[Critique] Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.

Agents très spéciaux : Code B.O.R.I.N.G.

[notification type=”notification_info” ]Avant de rentrer vraiment dans le vif du sujet, je précise que je ne reviendrai pas sur la série télévisée avec Robert Vaughn (Napoléon Solo) et David McCallum (Illya Kuryakin). Pour la simple et excellente raison que je n’ai pas vu assez d’épisodes que pour établir une comparaison convenable entre les deux oeuvres.[/notification]

Ceci étant dit, attendu de pieds fermes par l’immense fan de Guy Ritchie que je suis, j’y allais en ayant la certitude de passer une bonne soirée et d’avoir droit à un festival alliant efficacité et répliques bien senties. Mais qu’en est-il vraiment ?

Publicité mensongère !

Là où Mission Impossible : Rogue Nation nous offrait un divertissement dépassant nos attentes, Agents très spéciaux prouve qu’une mauvaise promotion peut complètement ruiner l’expérience du spectateur.

Enjoué à l’idée de découvrir un simili Bond (incarné par un acteur ayant manqué de peu le rôle de 007), réalisé par mon réalisateur fétiche, avec une intrigue se passant dans les années 60 et un ton qui s’annonçait comme étant fun et décalé, je suis sorti de la séance en ayant la désagréable impression de m’être fait avoir. Non seulement c’est très long, mais il s’avère que la quasi-totalité des répliques amusantes du film se retrouvent dans les trailers et spots promotionnels.

Henri Cavill se révèle être très doué en matière de cabotinage, mais ça ne suffit pas à sauver le film d’un sérieux problème de rythme.

DSC_6030.DNG

Dés l’introduction, on sent que quelque chose ne va pas. L’intrigue se dévoile au travers de dialogues interminables, ponctués par quelques scènes d’action trop courtes et ridiculement illisibles. Après la première demi-heure, vous commencerez à vous demander où est passé le Guy Ritchie de Snatch ou Sherlock Holmes qui nous happait dés les premières minutes du film pour nous laisser pantelants à l’apparition du générique de fin. Le film ne décolle jamais vraiment oscillant entre passages sérieux et scènes où les personnages cherchent à nous faire rire au travers des dialogues ou de quelques comiques de situations pas franchement convaincant. L’intrigue convenue n’offre aucune surprise et le méchant, cliché à souhait, est campé par une actrice jouant terriblement mal (un jeu aggravé par la terrible VF). On est très loin de la bonne surprise que fut Kingsman et de la claque Rogue Nation !

08110528-photo-agents-tres-speciaux-code-u-n-c-l-e

Complètement mauvais ?

NON. Le film ne doit sa médiocrité (à mes yeux) qu’à une promotion ayant trop lourdement insisté sur le côté fun et décalé. Quand on parvient à passer outre cette déconvenue, le film s’avère être une sorte de film d’espionnage à l’ancienne où l’intrigue est entrecoupée de moments “comiques” et de scènes d’action “intenses”. Quelques allusions bien senties à James Bond sont à prévoir, notamment lors de la prise de contact entre Solo et Kuryakin. D’ailleurs, quelques passages avec Henri Cavill laisseront rêveur le fan bondien. Côté casting principal, le trio d’acteurs fait du bon boulot et le tandem Cavill-Hammer fonctionne plutôt bien. Côté réalisation, on regrettera de ne pas vraiment retrouver une mise en scène aussi efficace que celle des précédents films de Guy Ritchie et d’avoir droit à des scènes d’action illisibles (alors que le bonhomme nous a offert des séquences mémorables dans ses deux Sherlock Holmes).

Ceci dit, le montage contribue grandement à l’aspect 60’s du film et nous offre du split screen (écran partagé) à foison ainsi qu’une bande originale supportant à merveille l’image. J’ajouterai que j’ai eu un petit coup de coeur pour la chanson du film “You work for me” !

Malgré tout, on s’estimera heureux que Tom Cruise se soit retiré du projet pour laisser la place à Henri Cavill. Après tout, il nous aura offert un agent secret décomplexé que beaucoup attendaient après la noirceur Nolanienne des récentes aventures de 007 !

Gregory Bertrand

Gregory Bertrand

Rédacteur en chef de Commander007.net. Réalisateur de court-métrage et montages en tout genre à ses heures perdues. Il a découvert 007 sous les traits de Timothy Dalton il y a maintenant une dizaine d'années et n'a jamais cessé d'accroître sa collection bondienne depuis. Sa quête ultime s'est récemment achevée avec la découverte du Teaser préventif de "Tuer n'est pas jouer" !

Une pensée sur “[Critique] Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.

  • 21 septembre 2015 à 11 h 36 min
    Permalink

    Je dois dire que je suis globalement d’accord avec toi. Ce film est une énorme déception. Je me suis ennuyé ferme pendant 2h.
    Guy Ritchie surfe sur la mode du film d’espionnage décomplexé avec l’humour et le décallé qui va avec (ca doit etre le quatrieme film de ce genre en 2015) mais ca ne marche pas du tout.
    Le bon point du film et que j’en sors entièrement rassuré de constater que Cavill n’ait pas remplacé Brosnan en 2005.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.