitrios : autant de sous-fifres avec chacun une spécialité, et éminemment remplaçables. Tout était posé pour la renaissance du SPECTRE.

Quantum-of-Solace-0842

Était-ce trop tôt ? Les Austin Powers n’étaient peut-être pas assez loin, les droits d’utilisation du SPECTRE n’étaient pas encore rentré chez EON, le Bond de Daniel Craig était encore trop sérieux, terre à terre et réaliste pour partir se battre contre une organisation qui veut détruire le monde. Aussi, nous avons eu Quantum. Quantum était un hybride entre l’organisation hiérarchique et machiavélique du SPECTRE, croisé avec les lobby politiques libéraux et les questions environnementales de 2008.

On ne peut pas dire que Quantum était inadaptée. La scène de Tosca regorgeait de bonnes idées, et une organisation criminelle disposant du pouvoir économique n’était pas un mauvais pari. Hélas, le scénario de Quantum of Solace n’a peut-être pas donné assez de crédibilité et de couleurs à l’organisation pour la rendre vraiment menaçante. Et soyons honnêtes, Bond était bien trop occupé à sa vengeance pour s’intéresser aux complots de Quantum… hélas.

Time for SPECTRE !

Nous voici donc arrivés en 2014, avec le SPECTRE qui s’annonce enfin à l’horizon. Quand on nous annonce le SPECTRE, c’est toute cette mythologie des années 60 qui revient : celles d’une organisation de méchants incroyable, mais parfaitement crédible, menaçante et pourtant tellement tellement distrayante !

En fin de compte, peu importe qui est Blofeld et même qui le jouera. L’essentiel, c’est le retour dans une aventure moderne d’une organisation encore plus moderne qui nous fera trembler et créera du suspense, du vrai !  Après trois films où Bond est aux prises avec des méchants portant seul leur projet sur les épaules, il est temps de voir Bond se mesurer à un ennemi plus fort que lui, et qui reste dans l’ombre.

Allez, on se regarde de nouveau cette vidéo, rien que pour voir Blofeld tirer et l’impact de balle en forme de pieuvre se former à l’écran !

[FA_Lite id=”8452″]

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.