[Sony] Les droits de diffusion de James Bond à renouveler après SPECTRE

[Sony] Les droits de diffusion de James Bond à renouveler après SPECTRE

pageaccueil02

Des nouvelles nous parviennent d’une interview réalisée par le magazine Variety du directeur de Sony Pictures. On apprend y en effet qu’une fois la sortie de SPECTRE réalisée, les droits de diffusions vont être remis sur la table ouvrant les droits jusque là gérés par Sony et la MGM à compétition.

La production de SPECTRE, 24e aventure officielle de l’agent secret marque en effet la seconde extension du partenariat qui lie Sony Pictures avec le MGM pour co-financer et distribuer la franchise 007 de part le monde, EON Production se chargeant de préserver les droits et et la direction créative.

On se souvient de la faillite de la MGM, victime de la crise en 2008 qui l’a amené à établir un nouvel accord avec Sony l’engageant pour deux nouveaux films, donnant ainsi suite à un premier partenariat signé en 2006 pour produire Casino Royale et Quantum of Solace. Avec la franchise James Bond de nouveau solidement inscrite au box office international depuis l’arrivée de Daniel Craig, Sony et MGM avaient donc établi un nouvel accord en 2011 pour co-financer Bond 23 (qui devint Skyfall) et Bond 24 (SPECTRE donc).

A l’époque, les directeurs exécutifs de la Major fragilisée MGM avaient déclaré : « Sony Pictures est le studio idéal pour nouer un partenariat pour nous permettre de repénétrer le monde du cinéma. Nous avons une longue relation de travail avec Micheal G. Wilson (producteur d’EON Production avec Barbara Broccoli) et Amy Pascal (co-directrice de Sony Pictures à l’époque) ».

La collaboration entre les trois producteurs a en effet bien fonctionné, la représentante de Sony, Amy Pascal créant une forte collaboration avec Barbara Broccoli et Micheal G. Wilson, et participant à l’élaboration des films. Le piratage massif de Sony (dont la première version du scénario de SPECTRE fut une victime) a cependant amené à la démission d’Amy Pascal (un départ qui a eu lieu en février).

SPECTRE étant le dernier film compris dans l’accord et qui sortira dans quelques mois, il est temps pour MGM de renouveler son contrat avec les nouveaux dirigeants de Sony, ou de trouver un nouveau partenaire pour la production.

C’est Variety qui a annoncé la nouvelle avec une interview du nouveau directeur de Sony Pictures, Tom Rothman expliquant son inquiétude de devoir rentrer en compétition avec d’autres Majors pour mettre en place un nouvel accord, compte tenu du succès explosif de Skyfall !

Sony a eu un formidable parcours avec les Bond. Bien sûr nous allons rentrer dans la compétition pour les droits de diffusion, mais soyons honnêtes, nous ne sommes pas tout seul dans le business. Le prochain Bond va être un succès, et on espère avoir fait un travail aussi bon qu’avec le précédent.
Tom Rothman – Directeur de Sony Pictures

Parmi les autres concurrents qui pourraient rentrer en collaboration avec la MGM, la Warner Bros. figure en bonne place pour s’allier au lion de la MGM. Ils ont en effet collaboré sur la Trilogie du Hobbit, et sur le prochain spin-off de Rocky.

Une avalanche de rumeur s’est donc répandue sur internet : si Warner Bros remplace Sony à la production, ça voudrait dire que la franchise des DC Comics (Batman / Superman) et celle de James Bond auraient les même producteurs ! 007 pourrait-il alors croiser le même univers que les super héros avec leurs capes ? Mettons donc tout de suite fin à ces rumeurs : cela sera impossible tant que EON Productions garde le contrôle créatif sur la saga. Un Bond vs Batman restera donc du domaine de la fan fiction.

Source : MI6-HQ

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Bond 25 (encore) repoussé

C’est dans un communiqué d’une pauvreté sans nom