007 Legends : Critique de Moneyofpropre

007 Legends : Critique de Moneyofpropre

money6

Fan du l’univers de James Bond et notamment des jeux-vidéo, j’ai décidé de tester la version PC de 007 Legends. L’idée de départ, réunir six films en un jeu, était tout simplement bonne. On se retrouve donc avec GoldfingerAu service secret de sa majestéPermis de tuerMeurs un autre jourMoonraker et Skyfall (que je n’ai pas testé).

J’ai eu de sérieux doutes quand j’ai appris que c’était les gars qui nous avait développé Goldeneye 2010 car je l’avais trouvé assez moyen comparé à ce que nous avait habitué EA à une certaine époque… ainsi que l’entretient du site officiel du jeu qui laissait à désirer (retard, leaking, pas d’évolution,…) et les trailers. Bref, jetons un œil à ce jeu.

money1

MODE SOLO :
Le jeu commence par une cinématique de Skyfall assez mal faite entre les cheveux de Eve et le véhicule qu’elle conduit. On voit la scène où Bond chute du train, ce qui le fait tomber dans un état secondaire où il revoit sa vie, du moins une partie, défiler devant ses yeux (pas très original).

Ceci sera, ou du moins tentera d’être, le fil conducteur du jeu, car il faut bien se le dire : les transitions entres les films sont inexistantes… et parfois même lorsque l’on en fini un « film », il en manque la fin. Exemples : 1. James Bond est en plein crash aérien dans l’avion de Pussy Galore et arrive au cockpit : tableau de score fin de mission ; 2. James Bond allume l’essence sous Sanchez : tableau des scores sans explosion ; 3. La station spatial s’autodétruit alors que 007 s’y trouve encore : Tableau des scores.
Tout ceci est très rageant car on ressent clairement qu’il manque un bout, ce que j’impute à « la flemme des développeurs ». Cependant il y a une certaine volonté scénaristique dans les missions et celles-ci prennent quelques libertés par rapport aux films, ce qui est plutôt bien vu.

On commence donc le jeu par Goldfinger, se réveillant dans une chambre de Miami et découvrant Jill peinte en or. Tout le long du jeux le coté fan-service est très respecté. Du coup, on retrouve pas mal de scènes mémorables, dialogues et élément des films, parfois reproduit à l’identique (Laser de Goldfinger, broyeur de Permis de tuer, statue dorée du colonel Moon, poursuite en moto à Istanbul). Sur ce point, je dis un grand merci à Eurocom car cela c’est vraiment rien que pour nos yeux !

La directions artistique des décors est bonne, même si le level-design fait vraiment très/trop couloir. Par ailleurs, on retrouve beaucoup de personnages des films très bien réalisés, à l’identique (a l’exception de Jinx, mais pour une fois les absent n’ont pas tort) ou certains faisant un peu plus jeune dans leurs costumes. Blofeld est quant à lui un mélange entre ses deux interprètes Donald Pleasence et Telly Savalas, ce qui lui va plutôt bien. En revanche, Holy Goodhead a été massacrée de manière inacceptable comparée aux images promotionnelles : ils lui ont mis les cheveux très court (à croire qu’ils ont inversés Jinx et Holy dans le jeu). Cela dit, j’ai été étonné qu’ils aient même pensé à inclure Dario ! Maintenant leurs voix en VF ne rend pas mal du tout, je m’étais attendu à pire. Mention spéciale pour Goldfinger qui fait très capitaine Haddock. Nous avons même droit à quelques voix officielles comme celle de Tanner. En revanche, ils ont massacrés M, mais on sait que la VO a été très soignée.

money2

GAMEPLAY :
Cela reste très classique, mais pas forcément ce que l’on attend d’un James Bond.

En effet, par film, il n’y a que trois types d’ennemis différents (et 4 modèles de voitures dans tout le jeu). Du coup, vous avez l’impression de jouer à l’attaque des clones et de tuer toujours les mêmes personnes. Et ce n’est pas juste une impression, de plus le jeu souffre d’un gros défaut : le nombres d’ennemis. La vache, c’est impressionnant les vagues d’ennemis ! Il en arrive, et en arrive, tellement que l’on se demande si cela va s’arrêter… il y a quand même des cas dans la vie où tuer n’est pas jouer.

