L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

"Je sens une légère contracture au niveau des dorsales."
Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar Commander Bond » 28 oct. 2011, 14:37

On a beau dire que Casino Royale 67 est un film parodique, dévalorisant pour l'image du héros 007, pour ce qu'il représente, il a néanmoins influencé tous les films post-années 60, et a contribué en partie à faire de l'ère Roger Moore ce qu'elle est devenue. Il y a tout un tas de similitudes qu'on peut remarquer. Reprenons.

A propos d'éléments divers et variés de l'histoire :
- Casino Royale 67 aborde très clairement la théorie du nom de code, c'est-à-dire que James Bond serait en fait un pseudonyme donné aux meilleurs agents. D'ailleurs dans Casino Royale 67, le personnage de David Niven n'apprécie pas du tout le personnage de Sean Connery. 35 ans plus tard, Lee Tamahori a songé faire apparaître Sean Connery dans Die another day pour affirmer cette théorie du nom de code en laquelle il croyait et en laquelle il croit surement encore.
- Jimmy Bond avale une pilule qui le fera exploser. Kananga subira le même sort dans Live and let die...
- L'idée du Dr Noah de créer des doubles sera réutilisée par Blofeld dans Diamonds are forever en 1971.

A propos du casting :
- Angela Scoular joue dans Casino Royale 67 Bouton-D'or (Buttercup en VO). Deux ans plus tard, elle jouera Ruby dans On her Majesty's secret service.
- Caroline Munro joue une des gardes du Dr Noah. Elle jouera dix ans plus tard Naomi dans The spy who loved me.

A propos des gadgets :
- Les scènes dans le Q branch sont très différentes de ce qui se faisait sous l'ère Sean Connery. Néanmoins, à partir de l'ère Roger Moore et The man with the golden gun (Q étant absent de Live and let die), les scènes de gadgets seront exactement comme celles de Casino Royale 67 : beaucoup de farces, d'effets sonores, de gags.
D'ailleurs on remarque aussi une similitude dans les gadgets :
- Dans Casino Royale 67, "Q" a crée un stylo à poison, ce qui permet d'ailleurs au personnage de Peter Sellers de faire un jeu de mots. Le Bond de Roger Moore fera la même blague dans Octopuyssy quinze ans plus tard.
- Toujours une similitude entre Octopussy et Casino Royale 67 : dans les de films, "007" a une montre avec un écran vidéo intégré.
- Jimmy Bond a des cigarettes mortelles. 007 en a également dans You only live twice. Certes les films ont été tournés en même temps à peu de choses près et ce n'est donc peut-être pas voulu, mais tout de même.
- Vesper (interprétée par Ursula Andress) a une cornemuse-mitraillette. Il y a la même dans The world is not enough lorsque Bond rend visite à Q.

A propos de l'humour :
- Et encore une autre similitude avec Octopussy, mais qui ne concerne pas les gadgets cette fois : dans les deux films, il y a un quiproquo entre la nouvelle miss Moneypenny (Penelope Smallbone dans Octopussy).
- C'est dans Casino Royale 67 qu'il y a les premières musiques empruntées à d'autres films. On y entend en effet "Born free", une chanson composée par John Barry. Dans Moonraker sera utilisée une musique des Sept mercenaires, et dans A view to a kill on entendra une chanson des Beach Boys dans le prégénérique. On peut également citer la musique de Lawrence d'Arabie dans The spy who loved me.
- D'ailleurs, toujours sur la musique. Herb Albert a chanté le thème principal. Sa femme, Lani Hall, chantera le thème de Never say never again en 1983.
- La veste du Dr Noah est la même que celle que porte Blofeld à la fin de You only live twice.

