Les CJBistes analysent Thunderball

"Du vin rouge avec le poisson, j'aurais dû me méfier d'une telle hérésie."
Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Commander Bond » 22 juil. 2011, 23:19

Après un Goldfinger qui s'écartait un petit peu trop des romans originaux, le retour de Terence Young à la réalisation va ramener James Bond à des bases réelles, même si l'impact laissé par le film précédent reste présent. Finalement, Thunderball c'est un mélange entre Dr No et Goldfinger.

Ce retour aux vraies bases de l’univers de James Bond est peut-être dû au fait que Thunderball est un bien meilleur roman que Goldfinger, avec une intrigue plus intéressante. C'est aussi l'un des plus longs romans, mais il est très détaillé et très rapide malgré tout, ce qui est en fait un des meilleurs. Le film souffre de l'effet inverse, il est trop lent. L'exposition s'éternise tout d'abord (Bond ne reçoit sa mission qu'au bout d'une très grosse demi-heure -comme dans Goldeneye d'ailleurs), et certaines scènes au Bahamas ralentissent le rythme général, comme la lutte sous-marine. C'est là que le film dérape. Pendant une bonne heure et demie, il y a un rythme très lent avec l'enquête de James Bond, accompagné par Felix Leiter, avec relativement peu de rebondissements (à part les morts de Paula et Fiona Volpe, et aussi l'exploration sous-marine du Disco Volante), mais ce sont des passages assez plaisants à vrai dire. La filmographie et la photographie sont magnifiques, la beauté des lieux est en parfaite adéquation avec le côté prédateur que font ressortir Sean Connery et Luciana Paluzzi, et on retrouve un peu l'ambiance de Dr No, avec un cadre qui n'évolue presque pas. En revanche, là où l'arrivée sur Crab Key entretient le suspense et amène l'effet de tension grâce au travail en amont fait sur le personnage du Dr No, dans Thunderball, c'est la lutte sous-marine qui doit être l'aboutissement du film. Or cette scène, bien que techniquement réussie, est horriblement longue et manque d'énergie. Le duel finale entre Largo et Bond est quant à lui carrément risible, avec cette réalisation en accéléré et ce fond vert qui tourne.

C'est donc dans sa dernière petite demi-heure que le film n'est pas à la hauteur, autrement c'est excellent. Les Bahamas renouvellent la saga avec les paysages magnifiques, après le Kentucky et la Suisse, c'est sûr que ça change ; les James Bond girls sont, avec celles d'Octopussy, les plus belles de toutes et ne servent pas de faire valoir. Il y a des sentiments, de la passion, et leurs personnalités sont travaillées. Fiona Volpe est une femme fatale, prédatrice et dangereuse, plus terrifiante encore qu'Emilio Largo. La scène où elle lui annonce que ce sera elle qui tuera James Bond est une merveille. Domino Derval, interprétée par Claudine Auger, première James Bond girl française, est un personnage sensible, dont les larmes touchent 007 en plein cœur, mais également à forte personnalité.

Le film, malgré une beauté constante, présente néanmoins quelques scènes très crues, qui rappellent avec joie les deux premiers opus. Ainsi, la scène où James Bond tue Vargas d'un harpon dans le ventre est une merveille, qui en plus contraste après la très émouvante scène de l'annonce de la mort du frère de Domino. La mort du sbire de Largo, qui est jeté aux requins par ce dernier, avec cette eau qui se teint de la couleur du sang joue du même registre que quand Franz Sanchez balance Leiter dans la trappe dans Licence to kill. On retrouve aussi ce côté espionnage très présent et qui rappelle les origines du personnage, avec le magnétophone dans le dictionnaire, ou l'homme qui est planqué derrière le rideau de douche, et qui sera accueilli par 007 avec un claquement de porte dans le nez (formidable passage !). La mise en scène reprend également le leitmotiv de "la CIA cachée". En effet, plusieurs fois on verra derrière Bond un homme en costume avec des lunettes de soleil qui s'avéra être Felix Leiter. Le passage où il arrive à la chambre d'hôtel en saluant Bond qui lui en fout une et qu'il se plaint du traitement qu'il a envers la CIA est excellent ! Rik Van Nutter est d'ailleurs le meilleur Leiter derrière Jack Lord.

