Les Bonnes Lectures Bondiennes : « Au service de sa Majesté la Suisse »

Les Bonnes Lectures Bondiennes : « Au service de sa Majesté la Suisse »

Pour nous parler de ce livre, qui est mieux placé que l’auteur lui même ? Le Suisse Pierre Hirsinger, randonneur passionné et fan de première ordre, a accepté de répondre à nos questions.

« James Bond, au service de sa Majesté la Suisse » est un livre entièrement consacré au longtemps mal aimé film avec Georges Lazenby. Aujourd’hui, les talents du film sont largement reconnus, et ce livre arrive au bon moment (2009), pour nous parler de l’aventure du tournage, et comment il a été accueilli en Suisse. Un livre de plus de 100 pages avec des photos, des entretiens et des histoires et anecdotes inédites à découvrir, et son auteur qui nous le présente. Pour l’acheter, rendez-vous dans la boutique du Club James Bond France.

L'auteur Pierre Hirsinger dans la Suisse Bondienne
L’auteur Pierre Hirsinger dans la Suisse Bondienne

CJB : Bonjour Pierre, alors dis nous,  quelle a été ta première rencontre avec Au Service Secret de sa Majesté ?

Pierre Hirsinger : Le film fait partie de ceux que j’ai pu voir « en premier », grâce aux nombreuses rediffusions télévisées. Ceci dit, je serais incapable de dire aujourd’hui quand je l’ai vu pour la première fois ! Le film m’a tout de suite emballé et occupe depuis lors une place de choix dans « mon » panthéon des films de James Bond.

CJB : A quel moment t’es-tu décidé à te lancer dans l’écriture d’un livre ? Par où as-tu commencé ?

PH : En fait c’est un projet qui s’est construit dans et avec le temps. Rien n’était calculé au départ ! J’ai eu la chance d’aller souvent plus jeune dans la vallée de Lauterbrunnen (où fut tourné le film) pour y faire de la randonnée avec mes parents. A la base, l’idée était d’écrire un article relatant brièvement les traces du tournage,  avec mes quelques connaissances de la région.

couverturePuis on m’a suggéré de contacter des habitants de la région qui vécurent le tournage à l’époque. N’ayant pas de piste précise, j’ai contacté les offices du tourisme de la vallée pour leur demander quelques noms. J’ai ensuite envoyé un peu à l’aveugle des courriers… j’ai eu la chance de tomber rapidement sur une dame ayant vécu de près cette aventure et qui accepta de suite de se prêter au jeu. Obtenir d’autres rencontres a été un peu laborieux par la suite, mais la persévérance a fini par payer au fil des mois !

Il devint alors clair qu’avec la masse d’informations recueillies (témoignages, photos d’archives,..), cela ne pouvait plus tenir dans un article. L’idée fut alors d’en faire un livre.Tout cela est la version courte, en réalité cela a représenté plus de 2 ans et demi rien que pour la partie « investigations » !

CJB : Qu’est ce qui a été le plus dur dans tes recherches sur le tournage d’OHMSS ? Quelle est la plus belle rencontre que tu ais faite dans tes recherches ?

PH : On va dire « lancer la machine » » et trouver le temps d’écrire ! Pour le reste, ce n’a été que du bonheur. J’ai eu la chance de rencontrer des gens formidables (que je n’aurais pas eu la chance de rencontrer autrement), qui tous ont gardé d’excellents souvenirs de cette période et se sont prêtés de bonne grâce au jeu. Chaque rencontre fut un réel bonheur, qui s’est prolongé avec le temps car je suis resté en contact avec la plupart de ces personnes.

CJB : Il y a donc encore des gens dans la région qui se souviennent du tournage ? Quel souvenir en ont gardé les habitants ?

PH :A une exception près, toutes les personnes que j’ai pu rencontrer ont gardé d’excellents souvenirs de cette période et sont ravies des retombées que le film a engendrées, tant sur le plan économique que sur l’ouverture de la vallée au monde. Tous ceux qui ont participé de « l’intérieur » au tournage en parlent avec beaucoup d’affection, même 40 ans après.

Cet avis assez unanime a agréablement contrebalancé l’opinion communément admise avec le temps d’un tournage difficile et très tendu. A priori, ces tensions se jouaient davantage entre les producteurs, l’acteur principal et le réalisateur mais n’ont pas « contaminé » toutes les couches de l’équipe.

