L’espion qui m’aimait – Les scènes coupées

Otariinae

[P/T] John McLaughlin, qui a participé au tournage des séquences sous-marines de plusieurs Bond, se souvient que pour l’Espion qui m’aimait :

Dans le script, le vilain avait un autre bassin [dans son Atlantis] dans lequel une jolie femme nue réalisait un ballet sous marin avec une vraie otarie. Cela a été tourné dans un bassin en extérieur, sur Paradise Island. L’otarie appartenait à Ricou Browning et était la star d’un film familial, Salty. La fille était jouée par la même personne qui doublait la secrétaire de Stromberg qui se fait manger par le requin.

Une otarie sans médaillon « 007 » donc…

Le monde à l’envers

[BA] Je vous préviens tout de suite, si vous vous attendez à d’énormes scènes coupées pour ce film, passez votre chemin… En effet, outre celle de l’otarie il ne semble pas y avoir la moindre scène coupée au sens propre du terme (dans le sens où toute une séquence serait manquante dans la version finale du film), simplement des bouts de scènes existantes qui ont été retirés pour diverses raisons, comme le dynamisme ou la limitation de la violence. Ici, il s’agit juste d’un plan où Bond et Carter sont ensemble lors de l’assaut dans le Liparus, quand soudainement, une grenade explose en arrière-plan. Si cette scène existe bien dans le film, on notera quelques petits changements avec la bande-annonce. Dans le film, Bond est à droite de l’écran alors dans la bande annonce il est à gauche. En réalité c’est toute l’image qui a été reversé en mode symétrie horizontale pour le film sans que l’on ne sache pourquoi. Quelques micros-secondes insignifiantes où Bond et Carter relèvent la tête après l’explosion, manquent également dans le film. Comme quoi, parfois il faut être vraiment très attentif…

Del TSWLM 1

Combat rapproché

[BA] Une scène très très courte, et qui peut-être facilement loupée dans les bande-annonces. Pourtant, elle n’est pas comprise dans la version finale du film, et cela semble au fond assez logique. Après avoir fait sauter le blindage de la salle de contrôle du Liparus (le navire de Stromberg), Bond, aidé de dizaines de marins, investissent ladite salle en tirant à tout-va. C’est ainsi que l’on y voit Bond, faire feu sur des gardes de Stromberg, à bout portant. Pour des raisons évidentes de violence, cet extrait a été coupé, et la version finale ne montre pas vraiment d’affrontement direct dans cette salle de contrôle, ni Bond tirer.

Mourir ou laisser vivre ?

[T] C’était le dilemme qui se posait à la production pour le personnage de Requin : fallait-il qu’il se fasse dévorer par le requin de Stromberg (comme dans le script original), ou pouvait-il survivre aux dents de la mer ?

Au final, les deux alternatives furent filmées, nous apprend Richard Kiel, et on est heureux que ce soit la seconde option qui ait été choisie.

Devant ce manque de scènes supprimées, nous vous proposons donc cette photo de Roger Moore sur le premier scooter des mers du cinéma, très satisfait que tout ait été filmé et bien filmé.

annif1191

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

L’espion qui m’aimait : les scripts originaux

Certaines choses doivent rester souterraines. – M Pour