James Bond Girls, le long chemin vers l’égalité – Épisode 4

James Bond Girls, le long chemin vers l’égalité – Épisode 4

« Ma Bond Girl est différente des autres ». Le cliché de la Bond Girl séduisante et inutile a la vie dure et une mauvaise réputation. Mais malgré les protestation des actrices, les Bond girls ont toujours été différentes.  Cette chronique de CJB pose donc la question de la place que les films donnent aux partenaires féminins de Bond, et sur la façon dont le personnage de Bond Girl évolue ! Voir l’épisode 1 ; l’épisode 2 ; l’épisode 3.

l’ère Daniel Craig : Femmes torturées et femmes sacrifiées

caterina-murino-casino-royale-dress-113457446Avec Casino Royale en 2006, la production semble vouloir renouer avec les personnages très féminins et très classes  de l’époque Connery. Fini les action women, les femmes que l’on nous présente sont avant tout des personnalités très fortes et très complexes qui se présentent à Bond : Vesper, Camille, Severine et M ont toutes un passé trouble. Quand à Solange et Fields, ce sont des femmes qui évoluent dans un monde dangereux et se livrent difficilement.

Ces films sont intéressants car ils proposent des personnages plus profonds, plus sophistiqués et plus autonomes que leurs prédécesseurs. Ce ne sont pas des demoiselles en détresse qui ont besoin qu’on vienne à leur secours. Elles font leurs propres choix. Mais dans le même temps, elles sont vouées à se trouver sur le chemin de l’agent 007. Appelez ça le destin, ou la plume des scénaristes, mais tout est fait pour que Bond se retrouve face à face avec les femmes pour des échanges piquants et électriques.

bondetcamille12Avoir des personnages aussi bien joués et aussi sophistiqués avec une complexité reconnue est une bonne avancée pour la cause des Bond Girls… si elles ne se traduisait pas par une simplification de leur destin : les femmes des années Craig sont fortes, mais soit torturées, soit sacrifiées, voir les deux à la fois.

Comme au temps de Fleming, il semble que Bond n’ait plus vocation à être en couple avec des femmes. Elles périssent comme autant de fleurs fanées sur son passage, malgré tout l’intérêt de leur personnage. Skyfall dépasse toute les bornes puisqu’il tue, sous les yeux horrifiés du public, un personnage qu’on a à peine eu le temps de connaître, et un autre qui était établi depuis bien longtemps.

Comme le disait un fan :

« Si tu es une femme dans Skyfall, soit tu te prends une balle dans la tête, soit tu finis secrétaire »

M, Moneypenny et les autres

Ainsi vont les vies des James Bond Girls : elles ont toujours vocation à servir de partenaires à Bond, mais les types de femmes que l’on voit au cinéma changent, malgré toutes les séductions de Bond. Au fil des années, on semble progresser dans la place qu’on accorde à l’écran pour les Bond Girls. Chaque période nous laisse ainsi de beaux moments entre Bond et ses girls, et toujours certains comportements machistes pas très valorisants pour les donzelles. Mais ce sont ces configurations changeantes (le type de femme et sa place dans le film) qui font que l’on n’a pas l’impression de toujours voir le même couple à l’écran.

vesper15Si l’on voulait un film vraiment féministe il faudrait que Bond laisse sa place et le devant de la caméra aux personnages féminins. On y est presque arrivé dans Skyfall et Casino Royale : dans Casino Royale, Bond n’a aucune emprise sur le destin de Solange et Vesper qui périssent en ayant fait le choix de protéger Bond. Il ne s’agit pas juste du méchant qui chipe sa Bond girl à Bond. Ces personnages forts ont fait le choix du sacrifice ultime.

Avec Skyfall, Bond fait face à trois femmes fortes : Severine domine Bond de toute sa beauté, Eve de toute son indépendance, et M de toute son autorité. Les dialogues qui prennent place entre eux sont à la fois sur un pied d’égalité, mais assument en même temps entièrement leur féminité.

On n’essaye pas de transformer les Bond Girls en alter ego de Bond, comme à l’époque Brosnan. Les femmes sont fortes, fières et autonomes, et terriblement féminines. C’est cette fierté en tant que femme qui font que Bond existe comme chez Fleming : un agent qui doit composer avec des femmes fortes qui ne s’alignent pas avec son monde.

movies_skyfall_update_8

M, telle que jouée par Judi Dench et Moneypenny à travers les âges sont sans doute les meilleurs signe de progression dans le monde de James Bond : 007 ne les laisse pas insensibles, leurs histoires sont liées, mais chacun reste maître de son destin et de ses choix. Elles n’arrivent pas à se sauver elles-mêmes : cette tâche reste toujours celle de Bond. Mais avec des personnages comme la nouvelle et active Moneypenny, on est sur la bonne voie !

Vers SPECTRE et vers l’avenir !

SPECTRE va-t-il changer la donne ? C’est possible. Avec Sam Mendès à la caméra, on peut s’attendre à de nouveaux personnages de femmes fortes et complexes, ainsi qu’à des situations à la fois très classiques, cinématographiques et pimentées.

La nouvelle Miss Moneypenny va s’imposer dans un rôle d’allier féminin (qui avait été initié avec le personnage de Camille). Monica Bellucci promet de composer une femme mûre et mature, ce qui changerait l’image cliché de la Bond girl encore trop présent dans nos esprits. Léa Seydoux a une classe et une élégance qui devrait rappeler qu’une Bond Girl est d’abord une belle femme et pas un joli corps. Quant à Estrella, le personnage joué par Stéphanie Sigman, il y a de fortes chances qu’elle soit sacrifiée de la même façon que la plupart des girls de l’ère Craig.

lea1Mais alors que j’écris ces lignes le 8 mars 2015, je vois les tabloïds déversant un nouveau flot de photos dénudées de Léa Seydoux avec le mot « Bond Girl » et « A Poil ! » écrit en gros sur les couvertures. En même temps, on ne parle de Monica Bellucci que par son âge, critique que l’on n’a jamais adressées aux précédentes Bond Girls (critique-t-on jamais les actrices pour être trop jeunes alors que Bond a une bonne dizaine d’années de plus ?)

Au fil des ans, les films de James Bond rééquilibrent sans cesse la place donnée aux Bond Girls. Mais s’il y a un changement nécessaire, c’est d’abord dans nos têtes et dans les médias qu’il faut les changer ! C’est ici que le cliché de la James Bond girl objet-soumis-sexuel continue de survivre.

Et vivent les Bond Girls de toutes les époques !

Chronique : Les James Bond Girls et le long chemin de l’égalité

Épisode1 : Bond Girls, clichés, rôles et fonctions
Épisode 2 : l’âge d’or des James Bond Girl
Épisode 3 : A la recherche de l’équilibre
Épisode 4 : l’ère Craig et l’avenir des James Bond Girls

2 Comments

  1. Pingback: James Bond Girls, le long chemin vers l’égalité – Épisode 2

  2. Pingback: James Bond Girls, le long chemin vers l’égalité – Épisode 3

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

M : la critique du comics

Garanti sans spoilers Après Felix Leiter et Moneypenny,