Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

"Je sens une légère contracture au niveau des dorsales."
Avatar de l’utilisateur
Marine One
CJBiste amateur
CJBiste amateur
Messages : 37
Enregistré le : 30 août 2011, 14:41

Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Marine One » 01 sept. 2011, 21:05

Casino Royale 1954 est une curiosité en noir et blanc. James Bond n'est pas mentionné sous son numéro de matricule et les noms des protagonnistes ont été attribué de façon "particulière". Valérie Mathis est ici la Vesper Lynd originale, Clarence Leiter est l'agent du MI6 et l'américain est...James Bond, agent d'une Task Force spécialisée dans les mouvements de fonds, donc un agent du Trésor. Sa particularité n'est pas le permis de tuer, mais sa capacité à manier les cartes.
Le Chiffre est joué par l'excellent Peter Lorre. Il est la bonne surprise de cette production télévisée.
Barry Nelson est un américain typique de cette période, bouille franchouillarde, coupe de cheveux "Happy Days" et embonpoint certain.
Le sujet est surtout porté sur la trahison de l'amour perdu de Bond, Valerie Mathis. La séquence dans l'ascenseur qui ramène Bond à sa chambre et qui se conclue sur un numéro "à la Bogart" quand il salue la dame, est un moment à ne pas manquer à condition d'avoir vu "Le port de l'angoisse" ou 'le faucon Maltais"...
Mais attention, tout n'est pas à prendre au troisième degré. Loin de là ! La séquence de torture est très bien jouée et Peter Lorre est un sadique convaincant tout autant qu'il est convaincant en Mr Cairo dans le Faucon Maltais (comprenez en homosexuel...).
Linda Christian est une actrice qui "fait le job" mais qui aurait pu laisser sa place à Olivia de Havilland par exemple.
La réalisation est sommaire mais elle est aussi professionnelle qu'un épisode de la toute première saison de "Chapeau Melon et Bottes de Cuir" avec Honor Blackman, ce qui n'est pas un petit compliment. La contrepartie est que ce qui marche pour une série devient vite un handicap pour un moyen métrage !

Il faut avoir vu cette production pour sa culture personnelle mais elle n'a rien à voir avec James Bond. Ian Fleming a vendu les droits à la TV américaine parce qu'il avait besoin d'argent impérativement à ce moment et qu'il venait de subir une nouvelle déconvenue pour une série avec son héros. Le fait qu'il ait totalement fermé les yeux sur le produit final ne cesse de me surprendre.

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Commander Bond » 07 sept. 2011, 22:22

J'ai tendance à être assez indulgent avec ce film, surtout vu les moyens dont disposait l'équipe technique. Moins d'une heure de téléfilm à peine, tourné en direct, j'imagine avec un très faible budget, le scénario est réduit au strict minimum syndical. Le film réussit cependant à réunir un très bon casting. Barry Nelson est une américanisation forcée du personnage, mais n'est pas si mauvais que ça dans le rôle, même si tout est relatif. Dans le reste du casting, Linda Christian et Peter Lorre campent les personnages principaux. Finalement ça fonctionne comme un épisode de série, c'est vrai, mais le roman Casino Royale n'est-il pas lui aussi une sorte de "grande nouvelle" ? Casino Royale '54 est d'ailleurs le seul (télé)film produit quasiment dans la même année que le roman éponyme, c'est un fait non négligeable. Et le roman, bien que réduit à un scénario assez simple, n'est cependant pas oublié à mes yeux. L'ambiance y est sombre, lourde, pesante.

En fait tout dépend de l'approche que l'on a de ce film. Si on le regarde avec en tête le (vrai) héros cinématographique et avec le Casino Royale de 2006 en comparaison, ça fait mal. Par contre si on le regarde comme une sorte de souvenir de la télévision de l'époque de nos grands-parents qui ressurgit, ça passe tout de suite mieux, et le téléfilm se défend même assez bien. Toujours est-il que, sans pousser la comparaison puisque c'est incomparable, je préfère largement regarder un Casino Royale faiblard des années 50 plutôt qu'un film parodique trahissant beaucoup plus le héros de Ian Fleming, comme Moonraker ou Live and let die. Ce n'est pas une comparaison, juste une préférence.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
GUY007
CJBiste confirmé
CJBiste confirmé
Messages : 239
Enregistré le : 31 juil. 2011, 10:40

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar GUY007 » 24 sept. 2011, 20:19

Dans le roman Moonraker, Fleming compare un personnage à Peter Lorre. Cela peut vouloir dire qu'il rend hommage à ce téléfilm et que donc il ne le trouvait pas si mauvais que ça...

