Ghost Writer and Shades of Bond

Quel plaisir de revoir enfin Pierce Brosnan dans un bon film, et avec un rôle à sa mesure depuis qu’il a raccroché son smoking en 2002 !

Ce n’est pas qu’il n’a pas tourné depuis, mais disons les choses honnêtement : Brosnan n’est pas un bon acteur. Ou plutôt, il n’est bon que dans un registre : celui du gars qui a la classe et qui le sait. Peu de comédiens égalent Pierce quand il faut être décontracté, avoir une attitude so british (même si ses personnages sont parfois américains et que Pierce est d’origine irlandaise). Le ton tout à fait à l’aise avec lequel il échange des répliques mordantes fait de lui un personnage charismatique. Ses accès de colère ne sont bons que quand l’acteur assume son coté excessif et sa façon de surjouer. Brosnan n’est bon que dans la démesure et dans l’excès, et c’est ça qui le rend si attachant dans son rôle de James Bond, et les autres.

Aussi, le smoking lui a collé à la peau, ou plutôt l’a condamné à ce type de rôle sans qu’il arrive à s’assumer et être consacré par la critique dans un autre style ou un autre registre. C’est pourquoi Brosnan a la cote dans les films de gentlemen-escrocs de type Thomas Crown ou d’Andrew Osnard dans le Tailleur de Panama (voir aussi Coup d’Éclat). Cela explique aussi qu’on le réquisitionne pour les comédies nécessitant un beau gosse bien conservé dans les comédies romantiques américaines naturellement exubérantes (Mamma Mia, Married Life, Une affaire de coeur).

A contrario, cela le disqualifie d’office pour tous les rôles nécessitant un peu de sensibilité, de profondeur et de sobriété pour des drames familiaux ou pour des thrillers nécessitant des rôles ambigus. Cela nous donne des films résolument mauvais du type Seraphim Falls ou le Chantage. Même pas rasé, l’acteur irlandais n’est pas crédible et trop raffiné. On le retrouve aussi dans des comédies molles, dégoulinantes de bons sentiments difficilement portés par Brosnan (telle que Evelyn ou le prochain désastre à l’horizon qu’est Remember me).

Brosnan a donc son style à lui qu’il tente de prolonger malgré son âge vieillissant, passant des jeunes premiers aux pères de famille, en se coltinant cette décontraction dont il ne peut se passer sous peine de perdre toute crédibilité. Si Sean Connery a réussi à changer de voie pour les rôles de vieux héros bourrus, l’acteur irlandais n’a pas réussi la transition, même s’il a tourné son charisme en dérision dans des films comme le Tailleur de Panama ou le Matador.

Donc soit ! Brosnan ne se renouvèle pas beaucoup, mais assure dans son style. Le problème c’est que si son jeu s’adapte bien à certaines intrigues, auxquelles il apporte son lot de répliques biens placées, il se retrouve aussi au sein de films désespérants comme Mamma Mia ou Percy Jackson (pour se faire de la publicité, Pierce en est réduit à raconter la couleur des collants portés pour assurés les effets spéciaux).

C’est pour cela que le film de Polanski, dans l’utilisation de l’acteur est une vraie réussite !!!

Parlons du film tout d’abord ! Ça va faire longtemps qu’on ne réussit plus de thrillers policier vraiment haletants, biens filmés, avec une mise en scène géniale, un scénario en béton, et une bande son accompagnant l’intrigue d’une façon plus qu’efficace. The Ghost Writer est de ce point de vue une vraie réussite ! Un divertissement policier qui ne tire pas de ficelles trop grosses, loin des clichés, vraiment classe dans son rythme, oppressant dans son atmosphère.

Mais le choix de Brosnan par Polanski pour incarner l’ex-premier ministre britannique Adam Lang est tout à fait judicieux. Pour un acteur qui surjoue, quel meilleur rôle que celui d’un politicien vieillissant, habitué à l’emphase, facilement mis en colère, et surtout, indéniablement british ! Que ce soit dans le charisme ou la diction, Brosnan est comme un poisson dans l’eau, et parfois un tigre en cage dans ses accès de colère. C’est tout à fait ce qu’il fallait face à un Ewan Mc Gregor d’une sobriété impeccable et un environnement d’acteurs britanniques jusqu’au bout des ongles.

