007 bandes sons d’une fois

007 bandes sons d’une fois

onetime

Lorsqu’on pense à la musique des James Bond, c’est d’abord aux chansons des génériques fantastiques qui viennent à l’esprit : Goldfinger, Goldeneye, From Russia With Love… ces chansons qui résonnent encore et toujours dans nos têtes. Puis ce sont les musiques lyriques de John Barry, radicalement différentes pour chaque James Bond, et puis les bandes son de David Arnold, rythmées, modernes, toujours aussi efficaces.

Et puis on oublie… On oublie ceux qu’on a embauché car John Barry n’était pas disponible et qu’il fallait bien s’occuper de la musique : Monty Norman, George Martin, Martin Hamlish, Bill Conti, Micheal Kamen, Eric Serra, Thomas Newman…

Aujourd’hui, penchons nous sur les compositeurs qui ont tout juste eu le temps d’enregistrer une bande son avant de devoir laisser la place à des plus talentueux. Et pour engager la discussion, rien de mieux qu’un classement tout ce qu’il y a de plus subjectif ! (avec en prime les couvertures des albums revisitées par Sentenza)

007 – Monty Norman et Docteur No

DrNoprestige2_zpsd113a593Il faut un début à tout et Monty Norman n’était pas un mauvais choix pour commencer. Il faut dire que la production a pris soin de lui, en offrant un voyage tout frais payés au compositeur et à sa femme à la Jamaïque pour qu’il puisse s’inspirer des musiques locales. Il apporte aussi les premières notes de ce qui deviendra le James Bond Theme. Manque de chance, la commande était sans doute mal passée.

Monty Normal a effectivement livré ce qu’il avait de mieux en musique exotique avec une BO bourrée de calypso et de reprises sur divers rythmes de « Underneath the Mango Tree ». Mais pour James Bond, c’est une musique plus internationale et caractéristique qui était nécessaire. Au final, on gardera peu de morceaux mémorables de Monty Norman dans la bande son de Dr. No et il cédera bien vite sa place à John Barry.

Mais heureusement qu’il a fait le voyage à la Jamaïque et a joué avec les instruments et les rythmes de là bas : il nous reste en effet quelques musiques angoissantes qui accompagnent parfaitement les scènes de la tarentule et l’arrivée du Docteur. En prime, le CD nous offre quelques morceaux qui ne seront jamais arrivés dans le film. Des morceaux qui semblent venus d’une carte postale que nous aurait envoyée James Bond depuis l’île du Docteur où il se repose avec Honey.

006 – Eric Serra et Goldeneye

goldeneyeprestige2_zps2b20cf07Le film est bon, et la musique parfaitement millimétrée. Après la trop longue absence de James Bond, il fallait à tout pris proposer du neuf, de l’inédit et du moderne. C’est donc Eric Serra qui vient apporter ses sons inhabituels, entre bruitages et musiques, et le James Bond theme joué en percussion. Bond arrive en Russie, et avec ses premiers pas en URSS, arrivent des tonalités qui semblent sorties tout droit des entrepôts de la guerre froide et remixées avec les gadgets et technologies de l’époque.

C’est une excellente bande son qui accompagne parfaitement les premiers pas d’un James Bond fringant dans des scènes d’actions fluides, rythmées et décontractées. D’où vient le problème alors ? Tout d’abord les scènes d’ambiances : Eric Serra ne sait pas comment les meubler et il faut se rendre à l’évidence, elles sont tout sauf bondiennes. En fait, beaucoup de ses musiques d’ambiances pourraient être échangées avec le 5e élément ou d’autres de ses bandes sons.

Heureusement, le film incorpore les meilleurs sons de Eric Serra dans les scènes. Mais écouter le CD est une expérience douloureuse pour les oreilles avec des moments de remixe qui s’éternisent. Trop marquée par les années 1990, la bande son de Eric Serra trouve toute sa place dans Goldeneye, mais résiste mal à l’épreuve du temps.

005 – Bill Conti et Rien que pour vos yeux

foryoureyesonlyprestige2_zpsdd74fdc1La musique de Bill Conti pour Rien que pour vos yeux est une sorte de pot pourri assez déconcertant. Parfois très scolaire, se contentant juste de marquer l’ambiance des scènes (comme Recovering the Attac), elle devient par moment complètement délirante avec des musiques disco sorties tout droit des années 80s pour les scènes de poursuites comme Runaway ou A drive in the country.

On a parfois l’impression de gros manques d’inspirations, avec des reprises sur plusieurs tons de la chanson titre For Your eyes only. Mais à d’autres moments ces reprises rythmées introduisent parfaitement les scènes sous marines (Submarine).

Dans l’ensemble, on alterne des moments délirants personnels, qui annoncent la BO de Dangereusement Vôtre, et d’autres très classiques et oubliables. Au final, une bande son qui fonctionne très bien pour James Bond, mais sans doute pas très mémorable.

004 – Michael Kamen et Permis de Tuer

LTKprestige2_zps0ebf84f1On rentre maintenant dans la catégorie des compositeurs qui auraient mérité une seconde chance. Michael Kamen est un grand fan de James Bond, et ça se sent dans sa BO : il reste très respectueux des grosses orchestrations classiques des James Bond, tout en amenant ses compositions au plus prés des scènes d’actions.