On peut également trouver des références un peu moins évidentes :
- Dans Never say never again, James Bond est un homme âgé qui reprend du service. On peut y voir ici une petite référence à Sir James dans Casino Royale 67 qui vit retiré du monde des espions.
- SMERSH est cité dans Casino Royale 67, il le sera également dans The living daylights.
- Il y a une partie de chasse dans Casino Royale 67 comme il y en a une dans Moonraker.
- Jimmy Bond s'échappe alors qu'il est sur le point d'être exécuté. Ce sera un peu la même chose dans Die another day lorsque Bond quitte la Corée du Nord même si ce n'est pas tout à fait pareil.
- Dans The world is not enough, le QG du MI6 est situé dans un château écossais. Or dans Casino Royale 67, l'agent Mimi dirige les opérations depuis un château écossais.

Intéressant non ? Vous en voyez d'autres ?
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar GUY007 » 30 oct. 2011, 21:17

Vraiment intéressant comme sujet. Ce qui me conforte dans l'idée que ce film fait partie intégrante de la saga.
En parlant du SMERSH, il me semble d'ailleurs que Pushkin dit même que le SMERSH n'existe plus depuis 20 ans (the living daylight date de 1987. et 1987-20 =1967...)

Au niveau casting, Jeanne Roland est la capitaine de la garde du Dr Noah.Elle joue également dans "On ne vit que 2 fois".
L'acteur Milton Reid qui joue un garde du temple où est Mata sera Sandor dans l'espion qui m'aimait. De même, John Hollis qui est également un garde du temple joue Blofeld dans "Rien que pour vos yeux"

Le projet du Dr Noah est de créer son monde parfait (toutes les femmes seront magnifiques et les hommes de plus d'1 m 20 mourront grâce à sa bombe). Cette idée de "créer un monde parfait" sera reprise dans l'espion qui m'aimait (le monde sous-marin de Stromberg) et dans Moonraker (une race parfaite).

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar GUY007 » 31 oct. 2011, 18:21

On pourrait également souligner que :

- Bond est poursuivi par un camion de laitier bourré d'explosifs. En 1987, Necros est déguisé en laitier et utilise des bouteilles de lait explosives.
- En Ecosse, Bond résiste aux avances des jeunes espionnes âgées de 16 ou 17 ans. Roger Moore, dans Rien que pour vos yeux fait de même à propos de Bibi (elle ne doit pas avoir plus de 17 ou 18 ans).
- Bond est très affecté par la mort de celle qu'il a aimée. En 1969, l'épouse de Bond décède et le film se termine sur le chagrin de 007. Par la suite, dans "L'espion qui m'aimait", "rien que pour vos yeux" et "Permis de tuer", on peut remarquer qu'il ne s'est pas encore remis du décès de Tracy.
-L'idée "sciences-fiction", "conquête spatiale" où on peut voir une soucoupe volante sera reprise dans "On ne vit que 2 fois" et "Moonraker".

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar Commander Bond » 01 nov. 2011, 00:49

Bien vu Guy pour toutes ces références, j'avoue que certaines m'avaient échappées. Par contre, quant du dis :

[quote=GUY007"]Ce qui me conforte dans l'idée que ce film fait partie intégrante de la saga.[/quote]

Le film est marqué dans la saga bien malgré lui. Ce sont les autres films et surtout ceux de l'ère Moore qui, en prenant des petites choses par ci par là à Casino Royale 67 l'inscrivent, en quelque sorte parce que c'est discutable, dans la saga. Le film ne s'impose pas de lui même comme étant un film 007 du même calibre que tous les autres. Non ?
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar GUY007 » 01 nov. 2011, 21:29

C'est vrai qu'il ne s'agit pas d'un film du même calibre que les autres parce que c'est une parodie mais comme il est tiré d'un roman de Fleming et qu'il s'agit d'une aventure de James Bond, il fait donc partie de la saga.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar GUY007 » 04 nov. 2011, 22:59

Dans Casino Royale, Vesper Lynd est très riche. Elle a acheté la statue de Lord Nelson et l'a fait placer chez elle. De plus, elle est propriétaire d'un journal et dit à Evelyn Tremble qu'elle a déjà lu celui du lendemain.
Cela me fait songer à Hugo Drax qui a acheté un château en France et le remonte chez lui et a Eliott Carver qui est propriétaire du journal "Tomorrow".

