Les silhouettes et les ombres de Bond -1-

bondL’utilisation des silhouettes est très répandue dans les affiches des films bondiens. C’est aussi et surtout remarquable lors de la transition entre deux acteurs pour le rôle de Bond. Déjà, dans Au service secret de sa majesté (1969), l’introduction du nouveau James Bond se fait d’abord avec le visage caché dans l’ombre du nouveau James Bond. L’enjeu à l’époque était majeur, car après Sean Connery qui s’était imposé dans l’esprits de milliers de personnes comme LE James Bond, la production devait faire accepter au public l’introduction d’un acteur inconnu pour continuer la saga.

C’est pourquoi le prégénérique de James Bond, plutôt que de centrer sur l’acteur lui même, filme le dos de Bond qui conduit l’Aston Martin bien connue, fume et utilise ses gadgets avant d’entrer en action.

OHMSS OHMSS 2

On voit Bond de dos dans son Aston, la cigarette marque le caractère “viril” de Bond, tout son visage reste dans l’ombre, les gadgets confirment que c’est bien notre 007

On retrouve cette utilisation de l’ombre et de la silhouette dans la campagne de presse qui a accompagné la sortie du film. Comme la production nétait pas sûre que Lazenby ferait plus d’un film, ils ont insisté, dans beaucoup d’affiches, sur les éléments bondiens et le caractère de Bond, plus que sur le fait que Lazenby soit le nouveau prétendant. C’est pourquoi les armoiries britanniques sont très présentes, les femmes également et le visage de Bond souvent dissimulé.

Affiche d'OHMSS Autre affiche d'OHMSS

Ce même principe si visible dans OHMSS (On Her Majesty Secret Services) est présent dans l’introduction de tout les acteurs de Bond (excepté pour Roger Moore).

La première apparition de Sean Connery dans Dr No se fait déjà après 10 minutes de film, et on le découvre à la table de baccara en train de battre Sylvia Trench aux cartes. L’introduction se fait d’abord simplement sur ses mains. L’homme reste silencieux et on le voit sortir une cigarette avant de dire sa première phrase. Ce n’est que lorsqu’il décline son identité (le fameux Bond… James Bond) qu’on voit enfin apparaître le visage de l’agent.

Dr No Dr No 2 Dr No 3

Première vue de la silhouette massive de Bond de dos ; puis vision des mains qui dominent la partie et battent Sylvia. Puis, en signe de victoire, elles prennent une cigarette qui accompagnera la fameuse phrase d’introduction.

C’est encore le cas pour Timothy Dalton dans Tuer n’est pas jouer (1987). L’introduction se fait lors d’un exercice d’infiltration. Il porte un casque et est confondu avec les autres agents. Ce n’est que lorsque ses deux collègues se sont fait éliminer que l’agent nous dévoile son visage.

Tuer n'est pas jouer Tuer n'est pas jouer Tuer n'est pas jouer

Les trois agents sont de dos avant le saut, Bond ne se distingue pas des autres ; il atterrit comme les autres, égal à lui même ; ce n’est que quand les deux autres ont été éliminés que Bond se retourne en entendant le bruit : le film peut commencer !

Idem pour l’introduction de Goldeneye (1995). Le contexte est encore différent. 007 avait été absent des écrans pendant 6 ans, et on doit attendre pendant de longues minutes et un saut de barrage avant de pouvoir enfin découvrir Pierce Brosnan. La silhouette de Pierce est encore scrupuleusement distillée. On le voit courir de dos, la caméra se place au dessus de lui, on le voit de loin, juste ses yeux, et son visage reste dissimulé dans l’ombre. C’est une petite surprise lorsque on voit Bond apparaître la tête en bas devans le garde ahuri. Le moment où l’on voit réellement son visage est donc le moment où il sort des toilettes, et qu’on a enfin le droit au gros plan sur son regard.

Goldeneye 1 Goldeneye 2 Goldeneye 3 Goldeneye 4

Tout est fait pour ne pas voir le visage de Bond : on le voit de dos, de haut, de bas, de loin, de près, juste ses yeux, juste ses pieds, mais jamais son visage, ou alors il reste dans l’ombre ou est éclairé rapidement

Le principe du visage caché se retrouve aussi dans la série de posters qui a accompagné la sortie du film. On y voit juste l’oeil de Bond et le pistolet avec le fameux gunbarrel à l’intérieur. Cette affiche joue sur le symbole de ce gunbarrel, et marque avec force l’entrée du nouvel acteur. La phrase You know the name, you know the number (Vous connaissez le numéro, vous connaissez le nom) suggère que c’est bien James Bond qui va venir, mais avec un nouvel acteur qui va le relancer et faire redécouvrir le personnage. Hélas, cette affiche n’a pas été utilisée dans tout les pays où elle était jugée trop menaçante.

Goldeneye 0Concluons enfin avec Daniel Craig dans le prégénérique noir et blanc. On le découvre doublement : en action dans les toilettes, et impassible dans le bureau de Drayden. Si le flash back nous montre clairement la tête de Bond sous tous les angles, son face à face avec Drayden est dans l’ombre. On le découvre tout d’abord de dos, puis, au fur et à mesure de leur discussion, la caméra se rapproche du visage de Bond et dissipe l’ombre qui obscurcit son visage. Ce n’est que lorsqu’il exécute son ennemi qu’on peut le voir vraiment de près.

Casino Royale 1Entrée de Drayden dans le bureau : on aperçoit rapidement l’ombre de Bond dans le fauteuil
Casino Royale 3
Au début de leur discussion, la moitié du visage de Bond reste toujours dans l'obscurité ; son corps se confond avec le fauteuil
Casino Royale 4
Bond montre à Drayden qu'il a pris son chargeur : la tension monte, le visage de James est plus visible mais toujours dans l'obscurité. Son visage est en plus gros plan
Casino Royale 5
Bond exécute Drayden : son visage sort de l'ombre, gros plan sur sa tête, on peut le voir enfin distinctement : "Yes, considerably"

C’est sa silhouette que l’on voit ensuite dans le générique en noir, qui prend seulement les traits de James à la fin, lorsqu’il est nommé double zéro.

Casino Royale générique

Des Jamesbonderies... entre autres

Des Jamesbonderies... entre autres

Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Une pensée sur “Les silhouettes et les ombres de Bond -1-

  • 15 juin 2009 à 9 h 23 min
    Permalink

    This article deals with the way silhouettes and shadows are used to introduce the new Bond actors in the movies

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.