Mais le passé de Brosnan dans la peau de 007 n’est pas anodin pour conforter ce personnage. Vous trouverez peut-être cela tiré par les cheveux, mais l’ancien James Bond que chacun voit dans Pierce Brosnan conforte et crédibilise ce rôle.

Le film nous présente un ex-premier ministre, personnage fictif dont on ne connait pas la biographie, mais qui nous est pourtant familier. Charismatique, décontracté, au fait de sa puissance il y a quelques années, combattant effréné du bien, sa présentation nous rappelle une sorte de James Bond public, mais qui ici serait rattrapé par le monde des secrets et de l’espionnage. Ici, le personnage de Brosnan, à l’aise dans son rôle, est mis face à un univers où il est décidément vieillissant (le personnage montre sans problème une bedaine naissante, et des cheveux grisonnants). Son passé qui le rattrape, accuse son comportement au bon temps où l’on pouvait tout se permettre.

Bref, dans notre imaginaire et nos références collectives, il y a une silhouette qui fait écho, le passé d’une image grandiose, une époque de classe et de simplicité typiquement bondienne, et qui nous permet à nous, qui n’avons pas assisté au mandat d’Adam Lang, d’imaginer le type de politique qu’il a pu être.

Ce n’est peut-être que ma vue biaisée de fan, mais on ne m’enlèvera pas de l’idée que chacun aura pensé à un moment ou à un autre à la James Bond Attitude de la période Brosnan, dans ce film aux personnages fantastiques.

En attendant, il serait bien dommage de se priver de cet excellent film, où l’on retrouve enfin un Pierce Brosnan vieillissant, mais parfait dans un rôle sur mesure où il excelle (et rend l’intrigue d’autant plus intéressante) ! Profitons en ! Le prochain film où Brosnan sera vraiment à la hauteur risque de ne pas se reproduire tout de suite.

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Une pensée sur “Ghost Writer and Shades of Bond

  • 5 mars 2010 à 12 h 42 min
    Permalink

    Une interview de Pierce Brosnan conforte ce que je dis dans cet article. Dans un entretien complètement superficiel de Métro (de la part de ce quotidien, on ne pouvait pas s’attendre à grand chose d’autre), Brosnan est interrogé sur son rôle et pourquoi Roman Polanski l’a sélectionné. Il répond qu’il n’en sait trop rien. Il dit avoir demandé à Polanski s’il devait imité Tony Blair pour le rôle de premier ministre, ce à quoi le réalisateur lui a crié que non. Il explique ensuite qu’avec du recul, la façon dont il interprète Adam Lang n’est pas éloignée de la façon dont il joue Bond.

    http://www.metrofrance.com/culture/pierce-brosnan-polanski-est-un-survivant/pjcb!pTJ492odpx0FBbCDkEq9w/

    Répondre
  • 5 mars 2010 à 23 h 54 min
    Permalink

    Je suis désolé ytterbium mais je te trouve excessivement dur avec PB ,seraphim fall est un bijou salué au USA et passé par la petite porte en France,il a aussi été nommé au Golden Globes pour the Matador,son interprétation dans The tailor of panama à aussi été salué.Tu es probablement passé aussi à coté du quatrieme protocol qui est un excellent film ou il campe le role d’un tueurs froids et violent.
    Par ailleurs sa prestation dans le chantage n’est pas mauvaise puisqu’il fut le seul acteur du casting à ne pas être critiqué.
    De plus PB a joué dans Percy Jackson uniquement pour faire plaisir à ses enfants(et pas par envie ),il n’utilise pas non plus la petite blague du collant pour se faire de la pub.
    Ce que je regrette légèrement c’est que tu utilise le présent de vérité général alors que c’est ton opinion .Tu critiques un acteur qui à fait ses preuves et qui est vraiment reconnu dans sa profession .