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Commander Bond » 24 sept. 2011, 20:25

Peut-être, mais je ne pense pas. L'avis sur un personnage peut différer de l'avis d'un film. Je trouve Casino Royale '54 convenable au vu des moyens qui étaient ceux de l'équipe du téléfilm, mais par contre, je pense que Peter Lorre n'a rien à envier à un bon nombre de méchants de la saga officielle. Je trouve même que c'est le meilleur Le Chiffre (oui, je le préfère à Mads Mikkelsen, Le Chiffre dans la version 2006).
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Avatar de l’utilisateur
007jamesbond
CJBiste professionnel
CJBiste professionnel
Messages : 536
Enregistré le : 12 juil. 2011, 20:13
Localisation : Bayonne, Landes, France

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar 007jamesbond » 23 janv. 2012, 22:41

J'ai acheté ce film et je l'ai reçu aujourd'hui ! Je l'ai regardé et j'ai bien aimé ! L'ambiance y est bonne, il est vraiment dans le genre des vieux films des année 50, ç'est très divertissant. Quand je l'ai regardé, j'ai fait comme si les autres film james bond n’existaient pas et comme si je ne connaissait que les 2 premiers romans, et ça marche bien, ça m'a fait apprécié ce film. Il est limite mieux que le Casino Royale de 1967. Le personnage de Peter Lorre est excellent ! j'adore, quand on le voit dans le film on a l'impression qu'il est vraiment ce qu'il est, contrairement a Bond, alias Barry Belson, qui est un peu "coincé" dans ce film on dirais... Linda Christian, est quant à elle, très proche des rôle féminins des année 50, dans sa manière de jouer on a du déjà vu... J'ai par contre beaucoup aimé Clarence Leiter, personnage très intéressant ! Au final, un bon petit film qui passe bien, je trouve qu'il a parfaitement sa place dans le monde de Bond, j'aurais bien aimé que les autres romans ai connu une adaptation de ce genre, car c'est assez proche de l'oeuvre de Fleming !

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Commander Bond » 24 janv. 2012, 23:00

Qu'il soit meilleur que Casino Royale 67 est un peu exagéré. L'un est un téléfilm, l'autre un film. L'un a un casting assez réduit et a des contraintes techniques que l'autre n'a pas. Et puis, question casting, celui de 67 est presque une référence. La musique, la réalisation, les acteurs sont sans commune mesure.
Par contre, qu'il soit plus agréable à regarder que celui de 67 en tant que James Bond, oui, je suis d'accord. Casino Royale 67 n'est Bondien ni sur la forme ni sur le fond. Avec l'épisode de Climax, on a au moins la forme : le huit-clos, le noir et blanc, l'atmosphère puante et enfumée, le rythme lourd... Je préfère ça à des films comme Moonraker, Casino Royale 67, mais on ne peut pas les mettre "dans la même boîte".

Ce n'est pas un James Bond, du moins, pas si l'on considère le roman qui lui a servi de base. Les personnages n'ont rien à voir, l'histoire non plus. Tout le drame du roman est perdu (il faudra attendre 2006 pour voir enfin une vraie adaptation du roman). Ce Casino Royale est sympa à regarder pour l'histoire de la saga, mais ça s'arrête là.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.

Gaspard
CJBiste interessé
CJBiste interessé
Messages : 98
Enregistré le : 01 déc. 2011, 13:12
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Gaspard » 30 janv. 2012, 13:41

Bonjour,

J'ai enfin vu récemment ce Casino Royale et j'en ai fait un article sur mon blog ICI.

Globalement, ça se laisse regarder mais la simplification au maximum de l'intrigue m'a plutôt gêné. C'est dû au format bien évidemment et certainement aussi à un manque de moyens.

Pire, c'est le passé créé entre Verper... euh... plutôt Valerie Mathis, puisqu'on a là un personnage qui est la fusion de Vesper Lynd et René Mathis, là aussi pour des commodités d'intrigue.

Encore pire, James Bond n'est plus anglais mais américain et du coup l'acteur choisi, Barry Nelson a tout de l'américain et rien de british. Dans ces conditions, on ne peut pas dire que l'on soit devant James Bond.

Seul Peter Lorre a la carrure d'un ennemi flegmingien. Il est Le Chiffre, il n'y a pas de doute.

Avatar de l’utilisateur
Commander Bond
CJBiste vétéran
CJBiste vétéran
Messages : 1444
Enregistré le : 11 juil. 2011, 15:42
Contact :

Re: Les CJBistes analysent Casino Royale (Climax ! 1954)

Messagepar Commander Bond » 31 janv. 2012, 08:11

D'accord avec la majorité de ton article Gaspard.
Au final, ce Casino Royale 1954 n'a aucun intérêt artistique. Tout y est bafoué. L'intérêt est essentiellement historique : c'est la première fois que James Bond fut à l'écran, et c'est un téléfilm qui a été tourné un an seulement après la publication du roman. On est des années avant que JFK ne fasse connaître From Russia with love, des années avant que James Bond ne devienne un phénomène international.
Par contre, c'est un intérêt artistique parce qu'il montre ce qu'était la télévision américaine de l'époque. Mais rien ne peut être raccrocher avec la saga qui démarrera en 1962.
Once is happenstance, twice is coincidence, three times is enemy action.


Retourner vers « Les hors-saga (1954, 1967, 1983) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité