Les « livres dont vous êtes le héros » James Bond

Les « livres dont vous êtes le héros » James Bond

- in Actualités, Les Livres
0

En 1985 sortaient 4 « livres dont vous êtes le héros » (Find Your Fate) James Bond aux éditions Ballantine Books dont les intrigues ont un lien avec le film Dangereusement vôtre. Seulement deux d’entre eux seront traduits en français.

Alors quel est le principe de ces livres-jeux ? Eh bien le lecteur parcourt des pages jusqu’à arriver à un moment où il devra faire un choix qui changera le cours le l’aventure (ou la terminera). Selon son choix, il lui serra indiqué à quelle page se rendre pour continuer l’aventure (exemple avec les photos ci-dessous).

Extrait de « Destination Danger ».

Win, Place, or Die

On commence par Win, Place, or Die écrit par R. L. Stine, un nom qui ne sera pas étranger aux jeunes de ma génération puisqu’il s’agit de l’auteur des histoires d’horreur pour la jeunesse Chair de poule. Basiquement ce livre est une sorte d’adaptation de la première partie de film (que l’ont aurait étendue, de sorte que l’ont devrait plus parler « d’inspiration » que de « d’adaptation » pour certaines parties).

Le livre commence donc par la séquence de « prégénérique » à ski dans la péninsule du Kamtchatka. L’idée est de retrouver (le corps de) 009 et d’échapper à ses poursuivants. Contrairement au film l’hélicoptère ennemi n’est pas la plus grande menace de la séquence, Bond pourra même monter dedans à un moment et y trouver Pola Ivanova à l’intérieur.

Si le joueur parvient à s’en sortir vivant et récupérer une puce électronique sur le corps de 009, il aura à l’issue d’un briefing avec M deux choix possibles : enquêter sur Zorin en se rendant à son usine de fabrication de puces ? Ou enquêter sur lui et ses activités hippiques à l’hippodrome ?

Le joueur qui choisira l’usine découvrira que Zorin a introduit ses puces dans des humains afin de les transformer en esclaves. Bond découvert et capturé, Zorin demandera au Dr Mortner de l’opérer pour lui greffer à lui aussi une puce ; le joueur pourra tenter de s’enfuir.

En revanche le joueur qui aura choisi d’enquêter sur les activités hippiques de Zorin aura plus de choix dans son aventure. Bond découvrira que le cheval Pegasus de Zorin gagne à cause d’une puce qu’on lui a implantée. Comme dans le film Zorin essaye de tuer Bond lors d’une séance d’équitation ; Bond pourra réussir à fuir en rattrapant une voiture (celle-ci n’est pas à Sir Godfrey Tibbett, personnage qui n’est pas présent dans ce livre, mais à May Day).

May Day qui se sent trahit par Zorin le trahira à son tour en vous aidant ; elle vous révèle le plan de ce dernier : durant une course où assisteront plusieurs dirigeants d’Europe et un Sheik du Moyen-Orient, Zorin compte créer une diversion avec Pegasus sur le circuit afin de distraire la sécurité des chefs d’État et alors envoyer son armée d’hommes de main « pucés » les kidnapper pour demander une rançon.

Le joueur se rendra à la course avec Kimberly Jones et aura alors deux grands choix : tenter de faire échouer la diversion en se déguisant en jockey et essayer de monter et maîtriser un Pegasus bourré de stéroïdes sur le circuit ? Ou alors se déguiser en un des membres de l’entourage du Sheik pour se rapprocher de Zorin dans les tribunes et essayer de l’affronter ou voler sa canne (dans laquelle se trouve l’activateur des puces) ? Si le joueur fait certains choix, une bagarre entre une centaine d’hommes « pucés » de Zorin et des renforts du service secret britannique peut éclater.

Durant cette aventure Q semble se surpasser en offrant au joueur une tonne de gadgets plus loufoques les uns les autres comme des skis avec des propulseurs ou encore une voiture qui se transforme en hélicoptère… On notera d’ailleurs que la blague du « c’est mon petit déjeuné » de Q était déjà là avant GoldenEye et que la description de Zorin hérite d’un vestige du temps où David Bowie était envisagé pour le rôle : il a un œil gris et l’autre est bleu. Le suspens de ce livre est plutôt bon.

Strike it Deadly

Celui-ci, écrit par Barbara & Scott Siegel, est davantage un simple adaptation de l’intrigue principale du film.

Celle-ci a été simplifiée/réduite pour le format (il n’y a par exemple pas de camions de pompier) et les éléments déjà traités dans Win, Place, or Die ne font pas à partie de l’histoire (il n’y a donc pas le prégénérique et toute la partie sur les chevaux), bien qu’il ne s’agisse pas d’une suite de Win, Place, or Die mais d’une nouvelle histoire. Toutefois il est a noter que de nouvelles scènes ont été ajoutées, dont notamment une qui utilise un des fameux tramways de San Francisco dans lequel May Day a posé une bombe et ligoté 007. (Ou encore quand Bond « chatouille » May Day lors d’un combat au corps à corps afin de se libérer de son emprise…).

Le cheminement du film ainsi qu’un tas de détails ont subi quelques modifications de sorte qu’un lecteur qui connaît pourtant le film par cœur ait encore de la surprise en lisant ce livre. Il y a aussi beaucoup de gadgets dans cette aventure (comme un mouchoir de Q qui se transforme en parachute dans la scène où il faut suivre May Day qui a sauté de la tour Eiffel). Il s’agit également du seul des quatre livres à faire figurer Stacey.

