Vivre et laisser mourir : le shooting script

Vivre et laisser mourir : le shooting script

- in Actualités, Les Films, Les Scripts
0
LALD script

Pour Vivre et laisser mourir, le réalisateur Guy Hamilton souhaitait fortement que Tom Mankiewicz écrive le script. Hamilton étant fan de jazz, Mankiewicz a notamment suggéré La Nouvelle Orléans pour cette nouvelle aventure de 007, avec les bayous à proximité (il se rappelait notamment d’un film avec Esther Williams dans lequel des skieurs nautiques faisaient des pyramides humaines sur l’eau). Le titre prend son origine dans le roman éponyme de Ian Fleming, toutefois le film n’a pas grand chose à voir avec l’œuvre littéraire ; à quelques exceptions près comme le thème du vaudou, les pouvoirs de Solitaire, la table Z, le voyage en train, la présence d’un Quarrel et de Leiter ainsi que la menace de briser le petit doigt de Bond.

Parmi les idées qui furent imaginés pour ce film il y avait celle de faire tomber Bond dans une usine de sucre rempli de serpents. Heureusement qu’ils ne tournèrent pas la scène car Tom Mankiewicz n’avait aucune idée de comment sortir Bond castde ce mauvais pas. Une autre idée suggérée par Harry Saltzman était d’avoir Bond se réveillant côte à côte avec un alligator…

À l’origine le pré-générique du film devait être plus orientée action, James Bond rencontrait un vieil homme dans un jardin exotique durant la nuit. Celui-ci devait lui remettre une paire de lentilles de contact assez spéciales puisqu’elles contenaient un micropoint. Toutefois leur rendez-vous devait être interrompu par des agents ennemis et 007 devait aider son contact (qui se révélait être un agent double) à s’enfuir en le faisant passer par-dessus l’un des murs qui entouraient le jardin. Mais Bond découvrait trop tard que ce jardin se situait en fait sur un toit et le contact tombait alors dans le vide une fois le mur escaladé…

Apparemment cette séquence devait se dérouler en Italie (ce qui expliquerait la présence de Miss Caruso dans le lit de Bond) et ne fut jamais filmé ; cependant, l’acteur Michael Sheard fut auditionné pour jouer le contact comme il le raconte dans son livre Yes, Mr Bronson.

Toutefois, le script que nous avons en notre possession et dont nous allons parler ci-dessous, est le « shooting script » daté du 2 octobre 1972 (121 pages). Dans celui-ci le pré-générique ressemble à celui du film (bien qu’il y ait une « note » qui demande une scène d’action avec Miss Caruso après le générique) :

LALD script

Le pré-générique est donc le même que dans le film sauf qu’il n’y a pas Kananga (personnage qui était nommé Jakata dans des scripts antérieurs), ni Solitaire dans le bâtiment des Nations-Unies. Le script précise également que le prêtre vaudou qui tient le serpent est nommé Dambala et contrairement au film, celui-ci à une machette dans la main et tue Baines avec :

UNE LAME DE MACHETTE SE REFLÈTE DANS L’ÉCRAN : un rire malade est entendu alors que la lame s’abat sur BAINES. LA CAMERA S’ARRÊTE SUR LA LAME SCINTILLANTE DE LA MACHETTE.

DANS LE GÉNÉRIQUE DU DÉBUT :
Peut-être un générique animé ou avec des cartes de tarot, vaudou et symboles occultes, etc…

NOTE :
Une courte séquence d’action doit être inséré ici incluant BOND et la FILLE de la séquence suivante.

Cette note s’enchaîne sur une scène où nous retrouvons Bond dans son appartement avec la fille qui était censé être présente dans la séquence précédente, Miss Caruso. Ils sont réveillés par un bruit et Bond essaye d’éteindre son radio-réveil mais il se trouve que le bruit vient en réalité de M qui sonne à sa porte. À la place de la réplique « Tu n’es pas marié, j’espère » que l’on peut entendre dans le film, Bond dit autre chose dans le script : « Qui que ce soit il va aller tout droit au dentiste, je peux te le promettre… ».

