M : la critique du comics

M : la critique du comics

- in Actualités, Les Livres
0
M comics

Garanti sans spoilers

Après Felix Leiter et Moneypenny, c’est au tour du patron de James Bond, nom de code « M », d’avoir son propre comics spin-off ! Publié mercredi dernier, nous retrouvons Declan Shalvey à l’écriture, P.J. Holden aux dessins et Dearbhla Kelly aux couleurs (comics Moneypenny). Et le moins que l’ont puisse dire, c’est que l’ont ressent que les membres de cette équipe créative sont Irlandais et Nord-Irlandais.

En effet dans ce comics M reçoit un colis contenant balle en caoutchouc qu’il reconnaît. Sans perdre de temps il décide de se rendre à Belfast, ville liée à se souvenir qui vient le hanter. Il se trouve que M fut par un temps soldat durant la période des « troubles », la « guerre civile » en Irlande du Nord durant laquelle l’IRA et la population chrétienne, souhaitant notamment une Irlande indépendante, s’opposait aux forces armées britanniques et à la population protestante, qui souhait rester membre du Royaume-Uni (rappelons que l’Irlande du Nord fait partie du Royaume-Uni malgré le fait qu’elle se situe géographiquement sur l’île d’Irlande).

M comics (4)

S’il est de prime abord plutôt étrange de constater que M ait appartenu aux troupes terrestres, les romans nous suggérant qu’il ait plutôt servi dans la Marine (où il a eu le grade d’Amiral), nous sommes pourtant forcés de constater qu’il existe un précédent puisque Skyfall nous précise que Gareth Mallory fut Lieutenant Colonel en Irlande du Nord (évitons également de revenir sur le fait que M est étrangement noir comparé aux romans, nous y sommes habitués depuis). Et il faut dire que cette volonté de situer l’histoire du comics dans ce cadre des « troubles » apporte beaucoup, même si hélas il s’agit d’une portion de l’Histoire que nous Français, ne connaissons pas vraiment. Certains d’entre nous risquent donc d’être un peu perdu par moment, mais le comics ne demande pas non plus d’être un expert sur le sujet pour le comprendre.

L’histoire de M se veut très terre à terre, sans fantaisie : quelqu’un fait chanter M pour quelque chose qu’il a fait dans le passé. Le méchant, Sammy, se veut réaliste et chose assez originale comparé à de nombreuses œuvres de fictions, il ne fait pas partie de l’IRA mais d’un groupe « équivalent » du camp opposé : l’UVF (Ulster Volunteer Force). M comics (5) L’action se déroule de nos jours, où le comics essaye de nous monter légèrement le coté moderne de l’Irlande du Nord depuis la paix malgré les vielles rancœurs encore présentes. Ceci est entrecoupé de quelques flashbacks avec un Belfast ressemblant plus à une zone de guerre et dans lequel le soldat M fait face à des manifestants/émeutiers.

Nous ne sommes pas ici face à un pastiche de James Bond (personnage qui n’apparaît d’ailleurs pas du comics). En effet, on ne dénombre pas de scène d’action à proprement parler dans ce comics, M est un personnage qui se débarrasse de ses ennemis grâce à son intelligence, en étant stratège. Au-delà des premières pages, le rappel à l’univers de Bond se fait uniquement grâce à la présence du personnage de Moneypenny. Le comics n’a également pas pour vocation de nous montrer le quotidien du chef du MI6 (excepté au début avec l’agent 005) ou comment il a obtenu ce poste. La résolution de l’intrigue est plutôt bien pensée, même si au final la chose malsaine que M a faite dans son passé n’est ni exceptionnelle, ni choquante. Pour un mini-comics de 30 pages, le pari est largement réussi !

M comics (6)

Coté illustrations, M s’en tire avec les honneurs. Les dessins sont bien, détaillés, il y a de nombreux lieux réels (PJ Holden habitant lui-même à Belfast) et la forme des cases n’est pas monotone. On pourrait toutefois reprocher des visages un peu trop expressifs par moment : M a vraiment une salle gueule quand il est en colère, et énervé il l’est certainement dans ce comics. Les couleurs sont quant à elle vives (exceptés dans les flashback constitués de tons gris), et réussites.

Date de sortie :

  • M est déjà sortie en VO depuis le 21 février 2018.
  • M sera inclus dans James Bond Case Files Vol. 1 pour le 17 juillet, un recueil des mini-comics bondiens de Dynamite.
  • Aucune traduction française n’a été annoncée.

M comics (2)

M comics (3)

M comics (1)

Nos précédentes critiques de comics :

À noter que pour les fans français de James Bond, Delcourt a annoncé que la traduction française d’Hammerhead sortira le 28 mars 2018.

Pour aller plus loin :
Les différents comics et strips James Bond.

About the author

Clément Feutry
Fan passionné de l'univers littéraire, cinématographique et vidéoludique de notre agent secret préféré, Clément a traduit intégralement en français le roman The Killing Zone et vous amène vers d'autres aventures méconnues de James Bond...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Casino Royale : la critique du comics (2018)

On l’aura attendu longtemps, mais après plusieurs reports,