Commander James Bond France

Les silhouettes et les ombres de Bond -2-

Analyse du rôle des silhouettes féminines dans les affiches de James Bond

bond2

Il y a tant d’affiches et de passages des films où les silhouettes et les ombres de Bond jouent un rôle, que j’ai voulu compléter mon premier article. Ce coup-ci, je parle plus particulièrement des silhouettes et des ombres féminines dans les affiches.

Depuis le tout début des affiches bondiennes, le personnage de Bond a été associé à tout un tas de Bond Girls sensuelles l’encadrant. Ce critère récurrent sur tous les posters a fait que, en plus d’être représentées, ces femmes ont fini par être sugérées notamment avec l’utilisation des silhouettes. De ce fait, une simple figure féminine associée au logo évoque tout de suite l’univers bondien avec ses armes, son action, et… ses femmes bien sûr. Rien que pour nos yeux, cela à donné lieu pour trois films, à la présence de la James Bond girl occupant une place prépondérante dans l’affiche, mais sans que l’on voie son visage.

Les années 80

Cela a commencé avec Rien que pour vos yeux. L’affiche a été éditée mondialement en de multiples variantes, mais les désormais célèbres jambes de Carole Bouquet (bien que ça m’étonnerait que ce soient les siennes) enjambant un Bond en pleine action ont fait de cette affiche une des plus connue. Cette silhouette superbe permet de remplir le trio essentiel à chaque affiche : « Martinis, girls, and guns » (pour reprendre la chanson de Tomorrow never dies). Martinis avec Bond qui a la classe même en dégainant, girls avec les fameuses jambes, et guns avec l’arbalète, (jamais vue jusqu’ici dans l’univers de James Bond), et permettant d’associer les jambes avec le personnage de Mélina Havelock. Petite anecdote d’ailleurs : dans la version américaine de l’affiche, les publicitaires de là-bas ont imposé que les jambes soient vêtues d’un short. Rolling Eyes

Deuxième apparition subjective dans Octopussy. Le personnage éponyme étant central dans le film, on ne la voit jamais en entier sur l’affiche. Dans celle la plus répandue, elle est derrière James  ce qui lui permet d’entourer 007 avec ses huit bras. Mais celle-ci (un peu moins connue) est encore mieux construite. Comme pour Rien que pour vos yeux, pour qu’on comprenne à qui on a affaire, le costume indien et le tatouage désignent immédiatement le personnage. C’est particulièrement important pour ce film où une seule silhouette identifie immédiatement Bond. Assortie à la phrase « 13x James bond – Keiner kann es besser » (Personne ne peut faire mieux), l’affiche adresse un joli pied de nez à Jamais plus jamais (le Bond concurrent) qui sortait en même temps.

En plus de ça, les formes admirablement suggérées et le tatouage très bien placé (https://i2.wp.com/www.jamesbond-fr.com/forum/images/smiles/icon_redface.gif?resize=15%2C15) rend cette Octopussy à la fois sensuelle, mystérieuse et menaçante, car dépassant en taille les 13 James Bond au garde-à-vous.

Dernière affiche de cette période (et aussi une de mes favorites),celles de Tuer n’est pas jouer. Elle offre déjà une rupture par rapport aux précédentes, car c’est la première affiche non-dessinée. Pour l’introduction de ce nouveau Bond, cette affiche est sobre, avec un jeu de couleur très bien placé. Mais toujours les trois éléments permettent d’identifier la saga : le gunbarrel, les armes à feu et la silhouette féminine. Cette figure se présente plus comme un adversaire de Bond (contrairement à Octopussy qui dominait l’agent au garde à vous). Cela permet d’insister sur l’aspect dangereux de ce nouveau Bond qui “vit sur le bord” (living on the edge). Bien qu’anonyme, cette blonde aux formes mises en valeur par la robe blanche est vite associée à Kara Milovy (même s’il s’agit en fait d’un mannequin (Kathy Stangel) avec une perruque).

Les affiches récentes


Pendant quelques films, les affiches ont été plus axées sur l’accumulation d’images en une seule affiche. Cependant, avec l’arrivée du Monde ne suffit pas, l’affiche teaser ressort les silhouettes féminines pour annoncer le nouveau film. Sur l’affiche la plus épurée de toutes les précédentes, on retrouve tout de même les éléments principaux avec l’ombre de Pierce Brosnan et son arme qui se découpent sur la silhouette en feu, et le logo 007. Une fois de plus, le charme de la silhouette féminine est mis à l’honneur pour évoquer Bond et son univers à elle toute seule. Le logo est juste là pour confirmer, l’ombre de Pierce pour assurer de la présence de l’acteur (c’est d’ailleurs aussi l’argument de la bande annonce ). Pour casser un peu la subjectivité de cette affiche, voici le mannequin original qui a permis la crétion de cette silhouette.

Pour terminer avec le rôle essentiel de la forme féminine dans l’univers bondien, voyons l’affiche de Casino Royale. Celle-ci est construite sur le même modèle que les deux précédentes : elles annoncent de façon sobre un James Bond de première classe. Le logo 007 (qui a le même rôle que le gunbarrel dans l’affiche de Tuer n’est pas jouer) identifie le film, Daniel Craig annonce le nouveau James Bond, et la silhouette perce l’affiche pour évoquer l’univers bondien, et à travers elle le casino où tout va se jouer. Là encore, le choix des couleurs va donner un maximum de charme à cette affiche, qui concilie le gris du logo et les contrastes obscures de la forme féminine.

Cliquez sur les images pour les voir en haute résolution

Jamesbonderies

Commenter

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Sondage du moment :

Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Sondage du moment :

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

%d blogueurs aiment cette page :