The ‘Lesser’ Fleming : les bonnes idées de la série ‘Fleming’

The ‘Lesser’ Fleming : les bonnes idées de la série ‘Fleming’

jbbr_fleming_s01e02_07

Après deux épisodes de la série Fleming, il est temps de faire le point à mi-parcours de cette nouvelle idée de Fleming à la télévision. Rassurez vous, aucun spoiler sur les rebondissements de l’intrigue.

Que reste-t-il à discuter alors me direz vous ? Et bien la façon d’évoquer Fleming bien sûr ! Comme je l’écrivais dans mon article avant le début de la série, la plupart des biopics tombent dans le travers de faire des personnes dont ils racontent la vie, soit des génies que rien n’arrêtent, soit des artistes incompris. Cette série de Sky Atlantic arrive à faire une série sur un personnage historique marginal, et qui ne ressemble à aucune autre : le style est très conventionnel, mais les idées qui se dessinent au fur et à mesure d’une intrigue sage arrivent à faire une peinture très originale d’un écrivain méconnu.

Pour commencer, vous pouvez lire la critique sans spoiler du premier épisode, ou découvrir la bande annonce de l’épisode 2 :

Décrire Fleming sans décrire James Bond

Car que connaissons nous vraiment de Fleming : nous savons que c’est un écrivain british jusqu’à l’os, immortalisé par sa façon de fumer la cigarette, et un certain snobisme. On sait que c’était un homme à femme avant de se ranger dans la vie de mariage avec James Bond comme exutoire, et que sa carrière dans l’espionnage pendant la guerre lui a fourni des idées qui trouvent leur chemin dans les romans.

C’est suffisant pour dresser un portrait simpliste, mais insuffisant pour rentrer dans la complexité de cet écrivain à part entière : un homme qui rédige des romans de gare avec un réel talent et un style inimitable (comme l’apprennent à leurs dépends tous les écrivains essayant d’écrire la suite des aventures de Bond). Les films créés jusque là sur Fleming réduisaient l’auteur à un embryon de James Bond : un 007 miniature de la guerre, le coté kitch et décomplexé des films en moins. En réduisant Fleming à sa création, et à quelqu’un qui se projette dans l’agent immortalisé au cinéma, on perd tout ce qui rend Fleming fascinant !

En effet, comment Fleming pourrait-il copier la vie de Bond, alors que c’est un héros qu’il a créé sur le tard ? Et c’est ce qu’a compris la série : à part des clins d’œil complices avec le spectateur (la voiture de Goldfinger par ici, une réplique mémorable par là), Fleming est un héros à part entière qu’on ne confond pas avec l’agent 007.

Le Fleming de la série est un personnage de son temps, vivant dans l’Angleterre de l’avant-guerre, et faisant son chemin dans la société et les services secrets, sans que rien ne lui arrive. Ce ne sont pas les occasions qui manquent, mais chacune apportent une déception douce amère, ou un succès mitigé : la vie de Fleming est morne et on peut comprendre son cynisme.

The Lesser Fleming

En se présentant à une jolie femme, celle-ci lui demande s’il est bien le frère du célèbre soldat-écrivain. Le héros lui répond, moitié dégoutté « yes, the lesser Fleming » (difficilement traduisible autrement que par « oui, l’autre Fleming« ). Ian Fleming est un personnage qui a du talent et des tripes ! On le voit, mais le monde où il vit lui refuse toute l’excitation et le succès qu’il mérite, en dehors des femmes faciles qu’il rencontre qui uniquement intéressées par les talents d’amant de l’anglais.

Alors où est Bond dans tout ça ? L’agent 007 se dessine à travers le regard de Fleming : le monde de l’auteur est peuplé de joli femmes et de danger, d’espionnage et de charme : tout cela suscite des attentes et des fantasmes, et Fleming courent après eux ! Ils essaient de rendre sa vie excitante, de battre les méchants par la ruse et séduire les femmes par son charisme. Mais les choses sont plus belles de loin que quand on les vit, et chaque expérience ne comble visiblement pas les attentes du futur auteur.

À aucun moment, Fleming n’annonce le héros qu’il veut créer, mais on trouve autour de lui le monde cynique et cupide qu’on lit dans ses romans. Il ne le dit pas, mais on voit que la vie qu’il tente de mener est celle d’un Bond. Pas celui des films, mais le héros étrange, cynique, courageux et marginal des romans.Un couple captivant

Un couple captivant

Une autre excellente idée est ce qu’on fait du personnage de celle qui sera la femme de Fleming : Ann O’ Neil. Alors que celui est concentré sur ses désirs, fantasmes et passions, Ann O’Neil se dessine comme un personnage troublant qui met Fleming face à qui il est vraiment : quelqu’un qui a du talent mais qui n’a pas l’étoffe de la vie qu’il voudrait. Fleming croit au départ qu’il ne fera qu’une bouchée de cette jeune bourgeoise, mais celle-ci, jouée par la talentueuse Lara Pulver, se dessine au fur et à mesure comme la seule personne qui peut comprendre et accepter Fleming, sans être dupe de l’aspirant James Bond qu’il aimerait être.

Il y a bien sûr d’autres personnages qui reconnaissent le talent de Fleming dans la série : son frère admet son intelligence, Muriel son charme, l’amiral Godfrey son esprit militaire, et l’agent Monday (Monneypenny avant l’heure) ses ressources. Mais il n’y a que Ann O’Neil pour voir ce que deviendra Fleming : un marginal talentueux, mais qui ne sera pas promis au futur excitant qu’il espère. Ce sont deux personnages solitaires, deux cyniques décomplexés de la société, et qui ne se laissent pas abattre par les déception. Aucun d’eux ne renonce à mener une vie plus excitante, fusse aux dépends des autres qui comptent sur eux.

À la fin du deuxième épisode, Fleming se rend compte que le monde ne répond pas tel qui le voudrait, et passe sa déception violemment sur Ann O’Neil dans le plus pur style des scènes où le cynique, désabusé, intraitable et passionné James Bond fait l’amour. La série réussit, par ce genre de scène, à faire de la vie de Fleming non pas la vie de 007, mais l’esprit des romans. Voila une belle idée d’adaptation au cinéma !

Dans le prochain épisode, la série nous amène avec Fleming sur le terrain. On verra une nouvelle fois que réservent les aspirations de Fleming à ses fantasmes d’aventures en pleine action !

…………

Venez discuter de la série sur le Forum, peut-être pourrez vous y rencontrer quelqu’un pour partager les épisodes avec vous !

fb

[FA_Lite id= »6941″]

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Les autres mangas Bond

Après la critique du manga Vivre et laisser