La scène et les dialogues se poursuivent comme dans le film (sauf que Bond dit que c’est Hamilton qui partageait son même bottier et non Baines) et il y a une autre petite différence :

Script : Baines travaillait sur une petite île du nom de San Monique, gardant spécifiquement un œil sur son Premier ministre, un certain Dr Kananga. Il a envoyé des messages à Dawes et Hamilton, leur demandant d’enquêter sur certains contacts américains de Kananga. Les messages ont été perdus ou volés, les trois hommes assassinés. C’est tout ce que nous avons.

Film : Baines travaillait sur une petite île du nom de San Monique. Dawes était à New York, gardant un œil sur son Premier ministre, un certain Dr Kananga. Hamilton était prêté aux Américains à La Nouvelle-Orléans.

021-live-and-let-die-theredlist

Bond s’envole pour New York alors que Solitaire prédit l’avenir dans ses cartes, les illustrations de celles-ci sont fidèlement décrites dans le script et il y a quelques phrases supplémentaires : « Il est arrivé. Il s’attend à la victoire. Il l’amène avec lui… ».

Bond sort de l’aéroport et compare la plaque d’une Sedan noire (III367) à son billet d’avion et s’approche du chauffeur :

 

Charlie : Mon nom est Charlie, Mr. Bond. Je… [Bond pointe son Walther PPK sur lui] Oh ! Vous voulez aller au Shea Stadium ? Les Yankees jouent un programme double.
Bond [souriant et baissant son arme] : Les Mets jouent à Shea. La saison de baseball ne commence pas avant avril.
Charlie : Autant pour moi. Désolé, j’ai oublié. On ne fait plus trop ça par ici maintenant. Oh, Mr. Leiter veut vous parler.
[Bond prend le téléphone de la Sedan].

Sur le trajet Murmure (Wishper) tire une fléchette sur Charlie depuis le rétroviseur de sa voiture, une Cadillac rose. Bond essaye de prendre le contrôle de la Sedan qui finit par se crasher dans un lampadaire. (Dans le film Charlie conduit une Chevrolet Bel Air jaune et Murmure une Chevrolet ‘Corvorado’ blanche).

Après un tour au magasin Oh Cult Voodoo Shop, Bond hèle un taxi pour filer Kananga et ses compères qui se trouvent dans une Cadillac violette. Arrivé au restaurant Fillet Of Soul, il commande un Jack Daniel’s Black Label (et non un bourbon et de l’eau) avant de se faire capturer. Il fait alors la rencontre de Solitaire, Tee-Hee et Mr. Big avant d’être amené dehors ; il tue son escorte et Harry Strutter de la CIA fait son apparition.

Contrairement au film, Bond et Strutter ne montent pas dans la voiture de ce dernier mais dans un taxi qui n’est pas en service :

Chauffeur : Quand vous aurez appris à lire les gars, vous découvrirez que je ne suis pas en service. [Ils montent tout de même dans le taxi] Maintenant écoutez, têtes de melons. J’ai dit… [Strutter pointe une arme sur le chauffeur]. Où exactement ces deux gentlemen aimeraient se rendre ?

De ce fait, Bond ne parle pas avec Felix via l’allume-cigare. À la place nous avons droit à une scène où Leiter, qui a mis sur écoute Kananga, entend Solitaire dire à ce dernier que son pilote à dit que son avion est prêt. Bond et Strutter entrent alors dans le bureau de Leiter qui leur dit: « Vous voulez des informations les gars ? N’achetez pas de l’étain bolivien ; investissez votre argent dans le sucre de San Monique ».

Dans une autre scène qui n’apparaît pas dans le film, nous voyons Bond dans un avion qui est sur le point d’atterrir à San Monique. Bond s’arrête à l’immigration de l’aéroport (où on peut voir des affiches de propagande de Kananga sur les murs) :

Officiel : Vous êtes là pour affaire, Mr Bond ?
Bond : Juste pour faire un peu de pêche.
[Le passeport de Bond est discrètement photographié par l’officiel] 
Officiel : Bonne chance, Mr Bond.

Bond arrive à son hôtel et découvre le serpent dans sa salle de bain. Dans le script, 007 voit l’animal alors qu’il est près de sa tête… il s’en débarrasse en lui mettant un coup de tête avant de le décapiter avec son miroir.

