Kill Chain : la critique du comics

Kill Chain : la critique du comics

Kill Chain 1

Garanti sans spoilers

Hammerhead avait été très bien accueilli par les fans de James Bond, et c’est peut être la raison qui a poussé Dynamite à confier les reines d’un nouveau comics à son équipe créative. Pour Kill Chain nous retrouvons donc Andy Diggle à l’écriture, Luca Casalanguida aux dessins et Chris Blythe aux couleurs.

Mais ce n’est pas tout, quelqu’un d’autre fait son retour dans ce comics… SMERSH ! Cela ne ravira pas tout le monde, en effet à mon sens le SMERSH (tout comme le SPECTRE) a déjà été trop utilisé/mentionné dans l’univers de James Bond et devrait, à ce titre, ne plus jamais apparaître dans de nouvelles œuvres littéraires. N’est-ce pas ridule que Bond affronte toujours les mêmes ennemis, ces deux organisations qui ont déjà été exploitées jusqu’à la moelle dans les films/romans/comics ? Qui plus est pourquoi faire revenir cette relique de SMERSH en 2017 alors que l’organisation était déjà dissoute avant même que Fleming n’écrive Casino Royale en 1952 ?! Pourquoi ne pas utiliser le FSB si l’on veut que Bond affronte un service de (contre)espionnage russe de nos jours ?

Kill Chain 3

Dans Kill Chain, lorsqu’une opération de contre-espionnage à Rotterdam tourne de manière catastrophique, James Bond se retrouve dans les sillons d’un complot visant à écraser l’OTAN. Quelqu’un assassine des agents alliés et la prochaine cible dans cette chaîne de meurtre est 007. D’un autre côté, le MI6 va s’opposer à l’un de ses anciens alliés : la CIA…

Là où Hammerhead possédait une intrigue de type blockbuster, Andy Diggle nous livre une intrigue relevant plus de l’espionnage pour Kill Chain. L’histoire se veut relativement complexe avec de nombreux éléments différents qui sont introduits dans l’histoire comme l’OTAN, des néonazis ou encore divers trafics. Malheureusement il y a tellement de thèmes différents que la plupart se retrouvent au final sous-exploités alors qu’ils auraient plus êtres très intéressant. Bond lui-même voyage dans une grande partie de l’Europe dans ce comics : Hollande, Allemagne, Suisse, Turquie et même chez nos amis belges ! Toutefois ses séjours étant assez brefs dans chacun de ses pays, le lecteur n’a pas vraiment le temps de vraiment voyager.

Kill Chain 4

On retrouve dans Kill Chain des échos à la politique contemporaine, sympathique, ainsi qu’une vente aux enchères qui n’est pas sans rappeler la nouvelle The Property of a Lady ou le film Octopussy. Le Bond de ce comics est toujours un hybride entre celui des films et des romans, avec des gadgets et un coté sans pitié via des exécutions de sang-froid.

Coté illustrations, l’ensemble ressemble (évidemment) à du Hammerhead. Le style de Casalanguida est très « angulaire » avec des visages comportants des lignes taillés à la serpe qui donnent à Bond un côté bien viril, mais qui en même temps manque de finesse. C’est le défaut de Kill Chain, cela manque de finesse, d’arrondis, les endroits sombres sont trop noirs, voir souvent carrément d’un noir 100% opaque (ce qui ne rend pas terrible). Les dessins et leurs lignes ne sont pas toujours nets (comme s’ils n’étaient pas finis), il y a parfois un manque de détails, notamment au niveau de la chevelure de Rika. Physiquement, Felix Leiter est quant à lui vraiment pas terrible comparé aux précédents comics.

Kill Chain 2

Malgré tout les illustrations s’en tirent honorablement, elles ne sont pas parfaites à mon goût, mais on peut difficilement dire que c’est moche pour autant. Casalanguida offre beaucoup de variété en proposant des angles bien différents selon les panels et diversifie les formes des cases. Les scènes d’action sont (pour la plupart) réussites, tout comme les effets d’explosion, et la violence graphique est toujours présente. Soulignons aussi que pour la première fois dans un Bond de Dynamite il est possible de voir un téton de sein (ce qui est bon augure s’ils adaptent un jour le roman Dr. No). À l’exception d’une chemise rose pour 007, les couleurs de Chris Blythe sont très réussites.

Date de sortie :

  • Kill Chain est déjà sortie en VO sous la forme de six volumes (publiés du 19 juin au 27 décembre 2017).
  • Ces six volumes seront regroupés en un seul (VO) pour le 17 avril 2018.
  • Aucune traduction française n’a été annoncée.

Luca Casalanguida reviendra pour The Body, un comics 007 en six parties (écrites par Ales Kot) dont la première est programmée pour janvier 2018. Les premières pages de Kill Chain :

Kill Chain 5

Kill Chain 6

Kill Chain 7

Kill Chain 8

Nos précédentes critiques de comics :

Pour aller plus loin :
Les différents comics et strips James Bond.

About the author

Clément Feutry
Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Solstice : la critique du comics

Garanti sans spoilers CJB accueille aujourd’hui Guy Eloi,