Fanart par YtterbiumFanart par Ytterbium

Voit-on SPECTRE de la même façon quand on est fan ou public normal ? Une critique en forme d’analyse, qui fait suite à la réaction à chaud d’un membre de CJB (possibles spoilers).

Juste après avoir découvert SPECTRE, j’ai publié une critique assez mitigée sur CJB.

Je commence déjà à regretter de l’avoir écrite. La raison : même sans avoir vu les bandes annonces, s’être caché les yeux devant les intrigues révélées, et en arrivant avec une excitation totale, le fan de James Bond vient avec ses attentes. On ne se rend pas forcément compte à quel point on est remplis de préjugés avant même de découvrir le film. Mais c’est pourtant normal : c’est le retour du SPECTRE après des années sans l’avoir vu, et la suite de Skyfall qui a fait revenir Bond à son nouvel âge d’or ! En 10 ans et 3 films Casino Royale, Quantum of Solace et Skyfall ont amené Bond toujours dans de nouvelles directions, on se demande quelles surprises Sam Mendes nous réserve cette fois ci. Même avec toute notre excitation de fan, on attend le film au tournant, avec une liste de choses que l’on veut y trouver.

On arrive donc dans la salle, biaisé par avance. Et même si la séquence d’ouverture est à couper le souffle, l’esprit chagrin du fan a vite fait de revenir.

SPECTRE © 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc., Danjaq, LLC and Columbia Pictures Industries, Inc. All rights reserved
et hop !

Le titre du film est plus important qu’il n’y parait. Au lieu de SPECTRE, l’anagramme de l’organisation que l’on connait bien, et qui succède à Quantum (passé sous le tapis de l’histoire bondienne), ça devrait être Spectres, au pluriel. En effet, plus qu’une simple mission, c’est une histoire de fantômes que Sam Mendes tente de raconter, comme il l’affirme dès l’ouverture du film.

LES MORTS… SONT VIVANTS

Le réalisateur oscarisé n’allait pas revenir juste pour une simple introduction de l’organisation ennemie de Bond. Il n’a pas écrit le scénario, mais les directives qu’il a données aux scénaristes John Logan et au duo Neal Purvis Robert Wade sont claires :

« Bond devait poursuivre l’exploration de son enfance longtemps tue, le film devait refaire le lien avec les premières missions, et 007 devait être face à un choix de vie très fort. »  interview dans Télérama.

Le réalisateur compose donc avec deux fils rouges :

  • Le retour du SPECTRE, qui est prétexte à moult complots, réunions secrètes, courses poursuites et attaques terroristes, bref, la mission de James Bond, avec le MI6 qui s’active derrière lui pour déjouer les plans de C.
  • Les spectres du passé (de Bond et de Madeleine Swann), où l’on voit vraiment la touche Mendes, et qui constituent en quelque sorte la suite de Skyfall.

SPECTRE-Film-Stills-09158

Avec le SPECTRE, James Bond revient sur des rails habituels classiques auxquels on n’était plus habitués. Ça fait du bien de retrouver les éléments familiers avec moult références aux anciens Bond, mais l’on attend quelque chose d’autre.

De l’autre coté, l’intrigue sentimentale avec les spectres a du mal s’imposer, sans doute à cause d’un problème d’écriture du scénario qui a du mal à lier la petite histoire avec la grande : Madeleine Swann passe d’une antipathie vis à vis de Bond à une romance, sans que l’on ait de transition, le passé de Bond et sa relation avec Oberhauser sont laissés en surface, sans qu’un lien fort n’ai le temps de se créer avec les personnages. Plus dommage encore, les nouveaux personnages n’ont pas le temps d’affronter pleinement Bond : la fascinante Lucia Sciarra n’a que 15 minutes à l’écran, Hinx n’a pas le temps de faire preuve d’astuces face à Bond et de créer cette complicité si amusante qu’il y avait avec Requin ou Oddjob. Max Denbigh discute une fois avec Bond, mais c’est M qui va prendre le relais pour affronter ce personnage.