Bond fait ensuite connaissance de Rosie Carver, qui est une femme blanche (à noter qu’il fut à l’origine prévue d’auditionner une actrice noir, Diana Ross, pour le rôle de Solitaire mais que UA n’était pas pour que Bond embrasse une fille noir car certains pays refuseraient de diffuser le film sur leurs territoires). tumblr_nuze1cbNfe1rf1jvro1_1280 Ils couchent ensemble (ou du moins il est suggéré qu’ils le font) et le script demande une scène dans la maison de Solitaire où cette dernière tire deux cartes de tarot, une avec des amoureux buvant ensemble et l’autre avec deux amoureux attachés ensemble devant un Diable souriant.

Un peu plus tard nous rencontrons Quarrel Jr. (« Son père et moi nous sommes opposés contre un certain Docteur nommé No il y a quelques années »). Arrivé prés de la maison de Solitaire, il y a une scène présente dans le script que l’on ne retrouve pas dans le film : un gros requin devait attraper l’hameçon de la canne à pêche de Bond. Quarrel allait alors chercher une arme à feu pour abattre l’animal avant de se raviser en prenant plutôt une arme anti-requin (celle que 007 utilise plus tard à la fin du film pour tuer Kananga). Bond s’en sert alors sur le requin qui gonfle et explose comme un ballon :

Quarrel Jr. : Et pas de sang pour attirer les autres.
Bond : Attendez que Q entende parler de ça…

Vivre et laisser mourir est l’un es rares films de James Bond où Q ne fait pas d’apparition. Après la mort de Rossie Carver, Bond se rend chez Solitaire en deltaplane alors que Kananga et Tee-Hee on une discution à propos de cette dernière :

Tee-Hee : Peut-être qu’une persuasion d’une autre sorte aiderait à ce qu’elle reste à sa place.
Kananga : Si tu ne faisais ne serrait-ce qu’écorcher la peau de cette femme, Tee-Hee, je ferrais couper ton autre bras et te laisserait le regarder se faire manger ici.
[Kananga et Tee-Hee regardent une fosse à crocodiles].

Solitaire couche avec Bond et perd de ce fait son « pouvoir ». Ensemble il découvrent la drogue que Kananga fait pousser sur San Monique ; poursuivis ils volent un bus. À La Nouvelle-Orléans ils sont kidnappés et amenés à l’aéroport. Là Bond monte dans un avion d’une école d’aviation. La scène est similaire au film, mais madame Bell fait plus de remarques à Bond du genre : « vous n’avez pas vérifié vos volets… vous êtes supposé appeler la tour de contrôle… sérieusement jeune homme ».

À un moment Bond tente de décoller mais deux avions viennent se poser sur la piste alors qu’il tente de prendre son envol, madame Bell dit alors : « Mais ne me regardez pas jeune homme, vous êtes celui qui est supposé donner la leçon » ! Bond tourne alors dans l’herbe pour éviter les avions qui atterrissent (mais les méchants en voitures se vautrent dedans). De même la fin de séquence était supposée être légèrement différente : les contrôles de l’avion ne devaient plus répondre et celui-ci devait alors heurter une barrière et se retourner complètement. C’est l’avion sur le dos que Bond devait dire : « À la même heure demain, madame Bell ? ». Après cela Felix était censé faire cette remarque dans la scène suivante :

Leiter : Pas trop mal. Des dommages coûteux du hangar, cinq avions, quatre voitures, une section de douze mètres de clôture. Sans mentionner une mamie de soixante-dix ans qui a eu le plus gros choc depuis sa nuit de noces. Christ, Bond quelle façon de se faufiler en ville.

Nous retrouvons Bond et Leiter dans un restaurant Fillet Of Soul où Bond commence à commander un Martini avant d’être interrompu par Leiter qui commande deux juleps à la place. Bond se retrouve face à Mr. Big qui se révèle être Kananga, les dialogues sont assez différents : Big n’insiste pas pour savoir s’il a couché avec Solitaire contrairement à Kananga, Bond ne dit pas qu’il ne parle pas aux laquais et il est question de cinq tonnes d’héroïnes à distribuer gratuitement (au lieu de deux).