CJB : Parler de James Bond, en partant de l’histoire du tournage, voila qui est assez inhabituel dans les livres sur 007. Est-ce que tu penses qu’on peut faire la même chose avec les autres films ou OHMSS est un Bond à part ?

PH : OHMSS est sans doute un Bond à part (dans le meilleur sens du terme), mais oui certainement, la démarche peut être reproduite pour d’autres films ! Et la saga James Bond est d’une telle richesse… En ce qui me concerne, les idées de projets ne manquent pas. Si seulement je pouvais dégager le temps nécessaire pour m’y consacrer !

Jeux de photos GB
Jeux de photos promotionnelles pour le film

CJB : Si je ne suis jamais allé en Suisse et ne connaît du pays que le chocolat, ce livre est il pour moi ou pas ?

PH : Il a été conçu comme tel. En fait, le chapitre sur la Suisse -de même que le début du chapitre sur le phénomène James Bond- apporte les éléments nécessaires (à l’appui de textes, cartes, photos) pour que chacun ait tous les éléments pour bien comprendre et situer les choses. j’ai fait un peu de pédagogie… déformation professionnelle, on va dire!

Donc oui, il n’est pas nécessaire d’avoir été sur place pour suivre la rétrospective du tournage! 

Tournage
Georges Lazenby et son traineau de James Bond Girls

CJB : Et enfin, à ton avis, Georges Lazenby aurait-il du rempiler pour un 2e film ?

PH : Oui, très certainement ! Je fais d’une part partie d’une minorité qui pense que OHMSS aurait été moins bon avec Sean Connery (il n’aurait pas su faire passer l’émotion nécessaire après avoir imposé sa vision du personnage telle qu’on l’a connu dans ses 5 premiers films, si bon comédien soit-il).
Par ailleurs, je trouve le scénario des Diamants sont éternels assez poussif et Sean Connery peu convaincant avec sa moumoute et ses problèmes de poids… c’est dommage car la fin d’OHMSS offrait un potentiel énorme, et rien ou si peu n’est repris avec les Diamants sont éternels.

George Lazenby avait l’impossible tâche de succéder à Sean Connery, qui a créé le rôle au cinéma. Mais avec le temps, je pense qu’il aurait pu imposer « sa » touche et sa vision du personnage. Qui sait ce qu’aurait donné une séquelle avec Lazenby en veuf revanchard et Peter Hunt à nouveau derrière la caméra ?

persos

Merci à Pierre de s’être ouvert à cet interview. Comme on le disait plus haut, le livre peut-être acheter dans la boutique du Club, et vous retrouverez ci-dessous le sommaire du livre !

[FA_Lite id= »7810″]

SOMMAIRE

Préface: Un Bond pas comme les autres
Introduction
La Suisse en plein cœur

  • Pour bien situer…
  • L’Oberland bernois
  • La vallée de Lauterbrunnen
  • Légendes à sensation, ascensions de légende
  • Et le rail arriva dans la vallée
  • Tourisme de masse
  • Nature pure
  • Les forts dans la montagne

James Bond au sommet

  • Fleming. Ian Fleming.
  • Naissance d’un mythe du 007ème art
  • Un bond en avant
  • Schilthorn : terminus
  • Venir, voir, convaincre
  • La Suisse se met à l’heure bondienne
  • Hôtels 007, chambres avec vue : témoignages précieux pour des hôtes prestigieux

Tournage par monts et par vaux

  • Grüezi Herr Bond
  • Bon baisers de Lauterbrunnen
  • Bond berne Blofeld
  • Quand la vie ne tient plus qu’à un fil
  • Refuge dans les montagnes
  • Bataille au Piz Gloria

Une avalanche d’actions

  • Up & Down
  • Grindelwald prochain arrêt
  • Rencontre de choc(s)
  • 007 sur la piste de Blofeld
  • Un tournage qui emporte tout sur son passage
  • Ruedi von Allmen et le chasse-neige

La légende en marche
Portfolio
Annexes
Entre fiction et réalité : quelques éléments d’analyse
Interview exclusive: Catherine

Piz Gloria 69

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Au service secret de Sa Majesté : le shooting script

George Lazenby n’a fait qu’un seul Bond, mais