Meurs un autre jour : Réécriture

Meurs un autre jour figure parmi les films de Bond que j’aime le moins. Pas à cause des acteurs ou de l’histoire, mais surtout à cause des dérives du scénario qui transforment ce film en blockbuster à l’américaine. En attendant d’écrire ma critique, voici une réécriture du scénario tel que je l’aurais voulu. La recette : garder ce qu’il y a de meilleur, enlever les absurdités, et mixer le tout joyeusement, en sachant que en fin de compte, ce ne sera jamais porté sur grand écran. 😉

RemiX contre MatriX

Rien de changé jusqu’à Cuba : Je garde les séquences en Corée du Nord et celles de Hong-Kong qui pour moi sont assez bondiennes.
Nous voici à Cuba : rencontre avec Jinx, bataille à Los Organos, etc.

Scène dans le bureau de Raoul après la séquence de l’île.
L’examen des diamants montre que, en plus des diamants désincrustés de la peau de Zao, les autres diamants servant à financer l’opération viennent des mines Graves, mais sont en réalité des diamants de conflits (jusqu’ici rien de nouveau). Raoul se montre étonné que des diamants d’Islande ressemblent à ceux de Sierra Leone, et Bond part pour Londres sur la piste de Graves.

Séquence à Londres inchangée : atterrissage de Graves, duel à l’épée (je l’adore), rencontre avec M.
Je garde la scène d’action avec les lunettes de Q (qui est assez sympa). Présentation des gadgets et de la voiture, MAIS SANS L’INVISIBILITÉ !!!

Dialogue M-Miranda, James part en Islande. Et là ça commence à changer…
Première rencontre avec Graves qui sort de son engin : celui-ci invite Bond à le rejoindre dans son bureau après la présentation du soir.
Miranda lui montre sa chambre, soirée kitch dans le palais de glace, rencontre avec Jinx.

Présentation du satellite : le satellite de diamants n’est pas un super laser, mais un engin de communication pour relayer les informations et administrer des systèmes et des données importantes, tout ça pour l’humanitaire et pour aider les pays pauvres. La présentation se fait avec des écrans qui montrent ce qui se passe dans l’espace, et tout le palais de glace passe sous contrôle de satellite. C’est impressionnant, lumineux, plein de bruit et d’électronique. Tout le monde applaudit, Bond remarque les dignitaires coréens qui ont l’air impressionnés et Jinx s’éclipse.

Scène Zao-Graves dans ses quartiers (exit le masque multicolore). Graves demande des nouvelles à Zao en coréen puis en anglais, celui-ci lui parle de Bond, et lui dit que l’agent a des soupçons.
La je vous dis la fin avant : Graves n’est pas Moon !!!
Graves dit que 007 ne lui fait pas peur, il a peut-être découvert que les « diamants Graves » venaient de Sierra Leone, mais il l’a convoqué et il le fera parler avant de l’éliminer. Puis, il demande à Zao si le colonel est arrivé, si tout est prêt, et si les généraux les suivent.
Ici, on commence à se douter que Moon n’est pas mort et apparemment, il est dans le coin.

Scène de Bond près du dôme : Pendant ce temps là, Bond approche du grand dôme avant d’aller voir Graves dans son bureau, il se fait repérer et fait exploser les gardes. Il est finalement sauvé par Miranda comme dans le film.
Dialogue Bond-Miranda : pareil que dans le film. Elle lui dit aussi que le rendez-vous est un piège. Bond va donc dans sa chambre avec Miranda, celle-ci lui demande ce qu’il sait et ils font ce que vous savez…

Scène d’infiltration : Pendant ce temps, Jinx s’infiltre et se fait assommer par Graves, MAIS PAS PAR LE GANT ÉLECTRIQUE !!!
Bond s’infiltre aussi, mais par en dessous. Je l’imaginerais avec une vraie tenue de plongée, parce que la brasse coulée dans l’eau froide, j’y crois pas trop. Pendant ce temps, Jinx refuse de répondre aux questions de Zao qui le livre au bons soins de Mr. Kil. James découvre Jinx en train de se faire menacer par le laser. Manque de chance M. Kil est dans le coin, averti que Bond allait venir. Je garde le combat Bond-Kil, mais avec moins de laser qui partent dans tout les sens.
Dialogue Bond-Jinx : elle lui raconte qu’elle a entendu Graves parler à Zao d’un colonel. Ça fait tilt dans la tête de James.

Scène du bureau de Graves : Graves arrive dans son bureau, mais avec le colonel Moon, assez amoché et en fauteuil roulant (arrivée par l’ascenceur). Bond qui est caché derrière la valise les met en joue.
Dialogue entre les 3 hommes : on découvre que Graves a fondé la mine (qui est en fait une fausse mine) sous les ordres de Moon, que celui-ci est un ancien coréen qui avait croisé brièvement Bond au début et qui a subit une opération chirurgicale. Le reste de la discussion se déroule à peu près comme dans le film.

