Débat : Pourquoi Spectre échoue à rendre Bond convaincant comme homme à femmes

Débat : Pourquoi Spectre échoue à rendre Bond convaincant comme homme à femmes

Italy Spectre Photo Call

Débat : pour commencer l’année, on vous propose cette chronique très intéressante du Guardian, écrite par Benjamin Lee et traduite par nos soins, qui ne manquera pas de faire réagir les fans.

Pourquoi Spectre échoue à rendre Bond convaincant comme homme à femmes. Alors apprêtez vous à défendre vos Bond Girls préférées, ou à abattre Daniel Craig comme incurable romantique. Donnez votre avis dans les commentaires !

…………

Daniel Craig a beau avoir deux intérêts amoureux dans la dernière aventure de 007, cette incarnation  moderne du célèbre espion misogyne semble toujours avoir des problèmes dans la chambre à coucher.

Un des passages obligés de James Bond le plus difficile à conserver depuis l’arrivée de Daniel Craig dans le rôle de Bond est son caractère notoirement abusif et profiteur vis à vis des femmes. Alors que tout semble avancer avec lui vers plus de modernité, il est devenu d’autant plus difficile de faire maintenir le machisme et les répliques cinglantes.

Monica Bellucci

La nouvelle interprétation de Bond vis à vis du sexe opposé a été établie dès le premier épisode, Casino Royale, qui nous a montré Bond tomber amoureux, avec tout ce que cela implique d’engagement avec la Vesper Lynd d’Eva Green. Mais elle fut tuée assez rapidement, comme cruel rappel que 007 fonctionne mieux quand il est un célibataire sans attaches Le film suivant, le Quantum of Solace s’égarant dans toutes les directions, a tout de même eu le mérite de nous montrer quelque chose d’intéressant : un Bond en deuil pleurant toujours Vesper. Et il n’a pas vraiment récupéré depuis.

Bien sûr, il couche toujours avec une série de femme, mais il n’a jamais été aussi modéré à ce niveau, diminuant le nombre de réplique séductrices, et se concentrant sur d’autres choses, principalement son travail.

Pour Spectre, on nous avait promis quelque chose d’assez révolutionnaire pour Bond et Hollywood en général : un personnage féminin qui est en fait plus âgé que Bond. Le casting de Monica Bellucci avait attisé des dizaines de réflexions portant à croire que la vision de la femme dans la série continuait à s’améliorer.

Mais le problème avec ce choix de casting est que cela a fait monter les attentes pour voir Bellucci faire autre chose que simplement se faire attirer dans les draps d’un lit par un Daniel Craig un peu pressé. Maintenant que Spectre est sorti, nous voyons enfin ce que cette scène était vraiment : du sexe de consolation. Bond a développé une fâcheuse habitude de coucher avec les femmes qui sont en deuil, ou en plein tourment sentimental. Dans le cas qui nous occupe, il a juste tué son mari, et après les funérailles, rend visite à Lucia Sciarra pour obtenir des informations.  Il y a quelque chose d’assez mécanique dans la scène d’embrassades qui suit, comme si Bond cochait une case, sans vraiment d’intérêt pour la case en question.

Daniel Craig;Lea Seydoux

Avant qu’elle ait eu une chance de remettre ses vêtements, le voila parti vers la prochaine : la psychologue Madeleine Swann, jouée par Léa Seydoux. Encore une fois, Bond est impliqué dans la mort d’un être aimé, cette fois ci son père, et il est tout à fait prêt à essuyer ses larmes en la guidant vers sa chambre d’hôtel.

Swann semble au départ résistante aux charmes de Bond. Elle lui dit directement que rien de sexuel n’aura lieu entre eux. Mais après un combat brutal avec un homme de main particulièrement récalcitrant, ses mots semblent perdre tout sens, et ils concluent si rapidement que l’on peut s’inquiéter que Madeleine ne soit pas encore sous le choc de la baffe de Hinx. Son personnage perd alors toute la force qu’elle semblait avoir au départ, et son attirance pour 007 finit par être son trait principal.

Mais là encore, comme la scène d’amour partagée avec la veuve en deuil Bellucci, leur scène semble plutôt fade et fonctionnelle. L’alchimie entre les deux est entièrement absente, ce qui rend l’acte final, qui tend vers le sentimentalisme, plutôt difficile à digérer. Il s’avère en fait que Swann est la femme qui l’aide finalement à surmonter la mort de Vesper Lynd, pour une raison assez inexplicable, et le film se termine sur la suggestion qu’elle aidera finalement Bond à vider les cartons de son appartement sans cœur de célibataire.

Daniel Craig and Léa Seydoux in Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/Columbia Pictures/EON Productions’ action adventure SPECTRE.
Daniel Craig and Léa Seydoux in Metro-Goldwyn-Mayer Pictures/Columbia Pictures/EON Productions’SPECTRE.

Spectre semble en tout cas déterminé à poursuivre le voyage sentimental de Bond pour le rendre vraiment humain avec des émotions identifiables. Mais alors que le temps passe à mettre 007 à jour, peu est encore fait vis à vis de ses conquêtes. Comme toujours, ces femmes sont toujours désespérées de rentrer dans le slip de Bond, mais pas vraiment intéressées pour faire quoi que ce soit d’autre. Ses liaisons avec les deux femmes semblent tout aussi ennuyeuses pour nous qu’elles le sont pour lui (le plus de nudité auquel on aura le droit restant dans le générique sur-stylisé). Les quatre scénaristes impliqués dans le script semblent, quant à eux, semblent être partagés sur ce qu’un Bond contemporain ressent vis à vis de l’amour et du sexe.

Les tendances sociopathes de Bond se sont adoucies récemment, mais seulement face à de grandes pertes : pas juste celle de Vesper Lynd, mais aussi de la maternelle M de Judie Dench. Le choix de tomber à nouveau amoureux, un phénomène qui défie clairement la logique et la rationalité, est toujours quelque chose qui semble totalement contre-intuitif pour quelqu’un si maniaquement concentré sur son travail. Il reste dur de croire en cette nouvelle incarnation de Bond comme personnage principal romantique, ou même comme quelqu’un qui aime, ou a du temps pour le sexe. Avec un reboot en vue (Daniel Craig a un film de plus sur son contrat), Bond a besoin soit de rencontrer finalement une femme à sa mesure, ou de cesser de chercher : tout le reste semble une perte du temps de Sa Majesté.

Partagez vous le point de vue du chroniqueur ? A vous la parole !

Source : Benjamin Lee, Why Spectre fails to sell Bond as a convincing ladies’ man ; The Guardian, 22 octobre.

About the author

CJB - Commander James Bond
Commander James Bond France (Codename : CJB) vous apporte les nouvelles de part le monde sur notre agent favoris. Actualités en live, traduction, interviews... Aucune nouvelle de 007 n'échappe à son œil acéré.

1 Comment

  1. Pour Lucia c’est complètement justifié, je me souvient avoir été complètement aberrè et révolté quand j’ai lu cela la première fois, qu’ils direct couchaient ensemble. Je m’étais dit que ce perssonage était inutile et un bouche trou.

    En revanche pour Madeleine, je sent qu’il y a quelque-chose entre eux. Perso je trouve ceci convaincant. Cependant, je ne comprend pas le revirement entre la scène de l’hôtel où elle le repousse et le train où elle veut qu’il la prenne. Limite je préférait quand elle été bourrée à l’hôtel et que Bond refusait ses avances (même je trouvais que c’était pas top).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

La vision de Fleming pour les films de Bond

Ian Fleming avait sa vision de ce à