cnc2

Bienvenue au CNS : le Centre pour la Sécurité Nationale (Centre for National Security en anglais), le repère de Max Denbigh, alias ‘C’, suite à la fusion des services secrets britanniques !

CJB y a sa taupe, tout comme Oberhauser, et nous vous amenons faire un tour dans les dessous de ces décors de SPECTRE.

Denbigh n'a pas pu céder à l'attente et regarde SPECTRE en version piratée, le vilain.

Mais tout d’abord, cette tour de surveillance aux parois en verre existe-t-elle vraiment ? Oui et non.

Le bâtiment est d’abord tiré de l’imagination des scénaristes et designers du film. Des effets spéciaux sous la direction du Production Designer Denis Gassner donc ? Pas exactement.

Les extérieurs ont été en partie filmés avec le bâtiment faisant face au bâtiment du vrai MI6 : Vauxhall. Il s’agit de Riverwalk House, une tour résidentielle en développement. Les intérieurs avec le massif escalier en colimaçon et aux parois de verre ont cependant été filmés dans la mairie de Londres, le City Hall conçu par l’architecte Norman Foster.

Mais qu’en est-il de l’action, et des scènes avec les personnages ? C’est là que les studios Pinewood prennent la main pour faire fonctionner la magie du cinéma et créer l’illusion que nous sommes toujours au coeur de Londres, sur le plateau D. On vous amène y faire un tour.

Ce qui frappe avant tout, c’est le niveau de détail du décors qui est réalisé à 100%, comme s’il s’agissait d’un vrai bureau, avec tous les détails présents jusqu’aux imprimantes et moindres fournitures de bureau. On remarque aussi l’espace assez spacieux pour permettre les mouvements de caméra, et les jeux de transparence avec la salle des ordinateurs où Q piratera les machines.

Le deuxième élément qui impressionne, c’est le trompe l’oeil qui nous donne un horizon sur Londres. Nul doute qu’il existe aussi en version « jour » pour l’autre scène qui a été tournée : pas de fond vert ici. Juste la magie des techniques des décors de cinéma qui créent l’illusion, et de puissants éclairages pour illuminer la scène.

Enfin, et c’est le meilleur : quand on prend un peu de recul, on s’aperçoit que le décors a été construit à plus de deux mètres de hauteur pour récréer l’étage inférieur et une partie l’escalier en colimaçon aperçu au City Hall. Ainsi, quand ce brave ‘C’ tombe après son combat avec M, nul doute que c’est une vraie chute qui attendait l’acteur Andrew Scott (même si un peu moins haute que dans le film).

cnc6

On remarquera au passage que l’étage inférieur juste aperçu par hasard a bénéficié du même niveau de détail dans la réalisation du décors.

cnc8

On voit bien que les décors ne sont pas pris à la légère dans les Bond, et que, pour reprendre l’expression du producteur ‘Cubby’ Broccoli : « Chaque centime dépensé doit aller à l’écran ». Par comparaison, voici un schéma de production qui a servi à son élaboration.

CNS2

Un petit tour chez Q

Puisque nous sommes à Pinewood, profitons en pour faire un crochet dans l’atelier de Q sur le plateau A, loin des « yeux indiscrets » que craint l’armurier.

Un petit tour avant le début du tournage de la scène nous montre que le laboratoire n’est pas vraiment en brique, mais que tout est présent pour créer l’illusion.

Enfin, il nous reste à remercier notre agent double sur place 00Jake. On lui doit bien une bouteille de Bollinger pour ces quelques clichés inédits.

jake

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Spectre – le plein de concept arts

Que diriez-vous de jeter un œil sur les