Je n’ai pas envie de jouer à un Call of Duty ! Sans doute est-ce pour combler l’intelligence artificielle des ennemis qui est vraiment au ras des pâquerettes. L’IA est complètement nulle, temps de réaction hyper lent, ; vous avez beau être à coté d’eux, ils ne vous voient pas, alors que parfois ils vous repèrent a travers les murs. Dès que vous êtes accroupis et que vous avez un silencieux : c’est bon, vous êtes l’homme invisible. Car silencieux/silence : le rapport est vite fait chez Eurocom. Par ailleurs, même dans les cinématiques les ennemis sont sourds et aveugles. Ils ont beau regarder dans la direction de Bond qui est a découvert à deux mètres d’eux : ils ne le voient pas.

En revanche, et c’est logique, si un garde tombe sur le corps de l’un de ses collèges, il va donner l’alerte. Mais le truc, c’est qu’il n’est pas possible de déplacer les corps pour les cacher ! Du coup, on se fait souvent repérer dans les quelques phases d’infiltrations qui en deviennent très durs et l’on préfère se la jouer en mode bourrin. Cela dit, avec l’arsenal mis à notre disposition, ça nous encourage à foncer dans le tas ! C’est digne d’un Battlefield ou d’un Call of Duty : des fusils d ‘assaut à profusion ! Je dis non, quand je veux jouer à James Bond, je veux jouer avec des armes de poing, des pistolets. Ici, en dehors de notre P99 avec un silencieux pré-vissé (ce qui est chiant) que vous aurez tout le long du jeu comme vos alliés (à croire que le monde entier à des actions chez Walther), il n’y a pas grand grand choix dans cette catégorie. Pas moyen de choisir le PPK pour les 50 ans de Bond, et c’est dommage. Surtout que 11 ans auparavant Nightfire nous laissait le choix entre le P99 (surpuissant dans 007 Legends vue qu’il peux exploser un Hummer en deux balles) et PKK ! Et le pire c’est qu’il n’y a que seulement deux autres pistolets qui sont complètement ridicules et risibles (Tokarev et PMR-30). Sérieusement, où ont-ils été les chercher ? Était-ce si compliqué d’avoir un Colt, un Beretta, un Sig et un Glock ? Bon, au moins, coté fusils d’assauts on est gâté et on est agréablement surpris de voir des armes que l’on ne voit pas assez souvent dans les jeux du genre le Beretta ARX-160 ou le Daewoo K7.
Je n’ai jamais autant jouer avec des fusils d’assaut dans un James Bond, mais il faut dire que certaines situations s’y prêtent bien (Assaut de Fort-Knox, du Piz-Gloria…). Dernier détail : il existe des kits de personnalisations des armes dans les niveaux. Plutôt bien vu.

Les gadgets sont assez peu présents (montre, stylo, téléphone), on en aurait aimé plus, un peu comme savait le faire EA (Tazer, grapin…)

Le jeu suit toujours le même schéma : bourrinage, James Bond girl, infiltration, enquête au téléphone, bourrinage et QTE. Certains pourraient trouver ça trop répétitif, pour ma part, cela ne m’a pas dérangé. Et puis voir les James Bond Girls c’est toujours plaisant, surtout pour Tracy, Jinx et Pussy.

Le système de QTE est le plus ridicule jamais réaliser depuis 10 ans et est d’une facilité déconcertante. Là ou dans Goldeneye 2010 on avait du spectacle et de la difficulté, ici on assiste juste à un combat de boxe ennuyeux à souhait.