Mais ce film accentue le côté sur-humain de Bond qui donnera You only live twice deux ans plus tard. Ainsi, quand Bond se prend une balle dans la jambe, la souffrance et le handicap ne dureront que quelques minutes, il retrouvera en effet toute sa mobilité dès le lendemain. Aussi, alors qu'on croit Bond vraiment mal engagé lorsqu'une main étrangère vient accélérer le tempo de la machine à traction de la clinique, il sera finalement secouru in extremis par l'infirmière qui comme par hasard revenait plus tôt. On passera aussi sur la scène où, s'échappant de la villa de Largo, James Bond finira dans un bassin rempli de requins qui pourtant ne l'effleureront même pas, pourtant l'espèce est décrite comme très dangereuse et agressive... Les gadgets sont ici trop nombreux. La scène où Q vient équiper 007 sur le terrain est d'ailleurs assez ridicule.

En dépit de ces défauts, Thunderball contient tout ce qu'il faut pour faire un bon James Bond. L'intrigue est assez réaliste, la menace nucléaire est un parfait thème d'époque ; la mise en scène et la réalisation sont idéales, avec des paysages magnifiques et beaucoup de dépaysement (on voit un carnaval, de la musique, etc...) ; le scénario laisse encore place au mystère, Blofeld étant toujours ce redouté n°1 qui inspire la terreur à son équipe. Quant à la bande son, c'est pour moi la plus faible de John Barry pour les années soixante. L'ensemble manque de punch en dépit de quelques bons morceaux, et la partition n'est pas à la hauteur lorsque le film a besoin d'une ambiance sonore poussée (comme la lutte sous-marine). La présence de Domino, Fiona et Paula pourrait être la seule raison de regarder ce film, mais le personnage de Bond n'est pas en reste. Son aspect félin et prédateur, comme quand il marche comme une panthère dans les couloirs de la clinique de Shrublands, est et reste une magnifique interprétation du personnage.

Que pensez-vous de Thunderball ?
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
sentenza
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 441
Enregistré le : 05 nov. 2011, 21:54

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par sentenza » 25 févr. 2012, 22:01

J'en reviens au sujet sur le côté atypique de certains épisodes. Pour moi, celui ci est (en terme d'ambiance) très atypique. Le dépaysement est total, la photographie magnifique, pas de lourdeurs.

Et puis Fiona Volpe... pfoauuaueejoealkjeizjlfnrjknbkfsdnkfd. ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
Mister B
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 44
Enregistré le : 11 oct. 2012, 15:55

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Mister B » 13 oct. 2012, 23:27

Avec l'approche de Skyfall, c'est le moment de faire une piqûre de rappel, c'est parti pour un tour de la saga !

THUNDERBALL

Thunderball est le quatrième opus de James Bond et s'avère être l'un des meilleurs de la saga.

Le scénario peut paraître classique au premier abord mais la touche bondienne le rend des plus captivant. Le retour de Terence Young à la réalisation marque aussi un retour à un côté plus espionnage, à une histoire plus à la Dr No. Le tout est prenant donc et se conclue par un très bon final ! Ajoutons à cela un début explosif et de savoureux moments dans les scènes de la maison de repos. Ainsi que des passages très drôles comme les retrouvailles avec Felix Leiter (Rik Van Nutter nous en offre une très bonne version par ailleurs). L'ensemble est servit par une magnifique photographie.

De son côté, Connery se montre au meilleur de sa forme, son jeu est rôdé et maîtrisé, les codes sont établis, Sean est désormais le maître incontestable en la matière et cela se voit !
Mais que serait le film sans Bond girls ? Nous ne sommes pas face aux plus mémorables de la saga mais elles incarnent ce à quoi on pourrait s'attendre. De plus Fiona Volpe (incarnée par Luciana Paluzzi) est envoûtante par sa bestialité et son sadisme (Famke Janssen n'a rien inventé dans son rôle de Xenia Onatopp dans GoldenEye). Néanmoins, on déplore le peu de développement de Paula qui est très mal introduite et exposée.

Le film offre aussi un des meilleurs vilain de la saga. En effet, Adolfo Celi excelle en salaud bondien. Sa maîtrise et sa connaissance des fonds marins en font un adversaire qui a peu d'équivalent dans la saga. Et que dire si ce n'est "excellent" devant sa piscine aux requins si jouissive ! Paradoxalement, hélas, c'est justement les scènes sous-marines qui cassent le rythme de l'intrigue sous tension.

Pour finir, je ne peux que parler de l'excellente BO qui participe magnifiquement bien à l'atmosphère du film ! John Barry est incontestablement le meilleur compositeur de la saga. De plus, le générique est interprété superbement par un Tom Jones digne de lui-même.

