Smoking & Smoking -1-

smoking1

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de disserter sur la fonction du smoking pour le personnage de James Bond. Vous avez déjà du entendre ou lire qu’il caractérise le personnage, qu’il lui confère sa classe toute britannique, ou qu’il est une sorte d’armure symbolique pour l’agent 007.

Ces choses là, on les sait déjà, ou en tout cas, on les devine. Je voudrais donc m’intéresser plus précisément à l’utilisation et la présentation du smoking et des autres vêtements et costumes de Bond dans Casino Royale. J’aimerais montrer en quoi ces habits permettent d’introduire et de faire évoluer ce nouveau Bond qu’on nous présente dans C.R., par rapport à son rôle, mais aussi à la hiérarchie sociale (rien que ça ^^).

Bond en chemisette

Certes, Bond avait déjà porté la chemisette à maintes reprises, que ce soit dans les vieux Bond (Opération Tonnerre), ou les récents (Meurs un autre jour). Mais à chaque fois, cela confortait sa couverture de touriste, lui permettant d’approcher les lieux de son ennemi. Dès lors qu’il s’agissait d’entrer en action, Bond sortait le smoking ou le costume (à l’image de Meurs un autre Jour où Bond observe l’île cubaine en tenue typiquement touristique, avant de s’y infiltrer en beau costume).

Ce n’est pas le cas du Bond de Craig, qui, même s’il est en mission, arbore une chemisette à fleurs pour cavaler sur les grues (j’avoue que ça m’a fait bizarre quand j’ai découvert C.R.). Il arrive également dans le club d’élite de Kingston avec une chemisette de base, qui fait qu’on le confond avec un voiturier, ou un homme du service de sécurité du club. Est-ce que le vrai Bond aurait supporté cette humiliation ? Pas sûr. Mais le Bond qu’on nous présente encaisse sans broncher, et résoud ses problèmes par la violence. Pas très bondien il faut l’avouer, mais efficace.

Sportswear : Bond discret mais efficace

sportCasino Royale voit apparaître pour la première fois une nouvelle gamme de vêtements : le sportswear. Cette gamme d’habits fait passer Bond pour un personnage relativement normal et anodin : il se confond dans la foule et ne se distingue pas plus que ça. C’est ainsi qu’il peut suivre discrètement Carlos (l’homme de main de Dimitrios) dans l’aéroport, qu’il est arrété comme un vulgaire terroriste par les autorités américaines, qu’il est presque invisible dans le bureau de Dryden et qu’il détonne un peu dans l’appartement chicos de M. Cela conforte cette discussion où la patronne du MI6 a clairement le dessus sur Bond.

classeMais d’un autre coté, c’est déjà une ascension par rapport au bas de l’échelle sociale où il se trouvait avec ses chemises à fleurs. Ces nouveaux habits permettent de présenter un Bond qui garde tout de même une certaine aisance et une certaine classe, sans perdre de son intelligence, puisqu’il utilise l’ordinateur de M, lui répond du tac au tac, étonne les membres du casino jamaïquain et bat Dimitrios au poker. On voit même une opposition entre ce Bond habile, en costume de ville, et Dimitrios habillé avec un style un peu bling bling, mais qui le porte mal, et qui est finalement vaincu. On sent que le jeune Bond est à l’aise dans cette tenue, c’est ainsi qu’il drague Solange, mais malgré son élégance de base, il ne se distingue pas beaucoup du terroriste qu’il pourchasse, et reste (non sans raison) un voyou aux yeux de la James Bond girl.

Le port du costume : utilisation non naturelle & à contre-courant

costumeAprès toute la séquence introductive de Madagascar et de la Jamaïque, Bond revient finalement en costume deux pièces – cravate. On le sent fier de cette promotion, et il se la joue un peu, en étant plein de finesse dans les discussions et en affichant une supériorité et une arrogance assumées. Le port du costume ne fait pourtant pas illusion. Vesper Lynd le perce à jour rapidement en lui faisant sentir ses origines pauvres, et montre bien qu’elle n’est pas dupe du style qu’il arbore et qui dissimule le « salaud au cœur de pierre ».

fightBond arbore ce costume un peu à contre-courant : devant Mathis qui lui, a la classe, l’assurance et l’expérience, il reste discret. Il respecte Vesper qui elle est confortée dans son rôle par sa façon se s’habiller « un peu masculine ». Le pré-générique présente même un habile contraste avec le combat du pavillon de Cricket. Bond, en costume bien anglais affronte son ennemi et le tape sans retenue, loin d’être distingué comme le supposerait son habit. Les cadres dans le fond présentent quant-à-eux des joueurs de crickets bien plus anglais et élégants que Bond. Une façon de montrer que les techniques anglaises d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les standings et l’élégance passée ?