    J’espère, néanmoins ,que tu n’auras pas mal pris ma remarque.
    Amicalement 009

    Répondre
  • 6 mars 2010 à 13 h 56 min
    Permalink

    Je ne le prend pas mal du tout. C’est vrai que quand je suis emphatique, j’oublie de dire que c’est mon opinion, et que ce que je raconte est parfois relatif.

    En ce qui me concerne, je n’ai pas du tout aimé Seraphims Falls (style que je trouve raté malgré les acteurs qui font de leur mieux sans que leur personnages soient vraiment réussis) et le Chantage. En revanche, j’aime beaucoup le tailleur de Panama et le matador me plait assez.

    J’essaierai de voir le quatrième protocole dont je n’avais pas entendu parler. Je ne remets pas en cause les réelles qualités de Pierce Brosnan, mais plutôt la limite de ses rôles et des (nombreux) films peu réussis ou mièvres auxquels il a participé, alors que je pense qu’il mériterait mieux (certains de ses films sont vraiment réussis, et j’aime beaucoup le style Brosnan).

    Ensuite, je reste dubitatif sur percy jackson. Pierce Brosnan joue à fond la carte des interviews biens conformes, avec le sens de la famille et tout ça. Je pense que le cachet du film a du être tout aussi attirant que la volonté de faire plaisir au fiston.

    Merci pour ton commentaire en tout cas ! Tu as vu The Ghost Writer ?

    Répondre
  • 6 mars 2010 à 14 h 19 min
    Permalink

    Non je ne l’ai pas vu ,c’est en prévision,je suis content que tu ne le prenne pas mal ,concernant Percy Jackson ,je pense que c’est un navet et j’ai trouvé dommage qu’il soit dedans.
    Je trouve cela dit plus de qualités à PB que à Roger Moore .

    Amicalement 009arts

    PS: il y a du nouveau sur mon blog 😉

    Répondre
  • 7 mars 2010 à 0 h 41 min
    Permalink

    Pas d’accord du tout avec ce soit-disant côté ‘ Jamesbondien vieillissant ‘ du perso interprêté par Brosnan dans GhostWriter …Ce n’est pas parce qu’il a interpreté 007 à reprses qu’il faut maintenant voir automatiquement des traces et autres soupçons d’agent du MI6 PARTOUT où il joue ( parce que , pour le coup , la pseudo-crédibilité de son perso dans ‘ Mama Mia ‘ en prendrait déja un sacré coup …)
    C’est un raccourçi trop facile qu’on a bien entendu collé en leur temps à Sean Connery ( ” ah , ben dites donc et si son perso dans The Rock n’était autre qu’un vieux James Bond ? ” ) ou à Roger Moore ( dans ses quelques honorables tentatives de s’éloigner du perso envahissant de Ian Fleming )…

    Non , il ne suffit pas qu’un acteur ayant interpreté James Bond se retrouve dans la peau d’un fonctionnaire au service de Sa Majesté – aussi haut plaçé soit-il – pour qu’automatiquement on doive encore et tjrs l’associer à 007 …Pierce Brosnan mérite mieux que ces critiques réductrices ( perso , j’adore ” Coup d’Eclat ” parce que ce n’est ni plus ni moins qu’un remake tropical à grands moyens de…” Opération Vol ” …)

    Répondre
  • 14 mars 2010 à 14 h 30 min
    Permalink

    Je suis aller voir The Ghost Writer vendredi soir, j’ai trouvé ce film excellent avec Roman Palanski dans son élément est un casting impressionnant notamment Erwan Mc Gregor et Pierce Brosnan. Mais j’attendais surtout un vrai rôle pour Pierce Brosnan, je l’ai vraiment trouvé extraordinaire dans ce film, le personnage de premier ministre lui colle à la peau et j’espère qu’il continuera à obtenir des grands rôles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.