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar Commander Bond » 04 nov. 2011, 23:29

GUY007 a écrit :Dans Casino Royale, Vesper Lynd est très riche. Elle a acheté la statue de Lord Nelson et l'a fait placer chez elle. De plus, elle est propriétaire d'un journal et dit à Evelyn Tremble qu'elle a déjà lu celui du lendemain.
Cela me fait songer à Hugo Drax qui a acheté un château en France et le remonte chez lui et a Eliott Carver qui est propriétaire du journal "Tomorrow".


J'avais jamais remarqué ceux là. Bien vu Guy !

Comme quoi... ce film a eu un impact non négligeable sur le reste de la saga.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar GUY007 » 18 sept. 2012, 23:48

Lors d'une bagarre, Mata Bond, pour se défendre, utilise un extincteur. En 1971, Bond fera de même lorsqu'il se battra contre Peter Franks.
A la fin de Casino Royale 67, on peut voir divers animaux dans le casino (un singe et des otaries). Dans "les diamants sont éternels", c'est un éléphant qui joue au JackPot.

Avatar de l’utilisateur
Mister B
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 44
Enregistré le : 11 oct. 2012, 15:55

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar Mister B » 11 oct. 2012, 23:11

Commander Bond a écrit :- Casino Royale 67 aborde très clairement la théorie du nom de code, c'est-à-dire que James Bond serait en fait un pseudonyme donné aux meilleurs agents. D'ailleurs dans Casino Royale 67, le personnage de David Niven n'apprécie pas du tout le personnage de Sean Connery. 35 ans plus tard, Lee Tamahori a songé faire apparaître Sean Connery dans Die another day pour affirmer cette théorie du nom de code en laquelle il croyait et en laquelle il croit surement encore.

Dans On Her Majesty's Secret Service, George Lazenby prononce à la fin de la scène pré-générique << This, never happened to the other fellow ! >> (<< Ce genre de truc n'arrivait jamais à l'autre gars >> si on traduit approximativement). Il s'agit clairement d'une allusion à Sean Connery.
Jusqu'à ce que je lise ce topic (je n'ai jamais vu Casino Royale 67), je pensais à une simple blague bien fendard qui perçait le quatrième mur, mais je vois que ça pourrait évoquer beaucoup plus de choses...
Image
''The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will'' Chuck Palahniuk, Diary

Avatar de l’utilisateur
DB II
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 270
Enregistré le : 09 avr. 2012, 19:59

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar DB II » 13 oct. 2012, 20:41

Oui c'est curieux comme théorie. James Bond est le fils de Sir Andrew Bond et de Monique Delacroix, il a une date de naissance, un état civil. Cette théorie du nom de code est absurde. Le matricule 00 est affecté aux agents et le numéro est fonction de leur attribution. Il est retiré à la mort de l'agent. On aura donc jamais de Peter Franks 007 par exemple. Lorsque Bond se rend sur la tombe de sa femme on voit dans For your eyes only "Teresa Di Vicenzo beloved wife of James Bond". On n'inscrit pas un pseudo sur une épitaphe ni sur un acte de mariage. Bref, Lee Tamahori se plante autant quand il produit un film avec une Aston invisible que lorsqu'il divague sur la bio de Bond.
Image

Avatar de l’utilisateur
Mister B
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 44
Enregistré le : 11 oct. 2012, 15:55

Re: L'impact de Casino Royale 67 sur la saga

Messagepar Mister B » 13 oct. 2012, 21:13

Je suis d'accord avec toi DB !
J'avoue que le mythe en prendrait un coup si James Bond n'était qu'un simple pseudo.
Mais ce que j'évoquais était une simple illustration de ce que soutenait Commander, si ça se trouve c'est juste un petit clin d'oeil à la parodie de John Huston et ça ne va pas chercher plus loin !
Image
''The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will'' Chuck Palahniuk, Diary


Retourner vers « Les hors-saga (1954, 1967, 1983) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité