Q.O.S. : Analyse de l’affiche trailer

qos

C’est définitif, Quantum of Solace (Q.O.S.) sera la suite de Casino Royale. Vous me direz que je débarque et que vous le saviez déjà. Oui mais attention ! Pas n’importe qu’elle suite !

Autant la plupart des suites qu’on nous propose au cinéma sont de nouvelle aventures avec les mêmes personnages à qui il arrive de nouvelles bricoles, autant pour Q.O.S., la nouvelle aventure répondra directement au film précédent. Comment le-sais-je ? Il suffit de regarder la dernière affiche.

Soyons clair, cette affiche, c’est celle de Casino Royale. Mais il est fini le temps où notre petit James Bond inexpérimenté découvrait les joies de la « James Bond Attitude ». Ce temps est révolu, et 007 va avoir fort à faire. C’est le message délivré par l’affiche, qui répond à l’ancien poster de Casino Royale (C.R.), éléments par éléments. Deux arguments sont exprimés

Q.O.S. est la suite de C.R.

James Bond a la même position… ou presque, il est de nouveau présenté des pieds à la tête, en train d’avancer et d’observer son environnement, à sa main, un flingue, à sa droite une fille, devant le logo. C’est exactement la même composition, et le logo incorpore également le signe 007, Bond est presque habillé de la même façon (cravate détachée dans C.R., sans cravate dans celle de QOS)

Le temps où James devenait Bond est révolu.

Le fond

Dans l’affiche de Casino Royale, le fond était simple, paisible, avec le logo 007 à la verticale qui couvrait la moitié de l’affiche. Un arrière plan faisait voir un casino (un des lieux qui caractérisent l’agent secret), et une voiture (l’Aston Martin qui est un des attributs de Bond au même titre que le Vodka-Martini). Ce fond était le patrimoine bondien par excellence, et accompagnait notre James Bond dans sa marche déterminée.

Mais c’est fini avec QOS. Le fond bondien a disparu pour un décors asseché, rude, hostile, et à la fois bizarre car peu commun. Le fond du casino qui apparaissait comme un refuge laisse place à un bâtiments dangereux avec les maisons qui brûlent derrière. Bond tombe de haut dans une réalité qui semble le menacer. Au lieu de l’accompagner, James quitte ce lieu détruit dans une marche vers l’inconnu.

James Bond

Lui aussi marque le coup. Dans la première affiche, le vent dans son costume lui donnait un élan incroyable. Son arme était prête à partir tirer vers une cible qu’il avait déjà repérée. Son regard était observateur, sûr, calculé, et déterminé à éliminer la cible qu’il semblait avoir repérée.

Là encore, c’était la belle époque ! Le Bond que nous retrouvons est décoiffé, égratigné et poussiéreux. On voit qu’il marche moins vite. Au lieu d’attaquer, il avance prudemment (il a pris soin de fermer son smoking). Au lieu de fixer une cible, son regard observe par où va venir le danger, mais sans assurance. On voit que Bond hésite, il a limite peur. Le Walter est à son poing, et sans silencieux cette fois. Mais l’arme semble plus être là pour le rassurer que pour tirer. Bond est sur ses gardes, mais ne donne l’impression pas d’être en position de se défendre efficacement, comme dans le précédent film.

La femme

Camille pour les intimes. Mais elle pourrait aussi bien ne pas être un personnage du film. En fait, elle apparaissait déjà dans l’affiche de Casino Royale. C’était elle, la silhouette féminine qui se fondait dans le fond. La coiffure est la même.

Cette femme qui semblait un symbole abstrait de l’univers bondien arrive dans la réalité. Elle n’est pas une entité protectrice pour Bond. Elle est pourtant aussi grande que James (ce qui est rare sur les affiches), elle semble aussi puissante que Bond, et indépendante de celui-ci. Pourtant, quand 007 était seul sur la première affiche, il semblait plus à l’aise que avec son acolyte. Tout deux sont en danger.

À noter aussi que une autre version de l’affiche montre Camille sur un fond bleu, qui regarde le spectateur d’un air serein et détendu. Cela rend l’affiche plus mystérieuse car on ne sait pas si elle est une alliée ou une menace pour Bond.

Conclusion

Dans la suite que constituent ces deux affiches, il manquerait un poster. Une affiche classique, où Bond serait posé, tranquille, à l’aise devant un décor mouvementé où s’accumuleraient les explosions, et les photos des personnages, alliés et ennemis. Il faut avouer que ça aurait été plus classique, et plus rassurant pour notre agent. Mais là, la transition est immédiate. Plus besoin de montrer que Bond est devenu l’agent 007. L’action l’attend et le danger plane. L’univers sera sobre et brut, la fumée d’un désastre remplacera les explosions à gogo. Bond va devoir se mouvoir et pas rester les mains dans les poches

Sans aucun doute, Quantum of Solace sera à part dans l’histoire de la saga !!!

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.