Quelques illustrations accompagnent également ces livres.
Quelques illustrations accompagnent également ces livres.

Destination Danger

Livre héros James Bond (1)

L’un des deux livres a avoir été traduit en français est Destination Danger (Programmed for Danger), écrit par Jean M. Favors. Dans celui-ci Bond se trouve dans le sud de la France ; il doit se rendre à la propriété de Max Zorin où l’industriel s’apprête à dévoiler au monde une nouvelle technologie, le « disque Z », capable d’alimenter en énergie électrique de grosses installations/villes.

Le livre commence avec Bond au volant d’une Porsche équipée par Q et suivit par une Ferrari. Selon les choix des joueurs, la Ferrari est soit conduite par l’agent du KGB Pola Ivanova ou soit un garde du corps nommé Plank.

Si le Bond parvient à arriver chez Zorin, il assistera à un début de démonstration au cours de laquelle un scientifique du nom de Hamm (qui est également un ancien camarade d’école de Bond) sera tué. Tout le monde est alors consigné dans sa chambre le temps de l’enquête et Bond devra trouver qui est l’assassin. Pola Ivanova ? May Day ? Quelqu’un d’autre ?

Si le joueur parvient à avancer, il découvrira que le « disque Z » n’est pas ce qu’il est censé être mais qu’il s’agit en fait d’une sorte de dispositif qui peut créer de grosses explosions à distance et que Zorin compte s’en servir pour prendre en otage le monde (si on ne fait ce qu’il dit, il s’en servira). Il devra alors empêcher les plans de Zorin et éviter que Pola Ivanova ne mettre la main dessus.

Chasse au barracuda

Livre héros James Bond (3)

Chasse au barracuda (Barracuda Run) est le second livre a avoir été traduit en français, il a été écrit par Steven Otfinoski. De quoi celui-ci parle-t-il ? Après avoir échappé à un requin durant une session plongée pendant vos vacances à Tahiti (enfin si vous avez réussi à lui échapper), M vous donne pour mission d’aller en Grèce pour enquêter sur Hans Glaub qui pourrait vouloir mettre la main sur le nouveau sous-marin de l’Alliance européenne : le « Barracuda ».

Kimberly Jones vous attend sur place pour vous accompagner. Les joueurs peuvent soit choisir d’enquêter du côté du yacht de Glaub, le Ceasar, ou soit du côté de sa villa.

S’ils choisissent le yacht, Bond découvrira qu’une partie de l’équipage est en fait constitué de robots et que Glaub a créé des copies « surhommes » des membres de l’Alliance européenne qui doivent piloter le sous-marin. 007 peut se faire passer pour une de ces copies.

Du côté de la villa, Bond et Kimberly verront Glaub se diriger vers sa base qui se trouve dans un volcan. S’ils sont capturés, Glaub essayera de transformer 007 en homme-tigre (sic!) à l’image de ses autres expériences qui peuplent sa base (l’homme-ours, l’homme-crocodile, etc…). Bien sûr Bond aura moyen de s’échapper avant que l’expérience ne soit menée à son terme et prévenir M pour confirmer ses soupçons sur Glaub…

Comme pour Destination Danger nous n’avons pas lu la version originale du livre, seulement la version française, donc nous ne savons pas s’il existe d’éventuelles différences importantes entre les deux versions.

Conclusion

Au final les deux aventures qui s’inspirent/adaptent le scénario du film sont plutôt bonne comparé aux histoires originales qui ne se prennent pas assez au sérieux. C’est d’ailleurs malheureux que ce soient les meilleures qui n’aient pas été traduites, elles sont assez agréables à parcourir.

bond0045

Un des côtés ennuyeux de ces livres est que Bond se repose très (très) souvent sur ses gadgets pour se sortir de situations (et ceux-ci s’avèrent être bien souvent trop loufoques, voir irréaliste). Certains choix pour le joueur sont à faire aussi au petit bonheur la chance (ex : au bout du couloir vous devez décidé de soit tourner à droite ou soit à gauche pour semer vos poursuivants), vous allez donc vers l’inconnu sans avoir moyen de deviner ce qu’il vous attend. Ce qui certes n’est pas si mal en soit (parce que c’est encore relativement bien dosé). On appréciera beaucoup les messages de morts et d’échecs qui sont souvent très drôles, bien que parfois surprenant (et un peu rageant, exemple : surprise le gadget que vous a fourni Q s’avère ne pas marcher, vous êtes mort).

Toutefois je serais plus critique avec certaines inconsistances de certains choix, exemple : à un moment il y a Zorin qui tient un laser, vous pouvez a) essayer de lui prendre son laser pour le retourner contre lui (mais vous mourrez sous prétexte que ce laser n’était pas branché) ou b) essayer de fuir (mais là Zorin vous canardera avec son laser). Lui ne semble donc pas avoir de problème d’alimentation électrique avec le laser tandis quand c’est moi dans le premier choix ce n’est pas branché ; ce n’est pas juste.

On est également clairement sur le Bond de Roger Moore au niveau de l’humour. Souvent les calembours (qui sont nombreux) prennent, mais parfois non.

Mais bon ce sont surtout ces deux aventures avec une histoire originale qui déçoivent car elles donnent vraiment l’impression que l’on aurait pu faire beaucoup mieux avec le concept…

Si vous aimez ce dossier, on vous invite aussi à jeter un œil à « Quand James Bond se jouait en jeux de rôle ».

About the author

Clément Feutry
Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Quand Bond se jouait en RPG #1 : Présentation et origines

Il fut un temps où les produits dérivés