011-live-and-let-die-theredlist

Film :
Kananga : L’avez-vous touché ?
Bond : Eh bien, ce n’est pas le genre de question… auquel un gentleman répond.

Script :
Kananga : L’avez-vous touché, Mr Bond ?
Bond : La toucher ? Voyons voir… dans le bateau… la petite cabine… la mer agitée… nous avons été tous les deux un peu malmenés.
Kananga : L’avez-vous touché ?
Bond : La proposition a été formulée d’une centaine de façons, la réponse de la demoiselle a été péniblement monotone : non.
Solitaire : Il dit la vérité.

Lorsque Tee-Hee retire la montre de Bond pour que Solitaire devine son numéro de série, Bond a une phrase qui n’apparaît pas dans le film :

Bond : Un jour quelqu’un va effacer ce sourire de votre visage, et j’ai le pressentiment amusant que ce sera moi.

007 est amené à la ferme aux crocodiles où Bond voit un laboratoire duquel la drogue est expédiée aux restaurants Fillet Of Soul. Bond est abandonné sur un petit îlot au milieu des eaux grouillantes de crocodiles et s’en sort en sautant sur le dos des animaux. Vient ensuite la grosse scène d’action du film qui était uniquement décrite dans les premiers script comme « et puis vient la plus incroyable poursuite en bateau que vous n’ayez jamais vue ». Toutefois, le shooting script que nous avons décrit la séquence en détail (selon Mankiewicz, c’est seulement une dizaine de jours avant le tournage qu’elle fut finalement écrite).

FB-LIVEANDLETDIE

Parmi les différences que l’on peut noter avec le film, il y une petite scène supplémentaire entre le moment où Bond saute par dessus une rive et celui où l’on découvre le shérif J. W. Pepper, dans laquelle Adam, en voiture sur une route parallèle à Bond, devait sortir son arme pour tirer sur Bond puis la ranger avant d’avoir plus tirer car le bateau de ce dernier passait derrière une rangée d’arbres.

Une autre scène qui n’est pas dans le film peut être trouvée, elle était située juste après celle où Adam vole le bateau de Billy Bob :

L’étroit canal du bayou mène au-delà d’un pont pivotant à un endroit large de la rivière. Une grande foule de PERSONNES est assise sur la rive, en train de siroter des sodas et de grignoter des hot-dogs, regardant un spectacle de ski nautique. Un bateau passe, tirant derrière lui une pyramide élaborée de SKIEUR NAUTIQUE dans son sillage, debout sur les épaules des uns des autres. Le pont pivotant a été ouvert, laissant un espace mince entre celui-ci et le rivage. La foule applaudit avec enthousiasme à mesure qu’ils passent, les JOLIES FILLES du haut de la pyramide font des signes. Le second bateau tourne lentement, se préparant à faire un autre passage.

408 – UN AUTRE ANGLE

BOND est en vue, arrivant dans le virage – il voit la pyramide de SKIEURS et le bateau qui les remorques revenir vers le côté large du pont pivotant, tournant le volant, amenant son bateau sur son côté à un angle de quarante-cinq degrés, glissant à travers l’espace étroit entre le pont pivotant et la rive. La foule s’élève avec appréciation, avec un enthousiasme plus grand qu’elle ne donnait aux SKIEURS. LA CAMERA RECULE : LES BATEAUX DES MÉCHANTS CINQ et SIX arrivent au niveau du virage, mais ils l’ont tous deux pris trop large pour passer dans le trou.

409 – ANGLE DEPUIS L’AUTRE CÔTÉ DU PONT

Les deux BATEAUX DES MÉCHANTS, le bateau de remorquage et la pyramide des SKIEURS convergent désormais sur le même côté du pont pivotant.

410 – ANGLE SUR BOND

BOND se dirige vers une courbe, rasant la rive à grande vitesse.