Bref, la mission classique laisse un peu le fan sur sa faim, et la nouveauté romantique peine à convaincre.

Est-ce à dire que SPECTRE a échoué à succéder à Skyfall ? pas forcément !

Casino Royale et Skyfall étaient des Bond sans défauts. Oh, on pouvait ne pas aimer les idées de Martin Campbell ou de Sam Mendes, trouver que la scène de poker était trop longue, le plan de Silva trop farfelu, mais lorsque l’on regardait le film, qu’on l’aime ou pas, on devait bien admettre que l’on était complètement dans un James Bond exigeant et maîtrisé, et que les réalisateurs, qui savaient ce qu’ils voulaient, sont allés jusqu’au bout de leur idée.

Je savoure toujours énormément Skyfall et Casino Royale, mais ils sont tellement bons, que je ne vois pas ce qu’il faudrait changer pour les rendre meilleurs, à moins de reprendre le film à zéro et partir avec de nouvelles idées.

SPECTRE-Film-Stills-01340

SPECTRE est un Bond qui chancelle et a du mal à trouver son équilibre dans son histoire et son rythme, mais en même temps, chacune des scènes est parfaitement filmée et exécutée, avec d’excellents acteurs. C’est juste la vue d’ensemble qui laisse à désirer.

Tenez, ça me rappelle un autre film : Quantum of Solace ! De bonnes idées avec le deuil de Bond, le complot économique en Bolivie, le retour d’une vilaine organisation… Bon, la grève des scénaristes est passée par là, et le film n’est pas convaincant sur la durée. Mais les scènes d’actions sont magistralement exécutées et m’ont totalement embarqué en tant que spectateur.

J’ai vu SPECTRE il y a une semaine. Et même si je suis bien forcé d’admettre qu’il n’est pas aussi bon que Skyfall ou Casino Royale, je sens que je vais l’aimer peut-être plus ! Je vais adorer la réalisation des scènes, je vais me demander ce qui aurait pu mieux marcher en changeant tel élément, ou en rajoutant telle scène avec ce personnage. Je vais décortiquer ce qui ne va pas et imaginer ce qui pourrait aller mieux. Bref, je vais aimer les défauts de SPECTRE encore plus que je n’aime les qualités de Skyfall !

Sauf la chanson de Sam Smith. Il ne faut pas exagérer.

Fanart par Ytterbium
Fanart par Ytterbium

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

2 Comments

  1. Très bon article.
    Spectre deviendra un bon film avec le temps, une fois que l’on aura tourné la page de l’excellent Skyfall.

  2. Effectivement, très bon article.
    Il s’agit pour moi aussi d’une critique a chaud juste après avoir découvert le film.
    Je n’ai pas beaucoup a ajouter, sinon que j’ai l’impression que les fans sont moins exigeants avec ce film qu’ils l’ont étaient avec QOS, je m’explique, Spectre n’est pas un Bond légendaire comme CS ou Skyfall, il boxe dans la même catégorie que QOS, pourtant dieu sait comme j’aime ce dernier, un film excellent qui a été matraqué et dénoncé comme un hors série dés sa sortie, alors que avec Spectre ça se passe super bien, autre chose, je comprend vraiment pas comment ce film a pu coûté la bagatelle de 250 million de dollars, avec ce budget je m’attendais a d’avantage d’action et de punch, Rogue Nation a coûté 100 millions de moins quand même !
    Dernière chose, reconduire Mendes a été une erreur d’après moi, alors oui, on change pas une équipe qui gagne, mais la différence avec Skyfall est monstrueuse (scénaristiquement parlant), il aurait été mieux de donner la chance a un nouveau et jeune réalisateur qui aurait pu donner a Spectre une vraie construction idéologique avec plus de nervosité,suspens et d’originalité, cette critique est valable aussi pour Newman.
    Donc, après la tactique : Bond devait poursuivre l’exploration de son enfance, j’ai juste envie de voir une vraie nouvelle histoire dans le prochain film qui j’espère ne tardera pas beaucoup.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Vivre et laisser mourir : la critique du manga

En pleine Bondmania, les fans japonais ont plus