Commander James Bond France

Q.O.S. Réaction à chaud

Première vision de Quantum of Solace, et première critique négative de ma part

Je viens de le voir le film, et j’écris sous le coup de l’impulsion. J’explique sûrement mal mon avis, et j’ai encore besoin de faire le point sur le film que j’ai vu, et d’essayer de comprendre comment il s’organise. Voici donc une première critique à chaud et pas organisée. D’autres articles suivront, sans doute plus construits. Si vous n’avez pas vu le film, ne lisez pas cette critique pleine de spoilers.

Qu'est-ce que c'est que cette critique

Je ne pensais pas que je mettrai un jour une mauvaise note à un James Bond, et pourtant c’est le cas. Je n’aime pas me dire que je suis un vieux conservateur. J’étais d’ailleurs en première ligne pour défendre Casino Royale. Mais là NON NON NON. Ce film n’est pas un James Bond !
C’est un O.B.N.I. : Objet Bondien Non Identifiable
Quantum of Solace n’est pas un film de James Bond. C’est une parenthèse entre Casino Royale où Bond nait et devient Bond, et Bond 23 ou 007 est adulte et mature.
QOS, c’est la crise de puberté d’un Bond qui ne ressemble à rien. On ne sait pas trop ce qu’il cherche, il s’y prend avec sa mission n’importe comment, il n’a presque aucun humour et aucune décontraction. Marc Forster a décidé de faire un film où Bond purgerait ses passions. En tant que film, il tient très bien la route et est même de bon niveau, en tant que James Bond, ça ressemble à rien.

L’intrigue est décousue, la mission se barre en live sans qu’on sache trop où l’on va. Bond se promène dans le monde mais aucun suspense, menace ou enjeu imminent. Bond court, tape, saute. Mais ça ne ressemble à rien de bondien.
 La musique du film marque une grande chute dans les BO de la saga. La chanson du générique et inodore et sans saveur (je ne me souviens même plus de l’air). Le prégénérique est bâclé, les personnages ne sont jamais fixés sur ce qu’ils font, pas de réel fil conducteur, pas d’affrontements cérébraux comme on avait eu le droit dans C.R., une façon de filmer et des scènes d’actions trop faiblement bondiennes et copiant tout sur Jason Bourne. Les James Bond girls ne ressemblent pas à grand chose.

Grosse déception donc
de ne pas trouver Bond mais un agent complètement paumé dans une intrigue dont on ne voit pas la logique. 007 est au point question castagne mais renferme ses sentiments en lui même, sans qu’on sache vraiment ce qu’il cherche à obtenir. Sa délivrance survient à la fin, et on n’a qu’un aperçu très minime de l’intérieur du Bond de QOS.

Il y a quand même des bons points : le parallélisme des scènes d’actions qui est bien trouvé, certains beaux plans de caméra, des décors sublimes instaurant un univers bizarre. Surtout, un méchant à la pointe de la folie, et dont le bref aperçu de son organisation est un régal (et son plan intéressant est original). Dommage seulement qu’il n’ait pas pu à un moment montrer l’étendue de sa puissance. Le personnage est extra, mais sa puissance d’action et de machiavélisme reste restreinte. Je tiens à dire que le jeu des acteurs est impeccable, surtout Daniel Craig qui a très bien assimilé le personnage. C’est au niveau du scénario et de la réalisation que ça flanche.
De très belles scènes aussi avec Mathis. On a enfin une vraie relation entre Bond et son ami, digne de la description faite dans les livres. Un des seuls éléments qui soit vraiment bondien et rappelant vraiment l’univers James Bond, c’est le gunbarrel qui n’intervient (attention spoiler) qu’à la fin.

QOS est donc une parenthèse où Bond se débarrasse de ses problèmes de cœur, et qui n’est malheureusement pas bondienne du tout.

Jamesbonderies

Commenter

Répondre à Ytterbium Annuler

  • D’accord avec toi. Moi la première fois que je l’ai vu je me suis dit: Le premier point négatif est que ce film n’est pas du tout Bondien. Et niveau montage durant les scène d’action c’est copier/coller sur les Jason Bourne.

  • D’un autre coté, Marc Forster a quand même adapté la technique. Il n’utilise pas la caméra à l’épaule et certains plans sont vraiment dynamiques et impressionnants… même si on a tendance à s’y perdre.

  • Je serais moins rude : selon moi QOS est un film, certes loin de l’esprit original de James Bond, mais qui le rend plus humain. Cela étant pour un seul épisode seulement, il se complète bien avec Casino Royale sans pour autant l’égaler. C’est donc une parenthèse de scénario et de réalisation (magnifiques scènes d’action) avant un retour, probable pour le 3ème Craig, du James Bond pur et dur.

  • Cette critique est aussi une critique à chaud. Maintenant, avec un week end de méditation, j’ai un peu modifié mon approche et mon avis. À suivre dans mes prochains articles, pour une approche plus modérée et moins emportée 😉

Bienvenue sur CJB

S’il n’est pas repoussé une 5e fois…

Translate the page with Google Translate :


Sondage du moment :


Catégories

Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

Bienvenue sur CJB

S’il n’est pas repoussé une 5e fois…

Translate the page with Google Translate :


Catégories

Sondage du moment :


Nos partenaires du Club James Bond France

Notre Facebook :

Parce qu’un petit like/commentaire fait toujours plaisir ! 😉

%d blogueurs aiment cette page :