Lire la suite

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

3 pensées sur “Smoking & Smoking -1-

  • 3 septembre 2009 à 14 h 01 min
    Permalink

    aaah un article au sujet bien appétissant….
    Hem donc si je résume cette premiére partie cher Ytterbium, c’est grosso modo :
    – Bond en chemise hawaienne = bas de l’échelle sociale ( c’est Magnum qi va être content ), Bond en sportswear = gens comme tout le monde ( vous, nous, ils , tout le monde ) = incognito et Bond en costume = début de l’ascension sociale ( avec la prise de melon qui va avec ) ….
    Well, déja ne pensez vous pas pour le premier point que l’apparition du “sportswear” est du à l’évolution de la mode ? Ce genre de vêtement n’existait pas sous cette forme du temps de COnnery et Moore . BOnd se met donc simplement au gout du jour en portant ce qui est nécessaire pour se fondre dans la foule et devenir incognito ( ce qui est quand même la base pour un espion ).
    Idem pour la chemise hawaienne : qui porterait un costume 3 pièces sombre de manière “naturelle” par 40°C en plein jour sur une ile paradisiaque pour espionner un terroriste parieur sur un combat de serpent ?
    Quand à son arrivée ” en chemise de base” au club d’élite Kingston, Il y a là une chose curieuse que vous n’avez pas noté mon cher Ytterbium , d’une part à son arrivée à Nassau, on voit clairement que la chemisette ” de base” est en fait un costume gris clair du plus bel effet ( sobre et classe ) MAIS qu’ à ce fameux club ” d’élite” le gros allemand porte bel et bien….un immonde pull Kindy jaune poussin bien loin du glamour du dresscode ” Blanc” des soirées jet set.
    La garde robe de Bond mérite un seul mot : Fonctionnel .ELle lui permet de se fondre dans l’environnement rapidement et efficacement, sans état d’ame il est capable d’être classe au casino, à l’aise pour sa séance de Parkour , à l’aise pour sa séance de fight dans les toilettes pour hommes ( costume mais sans cravate et chemise ouverte… ) .
    QUe pensez vous en revanche de l’évolution de l’aspect plus ou moins ” armure” du costume de Bond..On est passé d’un costume de tweed ou prince de galle ( goldfinger et autre 1er Bond ) à un costume maintenant clairement sombre , d’une coupe fluide ample et souple à une coupe prés du corps et rigide . Bref de Connery à Craig, on passe de ” Tarzan “( avec ses poils ) à Iron man du point de vue ” feeling” . Je suis donc bien d’accord avec votre conclusion qui est de montrer que les techniques anglaises n’ont plus rien à voir avec celle du passé .

    Répondre
  • 4 septembre 2009 à 13 h 25 min
    Permalink

    Euh…Comprends pas trop , moi , l’appellation ” techniques anglaises …” .
    QUELLES techniques ?
    Le montage speed des derniers films ( en accord avec la mode actuelle des blockbusters ) ?
    Ou simplement le dress code de 007 ?
    Avec une accessoiriste ( Lynda Hemmings ) privilégiant les créateurs Italiens depuis GoldenEye ( costumes et smokings Brioni à chaque Bond depuis…), difficile de parler encore de ” patte anglaise ” concernant la façon de se vêtir de 007…

    Perso je n’ai pas du tout été choqué par la première apparition en chemisette ‘ touriste’ de Bond à Madagascar dans Casino Royale ( . Bon, l’image iconique du 007 en smoking à la Roger Moore contre Jaws au temple de Karnak pour SWLM en prend un sacré coup , mais cette image-là – mythique – a été remisée aux oubliettes avec l’arrivée de Daniel Craig , ‘ The Spy who bleeds et tape comme un furieux ‘ …

    Répondre
  • 6 septembre 2009 à 12 h 59 min
    Permalink

    Pour Smiert : par techniques anglaises, j’entends la façon dont on nous a présenté la retenue et la classe britannique à travers les films de James Bond, où l’agent distingué qu’est 007 garde son sans froid et sa décontraction même dans les combats les plus violents (sauf exceptions). Le Bond de Craig (who bleeds et tape comme un furieux) est assez éloigné de cette retenue de l’agent britannique à laquelle on était habitué avec Bond, en nous proposant à la place un Bond-bulldozer.

    Pour Dexter : la garde robe fonctionnelle et adaptée à l’époque est évidemment plus logique, plus rationnelle et somme toute, plus juste (et c’est difficilement contestable). Mais après tout, n’est-ce pas tout aussi agréable pour un Bond fan (que je suis) de voir des symboliques et des évolutions partout et divaguer passionnément dans l’immensité du web, quitte à se monter des scénarios un peu exagérés sur des détails allant de soient ?

    Sinon, concernant les méchants, les ennemis font souvent preuve de mauvais goût dans leur façon de s’habiller, ce qui les oppose à Bond. À l’exemple de l’allemand au pull kindy jaune, de Dimitrios au style un peu bling bling, ou même en remontant plus loin, à Goldfinger qui s’habille de façon voyante et tape-à-l’œil (que ce soit les habits de Golf, d’équitation, ou même de smoking). En opposé, Bond est plus sobre, même si on le prend (dans le cas de CR) pour un voiturier (preuve que les méchants n’ont aucun goût, et n’ont pas vu qu’il s’agit en fait du beau costume de Bond, qui a laissé tomber la veste).

    En tout cas, merci pour vos commentaires à vous deux, il y a encore plein de choses à dire sur ce sujet (vu qu’en plus, je me limite ici à Casino Royale).

    [EDIT] : Pour cause de Spam, je suis obligé de fermer les commentaires sur cet article. Envoyez moi un mail pour si vous voulez en publier.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.