Les Secrets de Sam Mendès : Après Skyfall

Les Secrets de Sam Mendès : Après Skyfall

En novembre 2012, le réalisateur de Skyfall Sam Mendès, participait à une séance de questions-réponses à l’issue de la projection du 23 James Bond pour l’association DirectorsUK. Interviewé par Paul Greengrass, le réalisateur des Jasons Bourne, Mendès revient sur les secrets de fabrications de Skyfall, et sur ce que cela signifie de filmer un James Bond. Découvrez la première partie et la seconde partie de l’interview, ou découvrez la vidéo complète de l’entretien sur youtube.

Dans cette dernière partie, le réalisateur nous explique comment s’effectuent le tournage d’un film, nous révèle les plans et scènes qui ont été coupées au montage, et explique son indécision quant à revenir pour Bond 24.

Du Théâtre aux grosses productions

Mendès ayant fait ses débuts au théâtre, un spectateur lui demande si cela influence sa façon de travailler avec les acteurs. Le réalisateur explique alors que bien que sa façon de travailler avec ses comédiens est bien sûr guidée par son expérience du théâtre, il est très difficile sur le tournage d’un James Bond de pouvoir les diriger de cette manière.

La direction d’acteurs au théâtre est basé sur la répétition et la précision du jeu. Sur des films à petit budget, il est possible d’obtenir suffisamment d’intimité pour donner des directions aux acteurs. Sur un James Bond, il faut au contraire constamment repousser hors du plateau tout les bruits qui viennent perturber la façon dont l’on filme. Il s’agit bien évidemment des photographes sur le tournage, des visites de la presse, de l’équipe très nombreuse, mais aussi et surtout du grand public qui s’intéresse de prêt à tout ce qui se passe.

Par exemple, explique-t-il, lorsque la bande annonce est sortie, les fans et le public ont commencé à la disséquer, et à critiquer le film dans ses détails et sa construction, alors qu’il n’était même pas encore sûr lui même de la façon dont il allait organisé tout cela au montage. Lui et les acteurs doivent donc faire leur possible pour s’isoler de ces perturbations, et conserver la possibilité de faire leur travail correctement.

Il donne d’ailleurs une anecdote : pour les bandes annonce, sa posture habituelle est de dire à la personne en charge de sa réalisation : prenez ce que vous voulez dans les images du film, du moment que ça donne envie d’aller le voir, mais n’espérez pas que ce sera ce la manière dont je vais les utiliser.

Ainsi, lorsque la bande annonce est sortie, il a remarqué que la chute de Bond depuis le train est impressionnante est vraiment marquante. Il a donc essayé avec le monteur de réutiliser ce plan, qui en fait ne fonctionnera pas avec son propre montage du film, et qui sera finalement abandonné.

Ce qu’on ne verra pas

Un spectateur demande alors à Sam Mendès s’il a du renoncé à inclure certaines scènes, et s’il regrette certains passages finaux du film. Le réalisateur confirme alors que sur certains de ses films, il a du renoncer à certains plans, parfois très courts, mais qu’il a regretté par la suite. Sur Skyfall, aucun élément majeur n’ont été abandonné. Certains passages auraient mérité parfois plus de travail dans les détails, rajoute-t-il. Il s’agit souvent de transitions, de plans intermédiaires, mais rien d’essentiel.

Il a cependant filmé une scène impliquant des rats. Malgré cette perspective alléchante, Mendès ne l’a pas conservé car elle ne s’enchaînait pas correctement avec le reste de la séquence sur l’île de Silva.

Des femmes fortes

Une spectatrice regrette que Mendès ait du tuer Dame Judi Dench dans son film. Avec le personnage de M qui disparaît, elle craint de revoir revenir les stéréotypes et les figures classiques de Bond girl peut féministes.

Mendès répond par la négative. Qu’il s’agisse de Séverine, M ou Eve, il s’agit de personnage forts, qui font leur propres choix dans le film et non de jeunes filles innocentes. Concernant le personnage de Monneypenny, c’est sur sa propre décision qu’elle devient la secrétaire de M, mais rien ne dit que dans le prochain James Bond, elle ne va pas sortir directement de derrière son bureau pour s’impliquer dans l’action. Pas de regret à avoir donc, en ce qui concerne la disparition des James Bond Girl fortes.

Bond 24 ?

Paul Greengrass en profite donc pour demander à Mendès s’il sera de retour pour ce James Bond suivant. Sam Mendès réagit en riant, tout en montrant une certaine gène :

« c’est assez bas de ta part de poser la question comme cela » dit-il en riant. Ce n’est pas parce que tu l’as fait pour les Bourne qu’il faut que je le fasse aussi. Si je peux faire aussi bien que toi et même mieux sur une suite, que ce que tu as réussi à faire sur Jason Bourne, alors peut-être. Comme je l’ai déjà dit, j’ai mis tout ce que je sentais que j’avais envie de mettre dans ce film dans Skyfall. Si j’arrivais à le refaire [mettre de nouvelles idées et inspirations dans un nouveau James Bond], alors oui. Mais si je n’ai rien d’autre à apporter, alors je serai heureux de laisser ma place dans la file d’attente des réalisateurs !

About the author

Ytterbium
Webmaster de Commander007.net Ne reculant devant aucun monologue, aucune traduction et aucun codage de site internet, l'Ytterbium ne vit que pour le plaisir de parler de Jamesbonderies... entre autres !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

SPECTRE : Un passé qui ne passe pas ou Madeleine pour fans

SPECTRE : Un passé qui ne passe pas