On ne vit que deux fois – Les scènes coupées

Le Père Noël serait-il Blofeld ?

[P/T] Nous avons un cas un peu particulier ici. En effet, On ne vit que deux fois est le premier Bond où le spectateur peut voir le visage du Numéro 1 du S.P.E.C.T.R.E., Ernst Stavro Blofeld, sous les traits de Donald Pleasence. Cependant, c’est l’acteur tchèque Jan Werich qui devait être le premier visage dévoilé au public pour l’homme au chat.

Certaines versions des évènements disent qu’après moins de deux semaines de tournage, Jan Werich a du s’excuser pour cause de soucis de santé, et que c’est en catastrophe que la production dut faire venir Donald Pleasance, un acteur anglais déjà bien connu, à qui ont inventa rapidement un look mémorable.

Cependant, un documentaire du DVD donne une version assez différente dans laquelle Lewis Gilbert dit qu’il a rencontré l’acteur retenu pour jouer Blofeld (Jan Werich) seulement au moment de tourner ses scènes et qu’il ressemblait à un « père noël bienveillant » avec un anglais « pauvre ». Albert Broccoli aurait alors dit : « Mon Dieu, c’est ridicule, qu’allons-nous faire ? ». Et Gilbert aurait alors répliqué que puisque Werich était là, autant filmer. Ainsi l’équipe aurait tourné pendant cinq jours avec Jan Werich avant que Gilbert réalise qu’il fallait changer d’acteur car il ne convenait pas.

Quoi qu’il en soit, plusieurs photos de Werich en Blofeld existent encore, et il est possible, en ouvrant l’oeil, d’apercevoir ce qui semble être la seule scène de Werich ayant survécu dans le film. S’étant fait démasquer, Bond est alors invité à rejoindre Blofeld dans le centre de commandement du repaire. Il lui adresse quelques mots où il est vu de dos, avant de révéler son visage. Dans cette courte scène, il est possible de distinguer des cheveux grisonnant sur le crâne de Blofeld. Or, Donald Pleasence est chauve. S’agirait-il alors de Jan Werich ?

yoltL’une des rares photos de Jan Werich en Blofeld (à gauche), et son remplaçant, Donald Pleasence (à droite).

gallery_257_24_17830

On ne coupe que deux fois

[R] De nombreux plans filmés furent également jetés à la table de montage. En effet, la première version du film était bien trop longue, et la production demanda à Peter Hunt (futur réalisateur de Au service secret de sa Majesté) de couper près de 15 minutes de pellicule.

Difficile de détecter ces coupes grâce au talent du monteur. On remarquera quand même certains plans où Bond et Kissy se reposent et discutent sur la montagne sans qu’on les voit parler, ou Bond traverser certaines portes du volcan en faux raccord. Mais cela passe inaperçu sous les doigts de Peter Hunt.

Cette photo nous montre tout de même que la scène du charriot élévateur dans le port devait être un poil plus longue :

Yolt manitouu

D’autres montrent ce qui semble être un répétition d’un combat à l’étage de l’entrepôt de Kobe qui ne figure pas dans le film :

Celle-ci nous montre vraisemblablement que la mort de Dikko Henderson ne devait pas être une surprise totale pour le spectateur :

s-l1600

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème :

[Script] On ne vit que deux fois

Comme le précise The James Bond Archives, Sydney