On évolue dans des décors variés, lâché dans l’espace sans gravité dans Moonraker a faire « piou-piou » avec notre pistolet-laser. Dommage que la scène ne dure pas assez longtemps. La mise en scène n’est pas assez poussée en revanche, manque de grand spectacle. Le jeu s’achève sur Moonraker. La suite sera hélas en DLC, c’est très fâcheux de ne pas avoir le jeu en entier. Surtout que Skyfall ne comporte que deux niveaux et aucune trace de Silva malgré le fait que la scène finale du film se prêtait parfaitement à une adaptation dans ce jeu-vidéo.

Les checkpoints sont trop éloignés, le gameplay est parfois injouable (voir le niveau en ski qui est un calvaire) et j’ai même eu un bug qui empêche la progression dans Moonraker que d’autre ont aussi eu. Il n’y a pas vraiment de détails dans les scores quand on fini une mission, tel que le faisait Espion pour cible. En revanche, bon point : on peut choisir si l’on veut que sa santé se régénère automatiquement, ou avec des médikits.

PHASES EN VEHICULE :
Au nombres de deux. Il n’y en a même pas dans Goldfinger, où il ont remplacer la DB5 par une DBS… ce qui relève de l’hérésie !

money3

On va conduire un Hummer dans Permis de tuer au lieu d’un camion citerne, tentant d’éviter les 15 000 roquettes qui nous foncent dessus durant cette phase ennuyante.

Meurs un autres jour oblige un combat sur la glace. Ici, pas de V12 Vanquish, mais une DBS qui se comporte comme une savonnette dans un niveau le plus couloir possible. Pas de possibilité d’être invisible, il y a juste à lancer quelques missiles et esquiver les explosions de Zao, qui de toute façon ne nous font rien. On peu faire demi-tour, prendre tout notre temps, il n’est pas possible d’échouer la mission. Plat et ennuyeux.

On se rappelle des niveau sur la glace de BloodStone et Nightfire très dynamiques avec plein de gadgets. Ici c’est le néant. D’ailleurs ces niveaux durent généralement 4 minutes (montre en main) alors que certaines missions durent parfois trop longtemps (Exemple : j’ai mis 1h49 à finir le premier niveau de Permis de tuer en difficulté facile). Pourtant la campagne n’a pas une durée de vie très longue : environ 5h, ce qui a toujours été le problème des jeux James Bond.

Les scènes choisies pour les niveaux du jeu sont presque toujours situés à la fin des films. Jamais de scènes intermédiaires et on ne débloque pas de bonus comme dans Goldeneye premier du nom. Les seuls bonus que l’on va gagner sont des dessins et des croquis du jeu, si toutefois on y arrive, car ils sont très durs à débloquer. On a par contre quelques biographies assez bien faites des personnages que l’on rencontre. Dommage qu’ils n’aient pas poussé jusqu’à faire une salle de musée comme dans Quantum of Solace. Pour les 50 ans, ça aurait été bien vu.

money4

GRAPHIQUEMENT PARLANT :
Le jeux est assez en retard et est moche. En contrepartie il permet aux machines les plus veilles de le faire tourner. C’est au point de vue des animations que ça coince vraiment : parfois incohérente, problèmes de collision… moches et on a l’impression que les cadavres ennemis sont encore vivants !

BANDE SON :
C’est du David Arnold : bien mais étrangement pas top et trop répétitive. On apprécie les références aux thèmes de Goldfinger et Au service secret de sa majesté. Par contre le générique instrumental m’a moins convaincu.

money5

MODE DÉFI :
Le mode défi ou MI6 je ne vais pas m’attarder dessus car je me fait presque tout le temps spawnkill déjà avant d’avoir plus bouger (génial non ?), les maps sont les mêmes qu’en solo, à nouveau c’est trop dur de tout débloquer, pas de checkpoints. On peut incarner le méchant ce qui est plutôt cool même si cela n’apporte rien.

MULTIJOUEUR :
Un point auquel je tiens dans un James Bond. Pour moi, Espion pour cible et Nightfire possèdent encore les meilleurs multi toute génération confondue.

