Casino Royale est-il assez bondien ?

Casino Royale est-il assez bondien ?

C.R.

Il y a plusieurs fans qui disent que en tant que film, Casino Royale est un très bon thriller, mais que en tant que James Bond, il ne contient pas suffisamment d’éléments bondiens, n’est pas assez représentatif de l’ambiance des James Bond films.

Un manque de repères bondiens

C’est vrai que, avec Casino Royale (C.R.), trop de nouveaux éléments sont présents dans ce film, ce qui fait que la place accordée à la « bondianité » (encore un mot d’inventé) est moins importante que dans les autres Bond. Ce film introduit un nouveau James Bond, qui ne l’est pas encore véritablement, essaie de dépeindre une atmosphère moitié-amoureuse, moitié-espionnage, installe un environnement plus sombre et moins détendu pour être plus réaliste, et limite les grosses explosions auxquelles Meurs un autre Jour nous avait habitués. De plus, la partie de poker est un terrain de combat sur lequel on n’a pas l’habitude de voir Bond se battre, et surtout pas pendant autant de temps.

Au total, le mixage de ces divers renouvellements, actualisations et introductions fait que tout ce qui caractérise Bond est mélangé avec d’autres éléments. Le schéma habituel des films, et leur déroulement font place à du jamais vu dans lequel les repères bondiens sont disposés bien différemment. Pas étonnant dans ce cas que beaucoup de spectateurs aient l’impression de ne pas réellement assister à un James Bond, mais plutôt à un film d’espionnage classique. Je ne partage pas entièrement cette critique. À mon avis, ce qui trouble en majorité le spectateur est avant tout ce nouveau James Bond qui naît sous leurs yeux, qui n’est pas encore le vrai 007, et qui fait passer le film qui va avec un peu comme un OVNI indigne de Bond.

Actions anti-bondiennes ou inédites ?

Le manque de repère bondiens se fait sentir à travers une mission qui ne se déroule pas selon les bonnes vieilles habitudes, et selon les tendances que l’on voyait dans les autres films. Mais ce qui peut passer pour bizarre dans un James Bond ne l’est pas vraiment si l’on y réfléchit.

L’intrigue plus noire et plus sombre : Après tout pourquoi pas !  Nous avons déjà eu des Bond films complètement irréalistes (Moonraker par exemple), d’autres vraiment sérieux et violents (Permis de Tuer), d’autres encore très policiers ou ambiance guerre froide (Rien que pour vos Yeux, Bons baisers de Russie). Casino Royale complète la palette de couleurs et les registres auxquels Bond peut prétendre (avec succès).

La relation amoureuse : Ça a déjà été vu dans Au service secret de sa majesté, et ce n’est donc pas incompatible avec le personnage de James Bond . Plusieurs flirts de 007 ont par ailleurs déjà tourné à la tragédie sans que Bond en perde de son caractère (regardez Aki dans On ne vit que deux fois ou Paris Carver dans Tomorrow never dies).

Des actions moins explosives : Là non plus, ce n’est pas un cas d’exception. Les premiers Bond étaient moins mouvementés que ce Bond-ci. La collection d’explosifs déployée sous l’ère Brosnan est habilement remplacée par d’autres types d’actions : Le « parkour » à Madagascar change effectivement des courses-poursuites habituelles, mais après tout pourquoi pas… Les corps à corps restreints (pas avec une armée d’ennemis) sont privilégiés, et la lutte cérébrale de Bond au poker est après tout un autre type d’action au centre du film, un peu comme les scènes sous-marines dans Opération Tonnerre, ou l’environnement glacial de Meurs un autre Jour. Plutôt qu’une activité  anti-bondienne, il s’agit d’un type d’affrontement encore jamais vu (vous noterez d’ailleurs que le générique, tout comme celui d’Opération Tonnerre ou Meurs un autre jour, annonce dès le début la place de ce type d’action dans le film.)

Des jamesbonderies bien présentes

L’univers bondien est bien présent si l’on fait attention. À chaque moment où le jeune 007 se comporte en vrai James Bond, (où que l’on voit le personnage bondien naître), un dérivé du James Bond thème est audible (en particulier lorsque Bond s’habille et se regarde dans le miroir). D’autre part, l’univers bondien qui entoure Bond arrive aussi petit à petit (je vous renvoie à mon article La naissance de Bond).

