Quand ‘Fleming’ perd le contrôle…

vlcsnap-2014-02-13-21h38m48s37

Sur Commander James Bond France, nous vous avons déjà proposé plusieurs chroniques sans spoiler sur les deux premiers épisodes de la série ‘Fleming‘. Le quatrième épisode est paru sur BBC America mercredi dernier, et nous vous proposons une dernière chronique. Sans révéler les moments de l’intrigue, Ytterbium revient sur comment la série boucle la boucle, ou plutôt se met à tourner en rond.

Fleming était prometteuse. Elle s’ouvrait sur la retraite dorée de Fleming, celle qui a vu la naissance de Bond, dans une scène remplie de l’imaginaire chatoyant des films de James Bond, et du cynisme tout British de l’écrivain et de l’excitation du danger. On se lançait alors dans un flashback qui nous promettait que “tout ce [qu’]écrit [Fleming] a un précédent dans la vérité“.

Les deux premiers épisodes nous plongeaient alors dans les jeunes années du Commander Fleming, alors qu’il intègre le service de contre-espionnage de la marine, et que son destin croise à plusieurs reprises celui de la femme qu’il épousera après moult aventures.

C’était prometteur : la vie de Fleming était très fantasmée, mais elle suivait gentiment les grandes lignes de sa vie. Les moments enjolivés étaient compensés par le cynisme de la société d’avant-guerre et les échecs du frondeur Ian. En même temps, la personnalité du futur écrivain se découvrait au contact d’Ann O’ Neill, et on trouvait ici et là, l’atmosphère brutale et élégante des romans de James Bond.

vlcsnap-2014-02-24-23h36m50s224

Hélas, tout ça pour quoi ? Alors que les deux premiers épisodes arrivaient à bien tourmenter le jeune Fleming au cœur d’une guerre sans merci, les épisodes 3 et 4 n’arrivent pas à aller plus loin que ces idées des bases. On voit donc Fleming persévérer dans son immaturité, malgré ses moments de génie, On le voit continuer à vouloir s’immerger dans l’action tout en tournant sans but autour d’Ann. Tout d’un coup, la guerre s’arrête, et la série se termine.

On s’attendait à ce que ‘Fleming’ nous amènent dans les 007 années qui ont suivi la guerre, avant l’écriture de Casino Royale, pour nous expliquer comment l’ennui, l’après-guerre et son installation dans le mariage l’amènerait à coucher James Bond sur la papier. C’est peine perdue. Alors qu’une certaine fidélité à la biographie de Fleming était encore de mise, le 4e épisode s’emporte dans la fiction, propose des scènes totalement hallucinantes où l’on n’est ni dans du Fleming, ni dans du James Bond, mais dans le film d’un héros gentiment romanesque n’osant avouer son amour à une femme.

vlcsnap-2014-02-24-23h38m41s22

De l’action sans sursauts et une banale histoire d’amour. Qu’en aurait dit Fleming lui même ? Alors que la série arrivait jusque là de manière originale à frôler le fantasme de l’aventure, et passer à la tangente de l’univers James Bond, voila que la série se conclue dans une débauche de fausses actions, de gadgets, de panache mal venu et de sentiments à l’eau de rose.

Alors que la série nous promettait de nous plonger dans l’inspiration du monde de 007, on se retrouve dans un cruel manque d’inspiration, où la genèse de James Bond se résume à quelques intrigues d’espionnage de la deuxième guerre mondiale. Adieu monde de Fleming ! Adieu la société où il a vécu ! Adieu les relations si complexes qu’il avait avec Ann ! Adieu toutes les rencontres qui ont fait de lui un écrivain.

Au fait, saviez vous que Fleming a été longtemps journaliste avant de se mettre à l’écriture de roman ? La série semble l’ignorer, ce qui la fout mal pour un téléfilm qui se veut biographique et fidèle. Que c’est-il passé dans l’esprit des créateurs de la série pour saboter leur série en plein vol après avoir établi de bonnes bases ? La peur de ne pas séduire le public avec la vérité ? Le manque d’ambition ? On reste tout de même avec des acteurs qui font de leur mieux pour donner du cœur au téléfilm, quelques très belles scènes et à une réalisation très jolie à regarder.

Ian Fleming nous montre une nouvelle fois que derrière son apparente simplicité, tout son univers est plus complexe : n’est pas James Bond qui veut !

Fleming-Ian-Fleming-16x9-1

Retrouver les autres articles consacrés à la série, et venez en discuter sur le forum !

[FA_Lite id=”6941″]

Ytterbium

Ytterbium

Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.