Casino Royale : Un Bond en mouvement et incompris

Casino Royale : Un Bond en mouvement et incompris

dc

Non ! ce n’est pas encore dans cet article que je prendrai la défense de Daniel Craig et soutiendrai sa blondeur. Avant la critique, l’analyse ! Et j’aimerai bien vous faire partager ma perception de ce nouveau Bond ; du personnage qui nous est présenté dans le film (par ailleurs excellent ).

La critique principale que l’on a lancé concernant le personnage de 007, est qu’il n’a rien à voir avec le personnage de James Bond tel qu’on le connaissait avant, à travers les autres acteurs (je rajoute un lien vers cet article du Monde où l’on voit que l’auteur n’a manifestement rien compris au film). Et pour cause, le film ne prétend pas nous présenter le nouveau Bond de notre époque, mais Bond tel qu’il était avant de devenir l’icône qu’on connaît. Ce moment clé où l’on passe du Bond-pré-007 au James-Bond-007 n’est pas celui où il accède à son matricule, mais bien le moment où il prononce la phrase fétiche : « Je m’appelle Bond… James Bond ».

 Autrement dit, le Bond que nous attendons tous est visible uniquement dans la dernière scène du film. Et avant ? Avant, tout le film de Casino Royale tend vers l’introduction d’un nouveau James Bond différent. Mais au lieu de nous présenter l’agent 007 que nous connaissons déjà, le film nous fait voir pendant deux heures, un homme qui s’appelle James Bond, est encore jeune et rebelle, et va prendre le chemin du super agent, LE James Bond 007 des 20 épisodes précédents.

Le scénario procède donc en deux temps : tout d’abord, il dresse le portrait de cet agent encore amateur qui vient juste d’être promu, et ensuite il nous montre son ascension vers la James bond attitude finale.

Je vous présenterai mon analyse de ces deux phases de la création de Bond dans deux articles à venir…

About the author

Des Jamesbonderies... entre autres
Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Casino Royale : la critique du comics (2018)

On l’aura attendu longtemps, mais après plusieurs reports,