Le James Bond le plus violent ?

"Avec les compliments de Sharky..."
Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Le James Bond le plus violent ?

Messagepar Commander Bond » 06 nov. 2011, 02:16

La période Timothy Dalton est très intéressante car elle est souvent décrite, surtout avec Licence to kill, comme la période la plus violente et la plus crue de la saga alors qu'en faite il ne tue qu'une personne avec son flingue : lorsqu'il s'enfuit du club en bateau avec Pam Bouvier, il se retourne et liquide un mec sur le quais. C'est tout. C'est la seule fois où le 007 de Timothy Dalton tue quelqu'un par le biais de son PPK. Intéressant non ? Pourtant y avait l'occasion de voir des meurtres, mais la violence se fait par les autres personnes que 007 (Franz Sanchez qui explose au sens littéral Milton Krest alors que celui-ci avait fouetté Lupe plus tôt dans le film), et quand la violence atteint 007, elle est plus psychologique que physique (son meilleur ami est à moitié mort et sa femme est violée puis tuée, M lui retire son permis de tuer, Franz Sanchez est plus fort que lui...). James Bond ne se livre à une mutinerie que dans trois (ou quatre films) : le camp gitan de From Russia with love, le volcan dans You only live twice, dans le sous-marin à la fin de The spy who loved me, et sous réserve, le navire furtif dans le final de Tomorrow never dies. Dans The living daylights, 007 aurait pu se livrer à une mutinerie à la base aérienne en Afghanistan.

Bien sûr, il a tué bon nombre de personnes : Necros lui a tenu la jambe et a fini par avoir sa botte, il tue la vieille branche qui a gagné et qui gardera donc la valise pleine de fric, il fait part des compliments de Sharky à son assassin, il brûle Franz Sanchez, Dario fini haché menu, il tue l'assassin de 004... Mais il ne tue jamais par un coup de feu à une exception. D'ailleurs c'est intéressant parce que c'est la même chose dans le roman Casino Royale : 007 ne tue personne, bien que ses deux premiers meurtres soient mentionnés. Intéressant non ?
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
Olricc_
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 501
Enregistré le : 18 oct. 2011, 22:43

Re: Le James Bond le plus violent ?

Messagepar Olricc_ » 13 nov. 2011, 21:14

Il est vrai que lorsque l'on fait un constat général sur la saga, on remarque qu'il y a des périodes particulières bien spécifiques : la plus significative est celle de 1985 à 1995 où il est ici question de musique et de violence. La musique n'étant pas le sujet de ce sujet c'est donc sur la violence que je vais m'attarder. En effet, ça se voit tout de suite, les scènes les plus violentes de la saga se trouvent dans les films de cette même période. Durant celle-ci, on peut noter un changement d'approche car il est clair que les films sont beaucoup plus cru. Dans A view to a kill, un homme se fait déchiqueter par une hélice, Zorin massacre les ouvriers à la fin du film : celui-ci éclate de rire lorsqu'il les voit le supplier. Une scène particulièrement violente je trouve. Dans The living daylights, on peut noter peut-être l'impartialité du personnage et la colère que Bond peut dégager parfois. Pour GoldenEye, je parlerais d'agressivité. Les scènes sont beaucoup plus explicites : l'amour et la violence cohabitent dans une ambiance très froide. Dans Licence to kill, le film qui le précède, c'est là que la violence atteint son paroxysme. La mort de Krest est pour ainsi dire très violente, il y a aussi Franz Sanchez brûlé vif, Leiter qui se fait bouffer les jambes, Dario n'en parlons même pas... et j'en oublie.

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Le James Bond le plus violent ?

Messagepar Commander Bond » 22 nov. 2011, 22:57

A view to a kill est, il est vrai, le film le plus violent de l'ère Roger Moore. Et de loin. Quant à la violence dans les films de Timothy Dalton, j'essayais surtout de pointer qu'elle n'était pas commise par lui, et c'est assez étrange mais aussi significatif en fait. C'est la violence du monde que 007 subit à cause de son travail. Il est perdu dans l’œil du cyclone et doit de fait survivre plutôt que vivre. Cependant, j'aurai aimé un peu plus de haine, voire de dégoût. C'est dommage du coup. :|
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.


Retourner vers « Timothy Dalton (1987-1989) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités