Fanatisme de la première séance

dd

Bien que Quantum of Solace soit le 4e Bond que j’ai vu au cinéma, c’est aussi le second que je découvre dès la première séance, et le premier que je visionne dans une grosse ville : Toulouse.

Ça fait une grosse différence tout de même avec la sortie de Casino Royale. Dans la petite ville de Rochefort, j’étais allé à la première séance de 13h15, en partant une bonne heure avant. Résultat, j’avais attendu un quart d’heure sous la pluie, avais vu le projectionniste arrivé avec les bobines dans une brouette (sans rire) et la projection s’était faite avec une quinzaine de personnes dans la grande salle : un ou deux fans, quelques lycéens qui avaient la flemme d’aller en cours, et plusieurs retraités occupant leur après-midi. Ce n’est pas moi qui allais m’en plaindre, parce qu’au moins, j’avais plusieurs rangées pour m’étaler, et le sentiment excitant d’avoir la première projection du film pour moi tout seul.

L’avantage des grandes villes, c’est que ça fait une sacrée différence au niveau ambiance. Je ne connais pas encore l’atmosphère des avant-premières (il n’y en a pas eu à Toulouse), et le fait que la première séance se fasse un vendredi matin restreint quand même le nombre de spectateurs. Néanmoins, il y a quand même une tension jamesbondienne palpable. Une demi-heure avant que le cinéma n’ouvre, plusieurs fans attendent déjà aux portes en se disant qu’il y aura beaucoup de queue (en fait ce n’est pas vraiment le cas). Puis s’ajoutent les amateurs et les copains qui accompagnent les fans, contents d’aller au cinéma, mais qui prennent l’événement moins au sérieux, les familles en vacances qui occupent leur matinée, et tout ce petit monde attend tranquillement devant les portes.

On retrouve quand même certains personnages intéressants. Par exemple, j’ai croisé une personne qui avait bien 70 ans, fan depuis toujours (je le soupçonne d’avoir vu tout les Bond depuis Goldfinger au cinéma), et qui avait rendez-vous avec son petit fils de 20 ans, atteint lui aussi de Bondmania. Ça fait toujours plaisir de rencontrer des gens comme ça, on se sent moins seuls dans sa folie bondienne.

Ouverture des portes, ruée inattendue vers les caisses et vers les bornes automatiques. J’aurais adoré aller demander « une place pour Quantum of Solace s’il vous plaît », en prononçant bien le titre de ce 22e épisode (voir comment prononcer ce titre ). Cela dit, l’impatience l’emporte, et tant pis si la machine à distribuer les billets se fout de la prononciation.

Deuxième moment d’excitation en passant devant le contrôleur des tickets, qui vous le déchire en gémissant qu’on a bien de la chance, et qu’il aurait adoré y aller dès maintenant, mais qu’il ne peut pas, déchirage de ticket oblige. Troisième moment d’excitation en débouchant dans la plus grande salle du cinéma : l’écran fait 4 fois ceux auxquels je suis habitué, et tout les fauteuils sont libres pour choisir la meilleure place.

L’excitation retombe un peu avec la demi-heure de pub insupportable qu’on nous inflige. Teasers pourris, pubs horripilantes, et exploitation de James Bond à travers un ensemble de pub affreuses, révoltantes, avec Daniel Craig qui se prostitue pour une pub pour des écrans à la con. Au bout de la 36e pub et de la 20e bande-annonce, on commence franchement à en avoir ras-le-bol, mais je ne me sens pas trop seul. Derrière moi, une autre rangée de fans qui demande à la fin de chaque teaser : « Et Daniel ? »

Enfin, le vrai moment arrive, les lumières s’éteignent complètement. Je me fixe à mon siège et entend le fan de derrière moi qui murmure : « faites qu’il soit aussi bon que Casino Royale ! ». Je réponds « Amen », et le film commence !

Ça s’annonce mal, pas de gunbarrel…

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.