James Bond & les posters censurés

censure

Sin City Eva Green posterLa belle Eva Green, l’ancienne James Bond Girl a été récemment au centre d’une petite question de censure : un poster pour le prochain film où elle joue, Sin City, générait les autorités américaines de la Motion Picture Association of America (MPAA). Au centre du problème, pas un soucis sur les masses de sang, les armes ou les poses sexy adoptées dans les autres affiches, mais un bout de sein qui apparait sous l’habit transparent de la belle, comme le rapport le site Arrêt sur images.

Du coté de James Bond, il arrive aussi régulièrement que les posters annonçant les aventures de 007 posent problème aux différents pays qui leur font de la publicité. Enquêtons sur ces petites censures des affiches des films. Article réalisé grâce aux trouvailles de mon livre de chevet “James Bond Movie posters“, l’excellent blog Illustrated 007 de Peter Lorenz et du petit dossier de The Cat’s Corner.

Les posters “trop habillés”

Depuis le début, les pays en charge de la publicité ont la gentillesse de “rhabiller” certaines Bond Girls trop légèrement vêtues. Cela va de la taille du bikini jusqu’à l’habillage complet des corps, à l’exemple de ce poster irlandais de Dr. No en 1962 :

Dans Opération Tonnerre, cela va des modifications les plus flagrantes, à de simples élargissements des maillots de bain.

Les italiens s’avèrent souvent les plus coincés par la nudité et ont vite fait de rhabiller les Bond Girls, ou même les blanchir dans le cas de Bond Girls noires comme ici avec Rosie Carver dans Vivre et Laisser Mourir. Le Pakistan préfère l’habiller complètement.

Des choses que l’on ne montrent pas !

Les américains ne sont pas en reste : s’ils tolèrent assez bien la nudité, la superficie de postérieures que l’on peut montrer a ses limites : la Bond Girl du poster de Rien que pour vos Yeux l’aura appris à ses dépends, revêtue d’une solide paire de short !

18

Parfois, les changements sont plus subtiles, mais ne passent pas inaperçus quand il s’agit des sous-entendus : dans les Diamants sont éternels, la position de la main de la Bond Girl de droite met un peu trop en valeur les parties vitales de Sean Connery. Aussi les affiches ont elles été retouchées pour avoir la main un peu plus bas en Italie, ou un peu plus haute en Espagne.

On ne montre pas du pistolet !

Plus proche de nous, nous avons le poster de Goldeneye : un premier poster montrait juste le bout d’un pistolet pointé vers le spectateur. L’affiche suivante et emblématique (qu’on retrouvera pour illustrer le jeu vidéo Goldeneye sur Nintendo 64) montrait aussi un Bond sombre pointant son arme au spectateur.

Or, ce n’est pas quelque chose qui se fait sur les affiches, et les MPAA ne tolère pas qu’on menace le spectateur, fusse depuis une affiche. Regardez dans vos cinémas, les personnages des affiches vont rarement vous menacer directement, peu importe le degré de violence ou de nudité de l’affiche. Sur le poster international qui suivra le Bond de Pierce Brosnan, qui semblait beaucoup plus violent sur les autres affiches, adoptera donc la pose bondienne classique, devenant ainsi davantage un homme à femme qu’un tueur.

Il y a bien sûr d’autres affiches modifiées, et d’autres phénomènes de censure dans les James Bond, notamment dans le montage des films retenus : le dernier en date étant les coupures effectuées en Chine où l’on voit un garde chinois se faire exécuter par Patrice et quelque plans après son cadavre, ou le travail sous les sous-titres (qui efface le passé dans les maisons closes de Séverine). Mais ça, ce sera l’objet d’un autre article ! En attendant, je vous invite à vous plonger dans le blog Illustrated 007 de Peter Lorenz pour un voyage plus complet dans les affiches !

Et pour revenir à Eva Green, en réponse à l’interdiction de parution, l’actrice a déclaré à Vanity Fair :

“Je ne suis même pas nue sur le poster. Je trouve ça bizarre. on dirait que ce n’est qu’une question de publicité : beaucoup de bruit pour rien. Il y a tellement de choses plus violentes dans le business du cinéma, et ça c’est plutôt faible. Je ne suis pas nue. C’est suggéré ! Je trouve ça terriblement sexy en fait, et même beau. Mais si ça choque des gens, je ne sais pas ce que je peux y faire. Je ne veux pas être vue juste comme une femme fatale ou être catégorisée comme nunuche. J’espère que les gens auront assez d’imagination.”

Code Hayes
Pour terminer, une affiche secrète qui circulait à l’époque du Code Hayes, le code de la censure américaine à Hollywood, qui reprend tous les éléments interdits par le code en une seule photo

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.