Quant au reste de l’univers 007, commençons par les personnages : Le Chiffre est un méchant dans la lignée de ses prédécesseurs (machiavélique, sûr de lui, froid, menaçant), et en même temps moderne et adapté à son temps. Dimitrios, les chefs ougandais, Valanka (la copine du chiffre) complètent une gamme d’ennemis classiques, et innovants (les chefs ougandais n’avaient jamais été vus à affronter Bond). Les deux James Bond girls méritent entièrement leur place auprès des autres beautés qui accompagnent notre agent. Elles sont justes plus torturées (et peut-être plus belles), ce qui en fait des Bond girls à part. Mathis est aussi un allié très bondien (qui me ferait presque penser à Kerim Bey dans B.B.D.R.). Quant à M, ça fait longtemps qu’elle est au top de la saga.

Les autres Jamesbonderies sont un peu malmenées, et cependant ont le droit à leur naissance. L’Aston Martin fait une entrée remarquée, le « Shaken not stired » est bien présent bien qu’un peu écorché. Décors de rêves, répliques bondiennes (dialogue entre Dimitrios et Le Chiffre, piques entre Bond et son ennemi…), musique (David Arnold nous livre une BO à la fois moderne et ultra bondienne), générique, aventure et explosions (le palais vénitien qui coule comme si on y était). Si ce n’est pas du James Bond, je ne sais pas ce que c’est !

J’ajouterai la scène de fin, qui compense à elle seule le manque de jamesbonderies qu’on nous donnait au compte goutte de façon frustrante. La montée en puissance du James Bond thème, la James Bond attitude et tout et tout, voila qui suffit à rassasier mes attentes en Bonderies.

Ce qu’on aurait dû et devra éviter

Cela ne veut pas dire que C.R. est suffisamment bondien. Le trop grand nombre de facteurs ne place pas en assez grande quantité les jamesbonderies, qui sont sacrifiées au profit de l’introduction du nouveau 007. La course au terroriste reste pas très bondienne (laissons ça à Jason Bourne), et le « ParKour » dans le chantier sera une expérience à ne pas étendre car trop peu crédible (un peu comme la jungle et les cow-boys dans Moonraker).

Il ne serait pas mal de rajouter aussi quelques gadgets qui manquent cruellement au paysage, dresser un décor stable avec le gunbarrel au début (pour le prochain film), et beaucoup moins de marques et de pubs qui nuisent à la qualité de la réalisation. Quelque chose qui manque aussi cruellement à ce film est une vraie course de voiture. Pas une qui se scratche au bout de 2 virages et 7 tonneaux. Bref, une vraie course-poursuite, si possible pas révélée dès la bande annonce. Pourquoi pas aussi quelques scènes moins terre-à-terre, quitte à être plus extraordinaires et aériennes.

Le plus important est surtout d’atténuer (pas de supprimer) la dose de réalisme, d’histoire d’amour, et de violence bodybuidée. Bref, tirer un trait sur l’apprenti James Bond que nous dépeint Casino Royale. Le vrai James Bond, professionnel et sûr de lui, est né ; inutile de prolonger l’exercice du Bond sur le chemin de la Jamesbonditude (et encore un mot d’inventé) !

About the author

Des Jamesbonderies... entre autres
Avant de devenir webmaster du site, Yvain / Ytterbium faisait vivre son blog "Des Jamesbonderies... entre autres". Un monde de chronique et de dossiers plus ou moins pertinents aujourd'hui disponibles sur CJB !

0 Comments

  1. Yeah, j’adore la fin!! Elle fait tout!!!
    En effet, qqs gadgets ne seraient pas du luxe, et une bonne course (de voiture, tanks..au choix) est toujours un bon moment bondien^^
    Mais j’aime assez les nouveaux élément que ce film apporte, mais ça serait pas mal d’enlever 10kg de muscles!!
    Bonne continuation!!!xxx

  2. Quantum of Solace permettra à mon avis de bien compléter et rééquilibrer les scènes d’actions.

    Effectivement, l’article était programmé depuis une bonne semaine, et je n’en ai aucun en stock. pourtant, c’est pas les idées qui manquent !
    Je vais donc perdre pendant un bout de temps le rythme “un article tout les deux jours”. Je posterai quand j’aurai le temps. C’est dommage car j’ai vraiment un tas d’idées !!!

    Merci à ceux qui suivent mon Blog !!!!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

Casino Royale : la critique du comics (2018)

On l’aura attendu longtemps, mais après plusieurs reports,