La critique audio de ‘Solo’

James Bond est de retour en France ! En tout cas, il occupe une belle place dans tous les magazines et les émissions de radio depuis la sortie française de ‘Solo‘, le nouveau roman de James Bond par William Boyd, aux éditions du Seuil.

solofio

On vous promet une revue de presse pour très bientôt, mais on vous propose en guise d’ouverture cette excellente chronique radio par Christophe Ono-dit-biot sur France Info, dans l’émission Le zoom culture. C’est le directeur adjoint de la rédaction du Point. Tout nous y est expliqué, depuis le contexte des romans de James Bond et la vie de Ian Fleming, à ce qu’il faut retenir de Solo, et les bonnes idées de William Boyd, tout cela avec l’excellente narration du chroniqueur.

À vos oreillettes (durée : 5:00)

 (cliquez ici si vous n’arrivez pas à voir le lecteur)

Voici un extrait de sa chronique, mais n’hésitez surtout pas à écouter l’émission qui est bien plus complète et intéressante.

Solo, de William Boyd, au Seuil est l’un des livres les plus attendus de l’année puisqu’il s’agit de la suite des aventures de James Bond. Alors attention, pas celles du film avec Daniel Craig, extrêmement attendue aussi, mais la suite des romans créés par Ian Fleming en 1953 avec Casino Royale.

Ian Fleming fut un véritable espion, au sein des services de renseignement de la Marine britannique pour laquelle il mena des opérations d’espionnage pendant la guerre. Une expérience dont il se servit pour bâtir ce personnage d’espion dont il publiera une aventure chaque année avec un succès énorme.

William Boyd est l’auteur d‘Un anglais sous les tropiques. Avec lui, la suite de James Bond a pris des proportions assez énormes en Angleterre puisque les sept premiers livres ont été confiés dans des mallettes spéciales depuis un palace londonien à des hôtesses de l’air qui les ont acheminées en Jensen Interceptor, la voiture que Bond conduit dans ce nouveau roman, vers l’aéroport d’Heathrow où chacun des exemplaires a rejoint, en avion, une grande capitale, de Sidney à Cape Town.

Cette folie littéraire anglaise autour des espions, William Boyd l’explique ainsi : “Les Anglais excellent dans trois domaines : les tailleurs de bonne coupe, les dictionnaires et la trahison. Peut-être parce que nous réfrénons en permanence des émotions complexes, cela nous rend sensibles aux jeux du masque, de l’identité, de la duplicité.” Les espions, et parmi eux, au dessus d’eux, James Bond, évidemment, nous disent tout de la psyché britannique.

Ce Bond Boydien est très Bond, et très bon. Il respecte le kit bondien, c’était même l’une des conditions des héritiers de Ian Fleming : liberté d’invention, mais respect de la tradition. Mais la nouveauté, c’est que William Boyd a ajouté à James Bond ses obsessions à lui et notamment l’Afrique. Boyd est né au Ghana, a été adolescent au Nigéria, et a remarqué que James Bond n’avais jamais connu d’aventures se déroulant pleinement en Afrique. Il a donc décidé de parachuter 007 en Afrique, seul et sans smoking, dans une jungle hostile. On est en 1969, Bond prend du bon temps à Londres avec une actrice de série B et va se faire envoyer au Zanzarim, un petit pays d’Afrique occidentale en pleine guerre civile qui rappelle un peu le Biafra, avec en fond géopolitique une pluie d’intérêts pétroliers et de trafic de drogue. C’est au Zanzarim qu’une honorable correspondante, la très sexy Grace, va l’accompagner au cœur des ténèbres.

Une assez belle réflexion sur l’âge qui vient. Au début du livre, on découvre un Bond âgé de 45 ans, déjà plein d’expérience, et qui fait un cauchemar en forme de flash back terrifiant puisqu’il se retrouve à 19 ans, en pleine deuxième guerre mondiale, en plein débarquement de Normandie, en fait, tutoyant la mort. Quand il se réveille, après le cauchemar, il est dans une époque totalement différente, en plein Swinging London, avec mini-jupes et pantalons flashy. D’où un Bond assez décalé, assez troublé, assez tenté par la mélancolie.

solofio3
Source : France Info, L’émission “Le zoom culture”

[FA_Lite id=”5466″]

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.