Commander James Bond France

On ne vit que deux fois – Les scènes coupées

Le Père Noël serait-il Blofeld ?

[P/T] Nous avons un cas un peu particulier ici. En effet, On ne vit que deux fois est le premier Bond où le spectateur peut voir le visage du Numéro 1 du S.P.E.C.T.R.E., Ernst Stavro Blofeld, sous les traits de Donald Pleasence. Cependant, c’est l’acteur tchèque Jan Werich qui devait être le premier visage dévoilé au public pour l’homme au chat.

Certaines versions des évènements disent qu’après moins de deux semaines de tournage, Jan Werich a du s’excuser pour cause de soucis de santé, et que c’est en catastrophe que la production dut faire venir Donald Pleasance, un acteur anglais déjà bien connu, à qui ont inventa rapidement un look mémorable.

Cependant, un documentaire du DVD et en interview donne une version assez différente dans laquelle Lewis Gilbert dit qu’il a rencontré l’acteur retenu pour jouer Blofeld (Jan Werich) seulement au moment de tourner ses scènes et qu’il ressemblait à un « père noël bienveillant » avec un anglais « pauvre » ; « et il était aussi plutôt lent, donc quand j’ai filmé la scène où il saute dans son véhicule de fuite, ça avait l’air vraiment ridicule ».

Ne pas trouver quelqu’un pour jouer le méchant nous rendait fou, quand soudain nous avons reçu un câble d’Harry [Saltzman], qui était à Los Angeles, disant « J’ai vu un acteur tchèque des plus merveilleux et je l’envoie en Angleterre. Nous devons commencer avec lui lundi ». Je vais dire à Cubby : « On ne l’a pas vu, on ne le connaît pas, c’est un acteur ? Est-il un bon acteur ? ». Nous avons donc vérifié, il avait joué dans de nombreux films tchèques et il était un très bon acteur. Mais on ne le connaissait pas, on n’avait jamais vu ses films ! Alors sur la parole d’Harry, nous avons pris ce gars. Il est arrivé le premier matin, et je ne ne pouvais pas le croire car c’était un très vieil homme, et il avait une barbe, et ressemblait un peu au Père Noël ! Il ne ressemblait tout simplement pas à un méchant. Alors je suis allez retrouver Cubby, parce que Harry n’était pas là, et j’ai dit : « Eh bien, qu’est-ce qu’on va faire Cubby ? Ce gars n’a pas l’air d’avoir le bon look, en plus il parle à peine anglais, on a un problème là ! ». Cubby a suggéré de tourner une journée avec lui et voir comment ça se passait. Nous étions sur le plateau du volcan où il s’échappe et grimpe dans le monorail ; bien sûr il ne pouvait pas le faire du tout. Puis il devait jouer une petite scène ; son anglais était vraiment terrible. Donc nous avions de vrais ennuis car il n’allait évidemment jamais être un méchant de Bond. Il aurait pû être possible de doubler ses dialogues, mais tout en lui ne faisait pas méchant.

Un mix des deux versions est possible mais quoi qu’il en soit, plusieurs photos de Werich en Blofeld existent encore, et il est possible, en ouvrant l’œil, d’apercevoir ce qui semble être la seule scène de Werich ayant survécu dans le film. S’étant fait démasquer, Bond est alors invité à rejoindre Blofeld dans le centre de commandement du repaire. Il lui adresse quelques mots où il est vu de dos, avant de révéler son visage. Dans cette courte scène, il est possible de distinguer des cheveux grisonnant sur le crâne de Blofeld. Or, Donald Pleasence est chauve. S’agirait-il alors de Jan Werich ?

yoltL’une des rares photos de Jan Werich en Blofeld (à gauche), et son remplaçant, Donald Pleasence (à droite).

gallery_257_24_17830

On ne coupe que deux fois

[R/T/P] De nombreux plans filmés furent également jetés à la table de montage. En effet, la première version du film était bien trop longue, et la production demanda à Peter Hunt (futur réalisateur de Au service secret de sa Majesté) de couper près de 15 minutes de pellicule.

Difficile de détecter ces coupes grâce au talent du monteur. On remarquera quand même certains plans où Bond et Kissy se reposent et discutent sur la montagne sans qu’on les voit parler, ou Bond traverser certaines portes du volcan en faux raccord. Mais cela passe inaperçu sous les doigts de Peter Hunt.

Cette photo nous montre tout de même que la scène du charriot élévateur dans le port devait être un poil plus longue :

Yolt manitouu

D’autres montrent ce qui semble être un répétition d’un combat à l’étage de l’entrepôt de Kobe qui ne figure pas dans le film :

Celles-ci nous montre vraisemblablement que la mort de Dikko Henderson ne devait pas être une surprise totale pour le spectateur :

Les autres scènes coupées de la saga Bond

Ken Wallis, le pilote de la Petite Nellie, a expliqué qu’il avait quelques réservations sur les gadgets de celle-ci et qu’il n’était notamment pas chaud à l’idée de trimbaler le lance-flamme sur son appareil durant toute la durée du tournage de la séquence aérienne. « Du coup j’ai crée un système pour le larguer et on l’a filmer tomber dans une gorge en Espagne, avec de la fumée qui en sortait toujours. Le plan n’a jamais été utilisé pour une raison ou pour un autre mais certaines personnes ont remarquées que la séquence dans le film continue sans le lance-flamme monté sur la queue de l’appareil ».

Selon Lewis Gilbert : « Seule une petite partie des plans d’arts martiaux capturés ont fini dans le montage final ».

Commenter

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Nos amis du groupe Facebook Planète 007

Bienvenue sur CJB

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Nos amis du groupe Facebook Planète 007

%d blogueurs aiment cette page :