Permis de Tuer met Bond face à la mafia, et Micheal Kamen en profite donc pour introduire des accents mexicains avec moult guitares et trompettes, et des sons plein de suspense pour augmenter la menace.

A vouloir être trop proche de l’action, on finit par avoir une bande son qui ne décolle pas beaucoup. Mais je ne peux pas penser à un meilleur compositeur pour mélanger un James Bond Theme survolté dans les scènes d’actions. Si le film est aujourd’hui un peu trop « américano-daté », c’est sans doute à cause de cette bande son à la fois fracassante et langoureuse. Mais des scènes comme le pré-générique ou les scènes de courses poursuites deviennent virtuoses et totalement explosives quand elles sont accompagnées avec cette musique !

003 – Martin Hamlish et l’Espion qui m’aimait

TSWLMprestige1_zps316e8cf5Je n’aime pas la BO de Martin Hamlish, et pourtant je dois bien reconnaître que c’est lui qui était le mieux placé pour donner un grand coup de jeune aux musiques de Bond des années 1970.

Il prend le risque de proposer SON James Bond Theme avec le fameux Bond 77, ses musiques sont bourrées de sons électro rythmés, donnant tout d’un coup d’impression que l’agent 007 est vraiment moderne et capable du meilleur. Sa bande son est démesurée et donne parfaitement l’impression de grandeur des énormes décors et scènes d’actions du film.

Au final, c’est une bande son parfaitement ancrée dans son époque, et qui vieillit tout comme il faut avec ce que beaucoup s’accordent à dire être le meilleur James Bond avec Roger Moore. Rien à redire, si ce n’est que son son moderne et électro aurait valu un deuxième contrat pour Moonraker et les aventures spatiales.

002 – Thomas Newman et Skyfall

Skyfallprestige2_zps1caaa430Compagnon de route de Sam Mendes, Thomas Newman a sans aucun doute bien mérité son ticket pour composer de nouveau sur SPECTRE. Il succède à un sans faute de cinq films par David Arnold, n’a pas l’habitude des musiques de blockbusters, et est plutôt un habitué des ambiances discrètes et dramatiques.

Thomas Newman à la bande son, c’était un pari aussi risqué et prometteur que Sam Mendes à la réalisation. Beaucoup n’aiment pas la bande son. Pourtant il faut bien admettre qu’elle est tout à fait originale : elle s’écarte de ce que faisait David Arnold, sans pour autant tomber dans la musique qui meuble simplement l’action. On manque de thèmes récurrents à travers le film, mais on a un univers musical parfaitement cohérent tout au long de l’intrigue, avec des scènes donnant toute la place à la BO pour prendre de l’ampleur et faire monter le suspense.

On frôle par moments le Hans Zimmer, mais là où Thomas Newman dépasse les autres compositeurs bondiens, c’est dans la montée en puissance des scènes d’actions : à partir de petits thèmes discrets, on arrive à de grands moments musicaux se fondant parfaitement avec l’action, comme la filature à Shanghai, la Chimera, Tennyson ou l’assaut sur Skyfall.

Au final, on peut être nostalgique des musiques de David Arnold, mais Newman et Mendes ont bien montré la valeur de leur duo, et cela mérite bien une deuxième collaboration. Reste à savoir s’il saura proposer quelques choses de nouveau pour les thèmes de SPECTRE !

001 – Georges Martin et Vivre et laisser mourir

LALDprestige2_zpsdc414454On ne connaissait que John Barry. Arrive un nouveau James Bond, et George Martin, producteur des Beatles avec un son tout à fait nouveau. Contrairement à beaucoup de compositeurs qui font tourner leur bande son autour du James Bond Theme, George Martin oublie tout ça et apporte des refrains rythmés, encore tout frais des années 1960, exotiques, prenants, entraînants, et qui donnent une sacré identité à chacune des scènes.

Kitch ? Sans doute un peu, mais pas plus que ne l’étaient les bandes sons de Amicalement Votre et autres séries des années 60s. C’est une musique qui va comme un gant à un Roger Moore décontracté qui se promène au milieu d’une forêt de dealer de drogue, d’hommes de mains, d’épouvantails et de crocodiles. L’excitation est là, les musiques d’ambiances sont groovies à souhait, et quand Bond s’engage dans une poursuite en bateau, on a le meilleur compositeur pour le job, et rien ne devient trop incroyable.

Alors oui, John Barry et David Arnold restent indépassables. Mais si on ne donne pas leur chance aux petits nouveaux pour dépoussiérer un peu les musiques bondiennes, on passe sans doute à coté de quelque chose !

Et vous ? Quel est votre classement ?

banieret.png

1 Comment

  1. 07- GoldenEye (Éric Serra)
    06- Dr No (Monty Norman)
    05- Licence to kill ( Michael Kamen)
    04- For your eyes only (Bill Conti)
    03- The spy who loved me (Marvin Hamlish )
    02- Skyfall (Thomas Newman)
    01- Live and let die (George Martin)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

GoldenEye : analyse d’un shooting script

CJB a récemment mis la page sur un