411 – DE RETOUR SUR LES MÉCHANTS ET LE BATEAU DE REMORQUAGE

Le second bateau et les BATEAUX DES MÉCHANTS sont maintenant directement en proie à une collision. Les BATEAUX DES MÉCHANTS se séparent chacun d’un côté, mais le bateau de remorquage a déjà fait son mouvement, se dirigeant vers le rivage, coupant le BATEAU DES MÉCHANTS CINQ, rentrant dedans en l’envoyant voler sur une rangée d’arbres de la rive du canal.

412 – EXT. D’UN TERRAIN DE GOLF

Un GOLFEUR tente un putt de neuf mètres depuis un green, observé dans un silence révérencieux par le reste de son QUATUOR. Alors que le putter est sur le point de frapper la balle, on entend le gémissement d’un moteur. Le GOLFEUR secoue la tête, frappe involontairement la balle alors que BATEAU DES MÉCHANTS CINQ vole DANS LA CAMÉRA, et atterrie dans un bunker à moins de trois mètres. Tous se tournent la bouche grande ouverte vers le bateau alors que le putt réussit.

413 – DE RETOUR SUR HALEY’S LANDING

Les mouvements du bateau de remorquage ont fait que la pyramide de SKIEURS penche d’un côté. Le BATEAU DES MÉCHANTS SIX se remet à la poursuite de BOND, coupant la ligne de remorquage sur son chemin.

414 – ANGLE SUR LA PYRAMIDE

La pyramide de SKIEURS tremble pendant un moment, commence à couler, puis s’effondre complètement alors que chacun tombe dans l’eau.

Il à noter que selon l’excellent livre Some Kind of Hero sur la saga cinématographique Bond, Guy Hamilton a déclaré qu’il avait l’intention de terminer la poursuite en bateaux avec une scène incluant une pyramide humaine mais que Cubby pensait que la séquence nautique devenait trop longue (Hamilton a été d’ailleurs déçu que Saltzman n’ait pas suffisamment défendu la cascade).

Il y a d’autres petits ajouts comme un moment où les bateaux de Bond et Adam sont côtes à côtes avant que Bond ne coupe son moteur pour laisser Adam passer devant et s’engouffrer dans un autre canal. Également, lorsque Bond devait foncer sur Adam avec son bidon à essence il devait être baissé derrière son tableau de bord (Adam tirait alors un coup de son fusil à pompe dans le pare-brise de Bond qui volait en éclats).

À la fin de la poursuite, lorsque Bond rejoint Leiter sur la terre ferme, celui-ci l’informe que Kananga est en train de quitter le pays ; il devait y avoir un plan du yacht de Kananga (ce qui aurait rappellé le roman) suivi par un hélicoptère (le pilote informait alors Leiter que le yacht arrivait dans les eaux internationales et Leiter ordonnait alors à ce dernier d’abandonner la poursuite/surveillance).

1973-james-bond-007-leben-und

À San Monique, Bond libère Solitaire et est de nouveau fait prisonnier par Kananga (qui ne teste pas l’arme anti-requin sur un canapé). Bond fini par faire explosé Kananga comme un ballon et se retrouve dans un train avec Solitaire où il est attaqué par Tee-Hee. Le combat n’est pas entièrement décrit, « LE COMBAT: brutal avec des mouvements rapides (les détails exacts doivent être travaillés) » peut-on lire, mais la manière dont Bond se débarrasse de son opposant en neutralisant son bras métallique avant de le jeter par la fenêtre est tout de même écrite.

Enfin le Baron Samedi n’est pas présent dans la scène finale du script, qui est la suivante :

547 – EXT. D’UNE JONCTION DE RAILS – PLAN RAPPROCHÉ SUR UN FEU ROUGE – NUIT

LA CAMERA SE RAPPROCHE d’un grand panneau circulaire suspendu aux dessus des rails de la jonction centrale : un feu rouge clignote et s’éteint sur les mots : NO ENTRY. Avec un fort « ding », la lumière devient verte brillante et clignotante alors que le train de BOND siffle à travers et s’éloigne dans le lointain…

Au final, ce shooting script est presque identique au film, il n’y a pas de grosses différences à par la pyramide nautique, ce qui explique sûrement pourquoi on ne connaît que peu ou pas de scènes coupées pour ce film…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

[Scripts] Bond 16 : Risico et autres péripéties bondiennes

The Living Daylights (1987) avait la délicate tâche