À ce moment, Miranda Frost arrive. Changement de situation comme dans le film. Zao arrive aussi, les méchants se foutent bien de la gueule de Bond. Il arrive à s’échapper avec sa bague, saute dans l’engin de Graves et s’enfuit.
Graves et Moon convoquent les généraux pour leur faire une démonstration du vrai pouvoir du satellite. Les deux hommes localisent Bond, et coupent le courant de la région autour de la machine (bon sang, comment elle s’appelle déjà ?). À la rigueur, ils prennent le contrôle de la machine pour l’envoyer dans le décor, et pourquoi pas, bousillent le moteur à distance. Bond perd tout contrôle, jolie cascade et Bond se retrouve suspendu dans le vide grâce au grapin.

Les méchants sont contents, mais le colonel Moon leur passe un savon comme quoi ça n’aurait jamais du arriver, que c’est une honte, qu’ils ne sont que des incapables, et que c’est lui le chef. Graves échange un regard avec Miranda, Zao et les généraux (ça fait un paquet de regards), sourit, et dit que justement plus maintenant, il sort son flingue et tue le colonel Moon. Désormais, c’est lui le chef, il prend la valise et s’en va dans son avion (comme dans le film).

Pendant ce temps, Bond réussit à s’en sortir grâce au parachute. Pas de kite-surf sur vague numérique, mais plutôt quelque chose comme un delta-plane.

Séquence du palais de glace : Graves active son satellite sur le palais de glace. Avec la prise en possession des circuits, tout explose et se met à fondre plus ou moins vite, et avec Jinx à l’intérieur.
Bond retrouve Zao et je garde la course poursuite des deux voitures truquées sur la glace, MAIS SANS L’INVISIBILITÉ. Ça se finit pareil, Zao qui fonce dans le mur au lieu de foncer dans Bond (celui-ci se recule avec les roues cloutées au dernier moment). Zao se prend le lustre sur la figure, James sauve Jinx, pendant ce temps là, Graves s’envole. Note : Pas de vieux ralenti pour se jeter à l’eau.


Scène dans la base américaine inchangée Bond et Jinx s’infiltre en Corée après le kidnapping des ministres coréens, rentrent dans l’avion.
Dialogue Graves / Moon-le-père : Pas d’armure ultra moderne à la Robocop !!! Graves se présente au général, lui dit que ces chiens d’anglais ont tué son fils adoré qui n’était pas mort avant (sauf que maintenant si).
Graves lui dit que la vengeance sera terrible, et il lui présente le satellite. Il veut prendre le contrôle complet de la région frontalière avec Icar et manipuler les circuits électriques pour pouvoir envahir la Corée. Le général n’est pas d’accord et Graves le tue comme dans le film (mais avec la dimension père-fils en moins).

Sur ce, Bond arrive et commence à mettre le bazar dans l’avion en dépressurisant la machine.
Grosse baston finale : d’un côté Jinx contre Miranda à l’épée (en moins acrobatique) de l’autre Bond avec Graves (sans l’armure High-tech). Pendant ce temps, grâce à Jinx, l’avion passe dans le rayon du satellite ce qui fait que ce dernier se casse au fur et à mesure (comme dans le film). Bond finit par se débarrasser de Graves dans le réacteur. Le monde est sauvé. Dans la façon de filmer, j’aimerai bien un peu moins de vulgarité entre Jinx et Miranda, et pas de coup d’épée dans le ventre qui font même pas mal. Jinx et Bond s’échappent dans l’hélicoptère (je l’aime bien cette scène).

Dénouement pareil que dans le film, le final avec Moneypenny est un peu ridicule mais j’ai pas d’autre idée…

Fin

Voila mon scénario comme il aurait pu l’être. Je l’ai déjà modifié plusieurs fois et je cherche encore des idées pour l’améliorer. N’hésitez pas à laissez des commentaires pour améliorer ce script !

Lee Tamahori refilmant DAD... un autre jour

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Une pensée sur “Meurs un autre jour : Réécriture

  • 15 juin 2009 à 9 h 36 min
    Permalink

    C’est clair que vu comme cela le film aurait été plus intéressant. Meurs un autre jour est loi d’être le meilleur film de James Bond malgré de très bons moments. Les effets numériques, notamment la scène su surfe sur la vague ont vraiment ridiculisé notre agent.

    Répondre
  • 15 juin 2009 à 9 h 37 min
    Permalink

    Faut voir aussi avec l’époque. Bond devait montrer que 40 ans après sa création, il pouvait plaire aussi bien aux fans anciens et fidèles, qu’au nouveau public jeune.
    D’ailleurs, si on regarde la façon dont a été construit le film, on peut voir que la première partie (jusqu’à Londres inclue) et très bondienne, et qu’à partir du moment où ça se passe en Islande, ça part dans un esprit beaucoup plus jeux-vidéos.

    Maintenant qu’on voit ça sur petit écran, on sourit en voyant cette accumulation d’effets spéciaux dont beaucoup font déjà vieillots. Mais si l’on se rappelle l’effet que ça faisait sur grand écran, ça avait une autre gueule. Ça en jetait pas mal, et on se disait juste “Mouai… C’est un vraiment gros, mais c’est joli”.

    Merci de tes commentaires en tout cas !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.