En somme, voici un très bon film qui se trouve indéniablement en dessous des trois premiers de la série mais qui sait nous contenter et remplir ses promesses. Un Bond à voir donc.
Image
''The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will'' Chuck Palahniuk, Diary

Avatar de l’utilisateur
DB II
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 270
Enregistré le : 09 avr. 2012, 19:59

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par DB II » 16 oct. 2012, 21:45

J'adore le moment où Bond et Largo se retrouvent pour l'apéro alors que Fiona vient de s'éclipser en laissant son fusil au N°2 du SPECTRE..."Mais c'est un fusil pour femme que vous tenez-là..." "Vous vous y connaissez un peu en armes Mr Bond ?" "Non...mais je m'y connais un peu en femmes...."
Un grand moment Bondien.
Image

Avatar de l’utilisateur
Mister B
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 44
Enregistré le : 11 oct. 2012, 15:55

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Mister B » 17 oct. 2012, 13:13

DB II a écrit :J'adore le moment où Bond et Largo se retrouvent pour l'apéro alors que Fiona vient de s'éclipser en laissant son fusil au N°2 du SPECTRE..."Mais c'est un fusil pour femme que vous tenez-là..." "Vous vous y connaissez un peu en armes Mr Bond ?" "Non...mais je m'y connais un peu en femmes...."
Un grand moment Bondien.

Une très bonne réplique en effet ! J'adore les dialogues dans ce film de toute manière !
Image
''The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will'' Chuck Palahniuk, Diary

Avatar de l’utilisateur
Bondmax
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 262
Enregistré le : 08 avr. 2012, 14:04
Localisation : Piz-Gloria
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Bondmax » 17 oct. 2012, 13:59

Les répliques de Thunderball sont excellentes en effet.

"Quel yeux perçant vous avez...
-Attends de connaître mes dents."
Image

Avatar de l’utilisateur
007jamesbond
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 536
Enregistré le : 12 juil. 2011, 20:13
Localisation : Bayonne, Landes, France

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par 007jamesbond » 20 oct. 2012, 12:20

La réplique avec le fusil fait partie de mes préférées, très bien trouvée ! C'est des répliques comme ça que je veux dans Skyfall !
Image

Avatar de l’utilisateur
Starbuck
CJBiste interessé
CJBiste interessé
Messages : 86
Enregistré le : 08 août 2012, 22:12

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Starbuck » 20 oct. 2012, 12:40

moi je préfère le moment, où il surprend Fiona dans son bain et elle lui demande alors de lui donner quelquechose a mettre, et Bond lui file alors ses sandales :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
DB II
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 270
Enregistré le : 09 avr. 2012, 19:59

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par DB II » 20 oct. 2012, 19:41

Oui ça aussi c'est un moment culte.On a beau chercher, je ne pense pas qu'en dehors de Craig et sa réponse au barman ("Do I look like I give a damn ?") et Dalton avec son "More of a problem eliminator" ait eu de réplique aussi percutante ou d'instant définissant aussi bien le personnage de Bond que Sean dans Thunderball. En cela je le trouve plus marquant que le surcoté Goldfinger. Hormis Gert Fröbe qui a la meilleur réplique mais il s'agit du bad guy.
Image

Avatar de l’utilisateur
Starbuck
CJBiste interessé
CJBiste interessé
Messages : 86
Enregistré le : 08 août 2012, 22:12

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Starbuck » 20 oct. 2012, 23:31

Moi l'une des répliques que j'adore de Dalton, c'est le "Salt corrosion" quand il découpe la bagnole de flic au laser :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
billybob
CJBiste passionné
CJBiste passionné
Messages : 177
Enregistré le : 02 août 2012, 15:29

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par billybob » 21 oct. 2012, 10:41

Starbuck a écrit :Moi l'une des répliques que j'adore de Dalton, c'est le "Salt corrosion" quand il découpe la bagnole de flic au laser :mrgreen:



Ah? Je trouve qu'elle fait partie des vannes qui tombent à plat avec Dalton.
Choose your next witticism carefully Mister Bond, It may be your last

Avatar de l’utilisateur
Sir Godfrey
Section 00
Section 00
Messages : 1872
Enregistré le : 14 juil. 2011, 10:18
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Sir Godfrey » 21 oct. 2012, 10:57

Dalton enchaîne pas mal de vannes dans cette séquence qui finissent par plomber l'ambiance au bout d'un moment. C'est comme "vous auriez mieux fait de jouer du triangle". Ca me fait beaucoup rire certes mais ce n'est pas très James Bond...
Toutes les infos bondiennes sont sur http://commander007.net

