Risico : Le James Bond que nous ne verrons jamais

Risico : Le James Bond que nous ne verrons jamais

- in Dossiers, Les Jeux
0
Risico1

Risico1

Dossier sur le dernier jeux vidéo James Bond qui n’a pas vu le jour depuis que Activision a quitté la franchise.

Tout commence donc après la sortie du jeu Quantum of Solace. Celui-ci a plutôt bien marché, du coup Activision décide de mettre Bizarre Creation (Bloodstone) et Raven Software (Singularity) sur un nouveau jeu : Risico.

risico2
Risico
, ce nom vous évoque quelque chose ?
C’est normal, il s’agit du titre d’une nouvelle de Ian Fleming faisant partie du recueil « Bons Baisers de Paris ».

Dans cette nouvelle, James Bond est envoyé en Italie afin de trouver et de détruire la source d’un trafic d’héroïne à destination de la Grande-Bretagne. Une fois là-bas, il a pour mission d’entrer en contact avec Kristatos, allié de la CIA, qui lui indique la personne qui serait à la tête du réseau : Enrico Columbo, dit La Colombe.

Nouvelle qui a été utilisée pour le film Rien que pour vos yeux sorti en 1981, avec Roger Moore dans le rôle de 007 et réalisé par John Glen.

James Bond, tout en finesse
James Bond, tout en finesse

Après un 22ème film assez décevant nommé Quantum of Solace, Bond voit son avenir s’assombrir : la mauvaise gestion de la MGM vient de la mettre en banque-route. La communauté des fans est en émoi, James Bond va-t-il revenir sur grand écran ? Personne n’est sûr de la réponse.

La licence cinématographique est mise au placard et du côté de la franchise sur nos consoles ce n’est guère plus engageant. Activision, sans doute poussé par la banque-route de la firme au lion, décide de retirer l’équipe travaillant au développement de Risico et la met sur la création d’un pack de cartes pour le jeu Call of Duty : Black Ops.

Le projet « Risico » redémarrera une fois qu’une éclaircie apparaîtra dans le ciel bondien, mais ce ne fut que de courte durée. Le jeu finit par être définitivement annulé. Bye bye Risico, hello Bloodstone.

    James Bond va mettre le bazar à Istanbul
James Bond va mettre le bazar à Istanbul

Le jeu n’avait pas fait l’objet d’une annonce officielle, mais celui-ci était prévu à l’origine pour Noël 2010. Bloodstone quant à lui était prévu pour 2009, mais il fut retardé pour finalement sortir le 5 novembre 2010. Ce dernier ne reçut pas vraiment un très bon accueil et aura sans doute poussé Activision à trouver en « Bizarre Creations » le coupable idéal de cet échec commercial. En effet, en 2011 le petit studio dû fermer boutique.

James Bourne est de retour. Je voulais dire : James Bond...
James Bourne est de retour. Je voulais dire : James Bond…

Quelques vidéos et photos de ce « Risico » étaient parues sur le net :

James Bond 2010 by Raven Software par Refurs

Un jeu qui s’annonçait comme étant plus dans la veine « infiltration ». Élément manquant cruellement aux derniers jeux sur l’espion britannique.
Il est loin le (bon vieux ?) temps des Bonds créés par EA Games sur la Nintendo Game Cube : Nightfire, Everything or Nothing ou encore Bons Baisers de Russie.

Quelle classe ce Sean !
Quelle classe ce Sean !

Aujourd’hui, Bizarre Creation n’est plus, Activision a abandonné Bond et l’avenir de l’espion sur nos consoles est encore incertain.
Aucun studio ne s’est pour l’instant manifesté pour reprendre la franchise, mais parmi la communauté bondienne on se prend à rêver de voir Bond repris par Rocksteady (Arkham City, Arkham Asylum) ou encore Team Bondi (L.A Noire).

Une chose est néanmoins certaine, comme toujours,  James Bond Will Return !

Sources :
Unseen64.net
Giantbomb.com
Gameblog.fr

About the author

Gregory Bertrand
Rédacteur en chef de Commander007.net. Réalisateur de court-métrage et montages en tout genre à ses heures perdues. Il a découvert 007 sous les traits de Timothy Dalton il y a maintenant une dizaine d'années et n'a jamais cessé d'accroître sa collection bondienne depuis. Sa quête ultime s'est récemment achevée avec la découverte du Teaser préventif de "Tuer n'est pas jouer" !

Sur le même thème :

La vision de Fleming pour les films de Bond

Ian Fleming avait sa vision de ce à