Ici ce n’est pas le cas. On nous sert quelque chose de fade où on retrouve le système d’XP de Goldeneye 2010. Ce n’est pas digne d’un James Bond, avant il fallait récupérer tes armes par terre sur la map, c’était celui qui avait le meilleurs skills et le plus rapide à trouver une bonne arme qui gagnait. Ici c’est celui qui a déjà le meilleur pétard et des bonus en rejoignant direct la partie qui l’emporte. Pourtant je n’ai rien contre les bonus, c’était excellent dans Espion pour cible, on récupérait par terre des bonus qui permettaient d’être invisible, aller plus vite, être invincible : fun !

Dans ce jeu, c’est fade et mou. De plus, on ne peut pas configurer les parties à l’extrême comme dans les titres d’EA et puis…il n’y a pas moyen de mettre des bots ! Point de vue personnages c’est plutôt bon, on retrouve ceux des six films ainsi que quelques autres (pas comme dans Nigthfire, hélas). MAIS, choc, on ne peut pas incarner James Bond ! Pour les 50 ans on aurait aimé pouvoir jouer les six acteurs en multi ! Bon point en revanche, les personnages dans certains modes ont chacun une aptitude particulière : Requin et Grant sont plus résistants au corps à corps, Scaramanga a un pistolet d’or, Goldfinger des grenades en or faisant plus de dégâts,…

Seulement 8 maps à nouveau en provenance du solo dont une inspirée de Fort-Knox comme dans Nightfire. Trop de modes de jeux avec des noms à la c**. L’essentiel étant match à mort par équipe ou l’on aurait du avoir MI6 contre les méchants, comme dans Nigthfire. Pas de gadgets.

On est donc très loin de l’âge d’or du multi de James Bond.

007 Legends PC : L’espion qui merdait :
Le jeu manque d’anticrénelage. Mais le plus honteux c’est que l’on ne peut pas changer les options graphiques à part la résolution ! Pour un jeux de 2012 à 60€, c’est honteux ! Pas de possibilité d’activer les sous-titres, ni de naviguer dans les menu avec la souris… on est obligé de prendre le clavier ! En parlant de la souris, c’est très vite injouable. L’accélération de la souris n’est pas prise en compte et la visée devient pénible surtout que la sensibilité est soit vraiment trop lente ou vraiment trop rapide ! Le pad n’est pas pris en compte, j’ai essayé avec Xppader mais j’ai vite abandonner (injouable tellement l’accélération est foncièrement dégueulasse).

On peut éditer les touches, mais pas toutes ! Ainsi on envoie pas des grenades avec G comme dans tous jeux mais avec A (comme absurde), l’utilisation des gadgets et QTE se fait avec UJTH. Du coup, on cherche sans cesse la bonne touche ! Ajoutez à cela quelques bugs de son, l’impossibilité d’enlever l’ATH, des bordures noires parsemées de taches graphiques arc-en-ciel infâme et la localisation des sauvegardes qui restent pour moi à cette heure un grand mystère.

CONCLUSION :
007 Legends plaira aux fans de 007, ça, c’est sur. J’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir en solo, mais attendez qu’il soit moins cher, ou… Sans doute est-ce un jeu qui a été demandé à la va vite par Activison à Eurocom. Je ne blâme pas les développeurs qui ont du essayer de sauver les meubles. Mon niveau préféré reste celui de Permis de tuer, mais j’espère que par la suite Activision laissera tomber la licence afin que d’autres la reprenne et ainsi qu’elle meurt un autre jour !

money6

About the author

Gregory Bertrand
Rédacteur en chef de Commander007.net. Réalisateur de court-métrage et montages en tout genre à ses heures perdues. Il a découvert 007 sous les traits de Timothy Dalton il y a maintenant une dizaine d'années et n'a jamais cessé d'accroître sa collection bondienne depuis. Sa quête ultime s'est récemment achevée avec la découverte du Teaser préventif de "Tuer n'est pas jouer" !

Sur le même thème :

[Bond 25] Vers une possible vente de la MGM et de ses droits sur Bond ?

[Rumeur] Le Hollywood Reporter rapportait hier que la