Avatar de l’utilisateur
DB II
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 270
Enregistré le : 09 avr. 2012, 19:59

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par DB II » 21 oct. 2012, 18:12

C'est là toute la différence. Bond ne fait d'humour, il est ironique voire sardonique. Les quelques répliques que vous citez dans The living daylights montrent bien que ça ne fonctionne pas mais que "More of a problem eliminator" dans Licence to kill marche parfaitement. Dans Licence to kill quand Bond reprend la phrase de Saunders mais à son encontre cette fois, ça le fait aussi ("Sorry, old man, section 26, paragraph 5. Need-to-know. Sure you understand.")
James Bond est ironique mais n'a pas d'humour.Ce qu'a perdu de vue trop souvent Cubby durant l'ère Moore mais qu'il a pourtant parfaitement utilisé dans For your eyes only.
Image

Avatar de l’utilisateur
billybob
CJBiste passionné
CJBiste passionné
Messages : 177
Enregistré le : 02 août 2012, 15:29

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par billybob » 25 oct. 2012, 09:35

Brosnan fut aussi un champion de la vanne qui tombe à plat. Enfin, ce n'était pas du à sa manière de jouer, mais aux dialogues qui étaient alors formatés pour des pré-ados. "Peut-être prendra-t-il un chèque". Uh uh uh...
Choose your next witticism carefully Mister Bond, It may be your last

sofianeomari
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 329
Enregistré le : 13 mai 2012, 11:15
Localisation : Valenton, France (94)

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par sofianeomari » 25 oct. 2012, 13:58

Je crois que tu te trompe, il n'y pas plus difficile qu'un ado ou pré-ado en ce qui concerne l'humour. ;)
Image

Avatar de l’utilisateur
billybob
CJBiste passionné
CJBiste passionné
Messages : 177
Enregistré le : 02 août 2012, 15:29

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par billybob » 25 oct. 2012, 14:05

Ca dépend lesquels! Il y en a de plus fins que d'autres, ça je n'en doute pas.
Choose your next witticism carefully Mister Bond, It may be your last

Avatar de l’utilisateur
Sir Godfrey
Section 00
Section 00
Messages : 1872
Enregistré le : 14 juil. 2011, 10:18
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Sir Godfrey » 25 oct. 2012, 18:05

Je ne suis pas sûr que l'humour Brosnanien fut formaté pré-ado, la preuve est que lorsque j'étais justement "pré-ado" (sous l'ère Brosnan donc), la sortie du nouveau James Bond n'était pas du tout un sujet de cour de récrée... C'est Daniel Craig qui a réconcilié la jeunesse avec Bond et on ne peut pas dire que ses Bond soient les plus fantaisistes.
Je rejoindrai plutôt sofianeomari, en fait il n'y a pas d'âge pour l'humour, ca peut touche n'importe qui et le contraire aussi.
Toutes les infos bondiennes sont sur http://commander007.net

Avatar de l’utilisateur
billybob
CJBiste passionné
CJBiste passionné
Messages : 177
Enregistré le : 02 août 2012, 15:29

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par billybob » 25 oct. 2012, 22:23

Peut-être avez-vous raison. Alors je dirais que l'humour sous l'ère Brosnan était formaté pour les plus simples d'esprit.
Choose your next witticism carefully Mister Bond, It may be your last

Avatar de l’utilisateur
Alex 007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 363
Enregistré le : 28 juil. 2012, 15:28
Localisation : Dans l'ombre...

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par Alex 007 » 26 oct. 2012, 06:42

Même si je préfère infiniment celui de Daniel Craig, "j'avoue" :D apprécier l'humour à la 007 Brosnan, tout comme j'aimais également celui de Roger Moore.
Bond... Alex Bond

Avatar de l’utilisateur
DB II
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 270
Enregistré le : 09 avr. 2012, 19:59

Re: Les CJBistes analysent Thunderball

Message par DB II » 04 nov. 2012, 17:21

billybob a écrit : je dirais que l'humour sous l'ère Brosnan était formaté pour les plus simples d'esprit.


Nous sommes nombreux à être de parfaits abrutis alors. :shock: En VO il y a de nombreux double sens qui rendent attrayant l'ironie de cette période, comme elle affine les traits d'esprit de celle de Moore. Ce genre de jugement à l'emporte pièce, qui en plus se veut insultant envers ceux qui apprécient une période particulière, est détestable.
Image

Répondre